Suzie LeBlanc, soprano dans le Messie du TSO

La musique en partage

Partagez
Tweetez
Envoyez

Noël approche et avec cette fête, l’annonce du Messie se multiplie à Toronto. L’orchestre symphonique de Toronto est bien sûr de la partie, programmant cinq fois cet oratorio de George Frideric Handel, entre le 15 et le 21 décembre. Suzie LeBlanc est soprano dans cette oeuvre magistrale.

Originaire du Nouveau-Brunswick, la chanteuse a sillonné le monde avant de poser ses valises à Montréal en 2000. Au fil des ans, elle a acquis une solide réputation dans le répertoire des XVIIe et XVIIIe siècles. Elle a participé à de nombreuses productions lyriques au Netherlands Opera, au Dresden Musiekfestspiele, à l’Opéra de Montréal et a donné des récitals au Wigmore Hall de Londres, au Concertgebouw d’Amsterdam et au Konzerthaus de Vienne.

En cette fin d’année, elle se réjouit de chanter dans le Messie, sous la direction de Nicholas Kraemer. Et apparemment, cette version est pleine de surprises: «J’apprécie le travail qu’a fait Nicolas Kraemer. Il a compris à quel point cet oratorio était un opéra, l’oeuvre gagne donc beaucoup au niveau dramatique. Elle gagne aussi au niveau musical puisqu’il a exploré de nouvelles idées, surtout pour les choeurs. C’est comme si la pièce était redécouverte.»

Mais n’y a-t-il pas là de quoi effaroucher le public? «Pas du tout, s’exclame la soprano. La conception qu’a Nicholas Kraemer de l’oeuvre est différente, il y a sûrement des choses qui vont surprendre mais ce sont des choix tellement judicieux que le public ne s’en rendra même pas compte. Ces choix mettent l’oeuvre en valeur et même si on ne perçoit pas tout de suite ces changements, on remarque que cela fonctionne.»

Et Suzie LeBlanc ne boude pas son plaisir, le Messie étant une oeuvre qu’elle apprécie particulièrement: «Les choeurs sont magnifiques, mes airs de soprano sont sublimes… C’est un véritable plaisir de les chanter, il n’y a pas un seul moment où j’aie à chanter un air qui ne me plaise pas!»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Cinq fois en une semaine, Suzie LeBlanc montera donc sur scène pour transmettre au public la beauté de cette oeuvre musicale. Et pour la cantatrice, ces soirées à répétition ne l’empêcheront pas de trouver chaque fois l’énergie nécessaire: «La répétition est toujours un défi pour les artistes. Ma façon de dépasser cela est de ne pas trop y penser, d’être détendue et présente. Ce qui me porte, c’est l’énergie du public, celle des gens sur scène, des solistes et des musiciens de l’orchestre. Il faut juste se laisser emporter. On est là pour donner tout ce qu’on a!»

Donner tout ce qu’elle peut, Suzie LeBlanc semble le faire tout le temps. Pour la musique classique, mais aussi pour la musique acadienne et pour… le cinéma. Elle a déja enregistré deux CDs de musique acadienne, retrouvant ainsi ses racines et a joué cet été dans le film The Lost Song de Rodrigue Jean. Elle y joue le rôle d’une chanteuse classique.

Chaque nouvelle piste artistique est pour elle un nouveau défi à relever et une manière de déclarer qu’elle a quelque chose à dire, à apporter. «J’ai besoin de faire autre chose, de relever de nouveaux défis. Et lorsque je choisis de faire quelque chose c’est que cela vient me toucher… et non par ambition.»

Reconnue, appréciée, Suzie LeBlanc garde néanmoins la tête froide. «Ce qui nous rend humble, c’est le défi que l’on a à affronter chaque matin face au travail qui nous attend. On sait que l’on peut toujours s’améliorer. Il faut toujours essayer d’exceller dans ce que l’on fait et garder à l’esprit que ce n’est pas nous que nous servons en chantant, mais le public. On est là pour partager. C’est comme préparer un repas avec beaucoup d’amour… et l’offrir.»

Messiah, au TSO, les 15, 16, 18, 19 et 21 décembre.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur