Souveraineté du Québec: et les francophones en Ontario?

Partagez
Tweetez
Envoyez

Lettre ouverte à Gilles Duceppe

Je vous avais écrit lors des dernières élections fédérales… puis toujours aucune nouvelle! Alors, me voici à nouveau! Je suis né au Québec. Depuis 1996, j’habite la métropole… et non! Je ne parle pas de Montréal, mais bien de Toronto. Eh oui! «Mais que veut-il, cet exilé ontarien», vous vous demandez sûrement. En fait, je vous écrit, aujourd’hui, pour dénoncer quelques commentaires venant de votre part.

Pour débuter, la semaine dernière, vous aviez dit fièrement aux Montréalais que la séparation du Québec allait faciliter l’unité nationale du Canada. Nous, les Québécois en Ontario, et, soit-dit en passant, je suis aussi fier d’être Québécois que vous l’êtes, monsieur Duceppe, qu’arrivera-t-il de nous? Notre si belle langue, qui est aussi la vôtre, que nous défendons tous les jours en Ontario français, va-t-elle disparaître?

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Je suis un enseignant de 6e année dans une école de langue française de Toronto et laissez-moi vous dire que sans le Québec dans la Confédération, «au revoir» les francophones hors Québec! Nous devons nous battre tous les jours, nous aussi, contre l’assimilation. Aviez-vous vraiment pensé aux francophones hors Québec?

Pour continuer, ma copine, qui est née et qui a toujours vécu dans le sud de l’Ontario de parents québécois, et moi voudrions bien savoir de quelle unité nationale vous parliez. En fait, c’est sa détermination à garder sa langue qui m’a porté à vous écrire aujourd’hui.

Un Québécois qui attend toujours de vos nouvelles…

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur