Si l’Ontario avait sa propre banque centrale…

Partagez
Tweetez
Envoyez

Si l’Ontario avait sa propre banque centrale, on ne serait pas là à attendre des hausses de taux d’intérêt d’ici la fin de l’année! Les économistes torontois nous annonceraient plutôt des baisses de taux pour la province.

Pourquoi? Parce que l’économie ontarienne est au point neutre et que le taux d’inflation est loin d’être alarmant. Vous le savez, la Banque du Canada a pour mandat de maintenir le taux d’inflation pour l’ensemble du pays à 2%. Si l’inflation a tendance à dépasser ce niveau, elle doit augmenter les taux pour calmer la hausse des prix. C’est ce qu’elle s’emploie à faire depuis des décennies.

Le problème, c’est que la Banque du Canada a une vision «canadienne» et non «ontarienne». Ainsi, en Alberta, l’économie roule à plein régime et le taux d’inflation est à 6,3%. Mais, en Ontario, l’économie stagne et le taux d’inflation est à 1,6%. La force albertaine crée une distorsion des chiffres canadiens et ce sont ces chiffres qui guident la politique monétaire de la Banque du Canada.

Le Canada est un pays et un pays n’a qu’une seule banque centrale. La tendance est même au regroupement des banques centrales; la zone euro compte maintenant sa propre banque centrale, qui dirige la politique monétaire pour 13 pays. Cette façon de faire a, de toute évidence, ses limites.

En Europe, la France est déstabilisée par les hausses de taux d’intérêt qui entraînent l’euro à des sommets, ce qui a pour conséquence d’augmenter les prix des produits des exportateurs.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Chez nous, l’effet est le même: plus on parle d’augmenter les taux, plus le dollar canadien monte. Il est rendu à 96 cents US, ce qui nuit aux affaires des manufacturiers et exportateurs de l’Ontario.

Cette situation est frustrante puisque la Banque du Canada agit en fonction du bilan chiffré du Canada et non pas en phase avec les différentes réalités régionales. Est-il normal que la Banque du Canada veuille tant stopper l’inflation alors que 7 provinces sur 10 (83% de la population) affichent un taux sous la barre de 2%?

Magna et Mini

Le fabricant ontarien de pièces automobiles Magna International pourrait participer à la production d’un nouveau véhicule: la Mini Colorado.

Selon le Globe and Mail, Magna discuterait avec le constructeur européen BMW de la possibilité de fabriquer une version sport utilitaire de la populaire Mini. Le véhicule serait conçu par BMW et construit dans les installations de Magna en Autriche. La Mini Colorado serait produite à 65 000 exemplaires par année.

Échec pour Biovail

Mauvaise nouvelle pour Biovail. Vendredi, la société pharmaceutique de Toronto a essuyé un refus de la part de la Food and Drug Administration aux États-Unis.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les autorités américaines n’ont pas approuvé une nouvelle version du bupropion, un médicament à prise quotidienne pour ceux qui souhaitent arrêter de fumer. Le médicament doit aussi, en principe, agir comme antidépresseur.

L’organisme américain reproche à Biovail de ne pas avoir effectué correctement les études de la deuxième phase de développement du médicament, la phase pharmacocinétique, qui est composée de quatre étapes, soit l’absorption du médicament, la distribution, le métabolisme et l’élimination du principe actif.

L’action de Biovail a chuté de plus de 15% vendredi à la bourse de Toronto.

Libre-échange dans les Caraïbes

Le premier ministre Stephen Harper mise sur les accords de libre-échange pour développer les liens commerciaux du Canada avec l’Amérique latine. De passage au Brésil, au Chili, à la Barbades et à Haïti, Stephen Harper a annoncé vouloir conclure une entente de libre-échange avec les 15 pays membres de la communauté des Caraïbes.

La Barbade a indiqué être en faveur d’un partenariat avec un pays comme le Canada pour améliorer son économie. Les pays de la région souhaitent un traité qui va inclure un mécanisme efficace de règlement des différends commerciaux.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Je vous quitte pour quelques semaines de vacances. Bon été!

Gérald Fillion est journaliste spécialisé en économie à Radio-Canada. Consultez son carnet: www.radio-canada.ca/carnet.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur