Stationnement: le juge bilingue remplacé par un interprète

La contestation des infractions passe de la Cour provinciale à la Ville

infraction stationnement

9 octobre 2017 à 8h35

La Cour provinciale de l’Ontario a dévolu récemment à la Ville de Toronto le processus de contestation des infractions de stationnement, afin de libérer du temps et des ressources. Or, si on pouvait demander une audience en français en Cour provinciale, le nouveau système municipal ne fonctionne qu’en anglais.

Les francophones qui le souhaitent peuvent toutefois demander qu’un interprète – présent dans la salle ou au téléphone – traduise leurs explications et les propos des fonctionnaires municipaux, un processus beaucoup moins naturel qu’en Cour provinciale.

Les (rares) francophones qui ne peuvent pas se débrouiller en anglais peuvent aussi se présenter accompagné d’une personne qui parlera en leur nom et leur traduira ce qui se dit.

Les citoyens qui préfèrent parler d’autres langues pour lesquelles la Ville a des interprètes peuvent aussi se prévaloir de ce processus.

«All City Services are provided in English», ont répondu à L’Express les services juridiques de la Ville (Legal and Court Services). «Francophones are able to request an interpreter», s’est contenté de confirmer le bureau du conseiller municipal Norm Kelly, co-président du Comité consultatif francophone de la Ville.

D’autres membres de ce Comité, qui se réunit deux ou trois fois par année, ont toutefois indiqué à L’Express qu’ils étaient préoccupés de cet appauvrissement des droits des francophones, et qu’ils allaient inscrire ce sujet à l’ordre du jour de leur réunion d’automne.

Le Comité consultatif francophone de la Ville est composé de six représentants d’organismes communautaires (ACFO, Centre francophone, Centre Héritage, Théâtre français, Club canadien, La Passerelle) choisis par la Ville. Il est co-présidé par un élu municipal et un des six représentants de la communauté.

Au commissariat aux services en français de l’Ontario, on a transmis les questions de L’Express à un enquêteur.

Dans un rapport en 2012, le commissaire François Boileau indiquait que «les municipalités s’occupent des infractions de stationnement depuis le milieu des années 1980» et que billets et avis d’audiences sont souvent rédigés en anglais seulement. Toutefois, «le citoyen pourra demander d’être entendu en français, conformément à la Loi sur les tribunaux judiciaires, et ce, où qu’il soit en Ontario».

Ce n’est plus le cas à Toronto, où, depuis le 28 août, la Cour provinciale ne s’occupe tout simplement plus de ces litiges.

Le commissariat, à l’instar du mouvement associatif franco-ontarien, réclame traditionnellement que toute dévolution ou privatisation d’un service public qui était offert en français maintienne l’offre («active»?) du service en français.

Dans le passé, il suffisait de cocher la case «audience en français», sur le formulaire de contestation d’une infraction de stationnement, pour obtenir une telle audience en face d’un juge et d’un procureur bilingue. On ne peut désormais que demander ou se faire accompagner d’un interprète.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Charismatiques mais en voie de disparition

Il ne resterait plus que 3000 lémuriens à Madagascar. (Photo: Pixabay)
Il ne resterait plus que 3000 lémuriens à Madagascar
En lire plus...

9 décembre 2017 à 10h00

L’évolution continue en ville

Pinson de Phoenix, Haemorhous mexicanus. (Photo: Daderot — Wikimedia Commons)
De nouvelles espèces urbaines
En lire plus...

9 décembre 2017 à 8h30

Les premiers Russes en Alaska

Un renard polaire. (Photo: Ansgar Walk / Wikipedia Commons)
Une expédition de 10 ans financée par le tsar Pierre Le Grand
En lire plus...

9 décembre 2017 à 7h00

Des lumières d’hiver et une patinoire à la Place de l’Ontario

La patinoire synthétique de la Place de l'Ontario. (Photo: ministère du Tourisme)
Un feu de camp les fins de semaine
En lire plus...

8 décembre 2017 à 14h00

Raymond Théberge clarifie sa position et obtiendra la nomination

Raymond Théberge. (Photo: L'Acadie Nouvelle)
Le prochain commissaire aux langues officielles a clarifié sa position sur le bilinguisme à la Cour suprême, mais son ambivalence initiale a fait tiquer...
En lire plus...

8 décembre 2017 à 12h44

Engouement pour Montessori à London

La pédagogie Montessori mise beaucoup sur l'expérience sensorielle, le travail manuel et l'esthétique.
L'enseignement alternatif se porte bien en Ontario
En lire plus...

8 décembre 2017 à 12h30

Des algues pour nettoyer l’eau des fermes à crevettes

Micro-algae-growing-in-the-lab-web-2583d4f397199d3d844bf90e8eb8caa72cf74eaf
Et traiter d'autres eaux industrielles?
En lire plus...

8 décembre 2017 à 11h00

150 ans, 150 nouvelles, 150 mots

Collectif sous la direction de Charles Leblanc, Bref, nouvelles, Saint-Boniface, Éditions du Blé, 2017, 122 pages, 19,95 $.
Lancement à la Librairie Mosaïque de Toronto
En lire plus...

8 décembre 2017 à 10h00

Le tiers des radios communautaires en péril

Un jeune bénévole de la radio CKRP, fondée en 1996 par l’ACFA régionale de Rivière-la-Paix. (Photo: CKRP)
Les médias francos n’ont reçu aucune indication leur permettant de compter sur le prochain Plan d’action fédéral.
En lire plus...

8 décembre 2017 à 9h00

La concentration continue de se développer jusqu’à 25 ans

La capacité à se concentrer ne serait pas encore pleinement développée chez les ados. (Photo: Mike Poresky - Flickr)
Cela expliquerait le déficit d'attention chez bien des ados
En lire plus...

8 décembre 2017 à 7h30

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur