Souris: il faut combattre l’apathie des autorités

Partagez
Tweetez
Envoyez

Je félicite de tout coeur Yann Buxeda pour son excellent reportage intitulé «Des souris et des hommes» paraissant à la Une de L’Express de la semaine du 16 janvier 2007. C’est un sujet qui me tient particulièrement à coeur, en raison de mon expérience et de mes observations en ce domaine.

Oui, il y a des souris qui courent entre les rails du terminus du métro à Finch et ailleurs. Oui, il y a des quartiers et des secteurs dans notre Ville-Reine qui sont fréquentés impunément par les muridés de toutes tailles.

En passant un jour d’été par la rue Dundas Est, près de Yonge, j’ai vu deux cadavres étendus sur le trottoir. Deux cadavres de gros rats noirs, dévorés par des mouches.

Certains travailleurs sociaux m’ont confié, au cours des années, que lors de leurs visites aux domiciles de leurs clients, ils ont vu sortir de sous le sofa de toutes petites souris qui couraient vers et même sur des enfants en bas âge en train de jouer sur le plancher.

Dans les tribunaux des logements, la plainte dominante des locataires interpellés est celle de la présence indésirable et quasi-permanente de souris. Malheureusement, cette situation, comme vous le dites si bien, ne semble déranger ni la mairie, ni les services de santé, ni d’autres autorités.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Par contre, si votre chat, créature aimable, habile chasseur vigilant, veillant avec amour sur son logis, aime s’asseoir sur le pas de la porte de votre voisin ou bien aller s’étendre au soleil dans son arrière-cour, voilà qu’invariablement vous recevez la visite du représentant menaçant du Département du contrôle des animaux. Il vous ordonne de garder votre chat, cet être indépendant s’il en fût, à l’intérieur, sinon il sera dûment confisqué et… euthanasié.

Pour corser le tout, vous êtes obligés d’obtenir une licence, obligatoire depuis 4 ans – décret municipal voté avec empressement par les représentants municipaux –, contre paiement de 20$ par année pour les félins castrés, ou de 50$ pour ceux que vous voulez laisser tels quels. Et comme en principe vous avez plus d’un chat, le chiffre monte.

Les Anciens Égyptiens, dans leur immense sagesse, avaient déifié les chats qui avaient sauvé le pays de la farine, en chassant et en détruisant tous les rats et les souris ayant infesté les greniers à blé et à céréales du Pharaon, donc du peuple.

Un dernier mot: il me semble que vous avez mis la photo d’un rat blanc. Celui-ci n’est pas aussi répugnant et dangereux que le rat noir. J’en connais de ceux qui ont domestiqué cette espèce de rat albinos et en on fait un animal de compagnie qui vient grimper sur votre tête lorsque vous êtes assis à table.

J’aimerais trouver un moyen pour secouer la négligence dangereuse et l’apathie des autorités et de la mairie et des services de santé. J’aimerais les commentaires de votre lectorat et éventuellement, une pétition pour encourager les gens à adopter des chats en supprimant les frais de la licence aberrante.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur