Sacré Charlebois !

Robert Charlebois


29 août 2017 à 10h15

Connaissez- vous l’incroyable Robert Charlebois ? Vous avez certainement déjà fredonné l’un de ses airs ou écouté l’une de ses chansons sur les ondes radio…Du haut de ses 50 ans de carrière, le génial auteur compositeur et interprète pose ses valises remplies de succès à Toronto pour un spectacle inoubliable.

Comme lui, ses tubes ont traversé les décennies sans prendre une ride. On ne se lasse pas, par exemple, d’écouter Lindberg, l’un des doux fruits d’un séjour aux États-Unis, à la fin des années 60, qui marquera un tournant sans précédent dans ses compositions.

Artiste complet, Robert Charlebois s’impose comme la première icône pop québécoise. Toujours inspiré, parfois irrévérencieux, il met tout le monde d’accord avec sa musique qui mêle bonne humeur et poésie.

Dans les années 1970, le talent natif de Montréal, dépasse même les frontières et sa charismatique chevelure devient populaire de l’autre côté de l’Atlantique lorsqu’il se produit pour la première fois dans la mythique salle parisienne de l’Olympia en première partie de Nino Ferré.

Le saviez-vous ? Robert Charlebois s’est lancé en politique.

Sans jamais abandonner la musique, Robert Charlebois a enfilé le costume d’homme politique, et non sans humour.

Reste notamment dans les mémoires la création en 1968 du Parti Rhinocéros. Ce Parti, qui mettrait en place un ministère de l’Imagination, promettait de ne rien promettre, de distribuer gratuitement de la saucisse au canon mitrailleur et de rendre la bière gratuite dans les tavernes !

Charlebois se présentera même contre Pierre Trudeau lors des élections de 1969. 3000 personnes, voteront pour lui, quand même.

word-image

Au cinéma

Le chanteur aux multiples talents est aussi amoureux de cinéma, et, comme en musique, il aime tout faire.

Il est notamment apparu dans Un génie, deux associés, une cloche, de Sergio Leone (1976) avec Terrence Hill et Miou-Miou, mais aussi plus récemment dans Un bonheur n’arrive jamais seul avec Sophie Marceau.

Il déclare même avoir donné l’un de ses scénarios à Alfred Hitchcock lors du festival de Cannes 1972.

Dans la bière

Amateur de mousse, il a créé plus d’une vingtaine de bières différentes grâce à la micro-brasserie dans laquelle il investit 1992.

Entre la bouteille et la guitare, il faut choisir : Charlebois se retire de l’activité 13 ans plus tard pour se consacrer totalement à la musique. Onze de ses bières se trouvent encore sur le marché à l’heure actuelle.

Le 29 septembre à Toronto

Toujours aussi débordant d’énergie, Robert Charlebois est sans doute une vedette très attendue du festival torontois Francophonie en Fête 2017.

Le 29 septembre, il a prévu de vous régaler avec son spectacle Rock’Oustik, qui revisite avec 5 de ses musiciens, les plus grandes chansons de son répertoire, comme Ordinaire, Lindberg, Je reviendrai à Montréal, J’t’aime comme un fou et Cartier.

Prêt pour le spectacle ? Cliquez ici vous procurer des billets.

Pour ne rien manquer du festival Francophonie en Fête suivez-nous sur nos réseaux sociaux @FEFToronto #FenF2017 et www.facebook.com/FenFToronto


Cet article est produit par le Festival Francophonie en Fête 2017.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Quiz : Droits de l’homme

Testez vos connaissances sur les droits de l'homme.
En lire plus...

9 décembre 2018 à 7h00

Les manifs n’ont pas empêché l’adoption de la loi 57

1er décembre 2018
La mobilisation franco-ontarienne n’a pas ému le gouvernement conservateur de l’Ontario, qui a fait adopter, jeudi, sa loi 57.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 15h05

La musique afro s’affirme au gala Kilimandjaro

musique afro
Le gala bilingue des Kilimandjaro Music Award, qui en était à sa 3e édition, a déroulé le tapis rouge pour les artistes de la...
En lire plus...

7 décembre 2018 à 13h00

Plusieurs politiciens québécois appuient la résistance franco-ontarienne

1er décembre 2018
Une délégation de parlementaires québécois est venue appuyer les revendications franco-ontariennes le 1er décembre.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 11h00

On passe de 2 à 7 fois plus de temps sur nos téléphones qu’on le pense

asiatique
Les «auto-évaluations» du temps passé sur nos téléphones contrastent grandement avec celles de l'appareil.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 9h00

Des Dénisoviens au Tibet?

Les premiers humains arrivés sur les hauts plateaux du Tibet étaient peut-être des Dénisoviens, ces mystérieux cousins dont on sait encore peu de choses.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 7h00

Les Red Wings gâchent le retour de William Nylander

La partie de lundi soir marquait le retour dans la formation torontoise de l'attaquant William Nylander.
En lire plus...

6 décembre 2018 à 23h26

ARTmonie contre les stéréotypes de genre

Viamonde
Des élèves des écoles Micheline-Saint-Cyr, de Toronto, et De-Lamothe-Cadillac, de Windsor, ont remporté le concours ARTmonie dans les écoles du Conseil scolaire Viamonde.
En lire plus...

6 décembre 2018 à 17h00

Université et commissariat: il faut une protection constitutionnelle

Le temps est venu d’enchâsser dans la Constitution du Canada des droits linguistiques pour la population de l’Ontario.
En lire plus...

6 décembre 2018 à 15h00

Immersion dans l’Université de Toronto, dans le top 25 mondial

U of T
Plus grande université du Canada, l'Université de Toronto est une institution de prestige reconnue dans le monde entier.
En lire plus...

6 décembre 2018 à 13h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur