Santé en français: penser à l’extérieur de la boîte

Mais les agences doivent se mettre à «l’offre active»

François Boileau.

19 novembre 2013 à 10h01

Les agences de santé ne devraient pas offrir des services en français parce qu’elles y sont obligées, mais bien parce que «c’est la bonne chose à faire».

C’est ce qu’a plaidé le commissaire aux Services en français de l’Ontario, François Boileau, lors d’une conférence sur «les communautés en santé», à Toronto le mercredi 13 novembre dernier.

L’allocution de 45 minutes en français avec traduction simultanée de l’avocat de formation, intitulée «Parce que les plus vulnérables ne se plaignent jamais», aura convaincu certains des délégués anglophones présents, semble-t-il.

M. Boileau a rappelé l’importance de «l’offre active» de services en français – offrir le service avant d’attendre qu’on le demande – car bon nombre de Franco-Ontariens auront tendance à ne pas exiger des services dans leur langue puisqu’ils comprennent et parlent l’anglais.

Confidentialité

Mais certains francophones ne sont pas bilingues et, dans le cas de services psychosociaux, il est important de pouvoir s’exprimer dans sa langue. Dans les cas d’urgence aussi. Ou lors de l’annonce d’un diagnostic médical grave ou confidentiel.

«Je me souviens avoir reçu une plainte d’une dame de 68 ans qui s’est vu demandée d’être accompagnée de son fils pour la traduction simultanée chez le médecin», a raconté M. Boileau, «et elle a appris qu’elle avait une maladie transmise sexuellement…»

«Ou le cas d’une femme dont l’enfant venait de subir une chirurgie à l’hôpital. L’enfant s’est réveillé. Il s’est mis à dire des choses incohérentes et donc ils l’ont rendormi. Mais l’enfant, tout ce qu’il demandait, c’est de voir sa mère, en français.»

«Cela peut avoir des impacts médicaux assez importants», a souligné M. Boileau. «On a malheureusement beaucoup de ces histoires. Et il y en beaucoup qui ne vont pas se plaindre, parce que justement ce sont des populations qui sont dans une situation vulnérable.»

Traitement inférieur?

François Boileau a ainsi rappelé que certains francophones ontariens pourraient aussi hésiter à demander des services dans leur langue, de crainte d’être peut-être traités moins favorablement.

M. Boileau a d’ailleurs confié lui-même avoir adopté cette démarche en tant que citoyen à une reprise dans le passé. D’où l’importance d’offrir les services activement, et non d’attendre qu’une personne les demande.

François Boileau a souligné que cette offre active doit être planifiée à l’avance au sein des organismes pour s’assurer de disposer des ressources humaines nécessaires et que cela ne se bornait pas simplement à des services de traduction.

Réseau provincial

Le commissaire aux services en français a noté que les organismes francophones eux-mêmes devraient «penser à l’extérieur de la boîte» et chercher à trouver des spécialistes francophones au-delà de leur région, à savoir dans l’ensemble de la province.

«Il y a 611 000 Franco-Ontariens dans la province», a rappelé François Boileau, soulignant qu’au sein de cette masse critique de personnes, il existait de nombreuses personnes très qualifiées.

Dans la foulée, François Boileau a insisté sur la grande diversité du visage de la nouvelle francophonie ontarienne, notamment dans le Centre-Sud-Ouest de la province, qui rassemble près de 200 000 Franco-Ontariens. Dans le Grand Toronto, «un francophone sur deux est né à l’extérieur du Canada», a-t-il précisé.

François Boileau, avocat de formation qui remplit son troisième mandat de Commissaire aux Services en français de l’Ontario, était le conférencier-principal de la deuxième journée de la conférence «Se rassembler pour des communautés en santé — Collaborer au changement», organisée par l’organisme Réseau CS.

Qui fait quoi

Le rôle du commissaire (www.csf.gouv.on.ca) consiste à recevoir les plaintes du public et à faire des recommandations sur les questions touchant à l’application de la Loi sur les services en français. François Boileau est le premier à occuper ce poste, créé par le gouvernement de Dalton McGuinty en 2007.

Le Réseau CS (www.reseaucs.ca) est un organisme sans but lucratif qui appuie les groupes communautaires, les organismes locaux et régionaux ontariens pour créer des communautés dynamiques et en santé, en fournissant notamment des services de consultation en promotion de la santé, des ressources sur des sujets pertinents et des activités d’apprentissage en français et en anglais.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Ateliers de théâtre

1-1
Amoureux du théâtre bonjour, Vous êtes francophone ou francophile? Ekin Agency Arts offre des ateliers de théâtre intensifs en francais Coprs, espace et voix: – prise de parole en...
En lire plus...

Un jardin de plantes médicinales cérémoniales chez Manuvie

Devant le jardin au QG de Manuvie: le sous-ministre adjointy Shawn Batise;  Peter Wilkinson, vice-président principal des Affaires réglementaires et publiques à la Financière Manuvie; l'ainé Gary Sault de la Première Nation mississauga de New Credit; David Zimmer, le ministre ontarien des Relations avec les Autochtones et de la Réconciliation; la sous-ministre Deborah Richardson.
Réconciliation avec les Premières Nations
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h06

Un «happening» sur l’enracinement de la francophonie à Toronto

Marie-Claire Marcotte et Maxime Robin (Photo:Manuel Verreydt)
Pour les 50 ans du TfT
En lire plus...

16 octobre 2017 à 9h00

Profitez de votre soirée dans Yorkville

Le Heliconian Hall: la seule église en bois encore debout à Toronto.
Avant et après le concert de Benoît LeBlanc au Heliconian
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h55

Lisa Simone: 1000 vies pour atteindre la sérénité

Lisa Simone (Photo: Alexandre Lacombe)
À la place des arts de St. Catharines le 26 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h53

Un mystérieux portrait de la princesse Anastasia

Jim Watt et Veronica Kvassetskaia-Tsyglan tenant le portrait d'Anastasia.
Bientôt dévoilé au Arts and Letters Club de Toronto
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h52

Protéger l’environnement de/pour l’humanité

Plastic China, de Wang Jiuliang
Des films percutants au festival Planet In Focus du 19 au 22 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h50

Les réalisatrices autochtones veulent casser les clichés

Six femmes autochtones du court-métrage Creatura Dada.
18e édition du festival du film autochtone ImagiNATIVE
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h45

L’humoriste préféré des Français revient en anglais

Gad Elmaleh à Los Angeles (Photo: Todd Rosenberg Photography)
Oh My Gad le 11 novembre au théâtre Queen Elizabeth
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h40

Annulation d’Énergie Est: des raisons strictement économiques?

pipeline
Remplacé par Keystone XL: Donald Trump plus proactif que Justin Trudeau.
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h30

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur