Suicide assisté: oui, pour mettre fin à l’acharnement thérapeutique

Partagez
Tweetez
Envoyez

Dans une lettre au courrier des lecteurs de L’Express daté du 7 mars, Bertrand Jetté, se référant au projet de loi C-407 déposé à la Chambre des Communes le 15 juin dernier par le Bloc Québécois, affirme que le suicide assisté est un scandale plus grand que celui des commandites et que le projet de loi fait la promotion du meurtre, en plus d’aller à l’encontre de la doctrine et de l’enseignement de Dieu.

M. Jetté qualifie le Bloc Québécois de parti criminel dont le but est de détruire à la fois le pays et la dignité humaine, et écrit qu’à titre de traîtres, les députés bloquistes devraient être emprisonnés.

Si M. Jetté faisait partie des jeunes malades du Bloorview Macmillan Children’s Centre de Toronto alités avec un gros tube qui transperce la gorge et communique avec un appareil respiratoire, sans perspective d’autonomie, voire d’amélioration, l’esprit suffisamment intact pour formuler un jugement, et en mesure de communiquer – ce qui est loin d’être la norme dans cet établissement – peut-être qu’il demanderait à ses parents et à son docteur de le laisser mourir dans la dignité. L’acharnement thérapeutique en deçà d’un certain seuil de qualité de vie ne se justifie plus.

Certains malades sont maintenus en vie sans les facultés nécessaires pour se prononcer sur leur propre sort. Certains jeunes enfants n’ont pratiquement jamais pu être débranchés d’un appareil ou encore leur état ne leur a jamais permis de développer des facultés permettant d’exercer un jugement. Il n’est pas déraisonnable de donner raison à certains parents qui souhaitent mettre fin à l’acharnement thérapeutique sur leur enfant.

Si le but de M. Jetté est de discréditer le Bloc Québécois en raison de son option souverainiste, comme cela semble être le cas lorsqu’il reprend le leitmotiv le plus courant du Canada anglais au sujet du Bloc, «détruire notre pays», il devrait le faire directement et ne pas invoquer le nom de Dieu en vain.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur