Semaine de la francophonie: entrez dans la danse!

Partagez
Tweetez
Envoyez

Cette semaine à Toronto, on se la joue Franco! Dès jeudi (20 mars, Journée internationale de la francophonie), c’est l’occasion d’apprécier l’art et la culture francophone dans sa diversité. C’est la quatorzième fois et on ne s’en lasse pas: la francophonie torontoise vous donne rendez-vous. Mais d’abord, il faudra l’emmener danser, car la soirée d’ouverture, dans l’atrium de Radio-Canada, est un bal populaire, tout en surprises et en musique!

«Depuis 2001, la Semaine de la francophonie reflète la diversité de la communauté francophone de Toronto. L’idée est de créer des moments de rassemblement et de faire émerger un sentiment d’appartenance à la communauté, faire sentir aux gens qu’ils en font partie», explique Sophie Bernier, responsable du volet culturel au Centre francophone de Toronto et l’une des organisatrices de la Semaine.

«C’est également l’occasion de montrer à la communauté anglophone que nous sommes là, que nous sommes motivés et dynamiques. Il y a des francophiles, et nous souhaitons les attirer, partager avec eux malgré la différence linguistique. À travers le bal, où parler la même langue n’a pas d’importance pour danser, ou l’ajout de sous-titres… nous avons fait un grand effort pour donner envie à la communauté anglophone de découvrir nos activités.»

Bal populaire

Art et culture: deux mots à l’honneur tout au long de la Semaine. De l’art, avec l’expo des étudiants de Glendon du 18 au 29 mars. Du rock alternatif avec le groupe Pandaléon pour les jeunes du secondaire le 20 mars à Mississauga. Du théâtre avec la compagnie DuffleBag le 22 mars à la bibliothèque de North York. Du cinéma avec la projection de films et de courts métrages francophones les 24, 26 et 27 mars. Toute une série d’autres évènements… Chacun devrait pouvoir s’y retrouver.

Cette année, pas de concert en salle, le festival s’ouvre plutôt en musique avec un bal populaire, dans l’atrium de Radio-Canada, au 250 rue Front ouest.

L’idée est de créer un moment de rassemblement, dans la convivialité. Un moment de fête, où tout le monde peut se retrouver autour de quelques verres, s’amuser, danser, en découvrant des talents francophones, notamment torontois», explique Sophie Bernier.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Quatre artistes chanteront la francophonie lors du bal d’ouverture. Le groupe torontois Amélie et les singes bleus revisitera de vieilles chansons françaises dans un style manouche et jazz pop. Madagascar Slim et Donné Roberts offriront des airs de guitare et du «malgache soul», mélange de folk, rock, funk et blues. Et les rythmes traditionnels du groupe vedette québécois Genticorum retentitont dans l’atrium.

Genticorum

«On est bien contents de faire partie de cette Semaine de la francophonie», explique Pascal Gemme, l’un des trois membres du groupe de musique trad Genticorum. «Dès qu’on sort du Québec, on devient de la musique du monde.»

Habitué des soirées de danse, le groupe prévoit un répertoire rythmé, pour faire bouger la francophonie torontoise lors du bal jeudi soir.

«Il y a une grande place de l’animation dans notre musique. On essaie de capter le public. Nous interpréterons donc plusieurs de nos chansons les plus rythmées et participatives. Une grande part est laissée à l’improvisation», explique Pascal Gemme.

Musique traditionnelle aux accords recherchés, fantaisie, musique de «menteries», une chose est sûre, ça risque de valser. «C’est la belle partie de la musique traditionnelle. Son côté rassembleur et convivial», raconte Pascal Gemme. Voilà qui tombe bien, car cette semaine, c’est justement l’esprit.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur