Ressusciter le cerveau?

Un cerveau «réinitialisé» comprendra-t-il la mémoire du défunt?
 (Photo: Lara — Flickr — Creative commons — http://bit.ly/2t2zrxa)

Un cerveau «réinitialisé» comprendra-t-il la mémoire du défunt? (Photo: Lara — Flickr — Creative commons — http://bit.ly/2t2zrxa)


21 juin 2017 à 10h04

Redonner vie à un animal qui aurait été déclaré cérébralement mort? C’est ce qu’un groupe de chercheurs de la compagnie américaine Bioquark à Philadelphie veut entreprendre.

L’idée est d’injecter un mélange de cellules souches et de protéines dans la moelle épinière des patients déclarés morts, en plus de stimuler le cerveau à l’aide de lasers et de chocs électriques. Grâce à ce procédé, ils espèrent provoquer la création de nouveaux neurones et recréer des influx entre eux.

Cela permettrait de ranimer le cerveau, le réinitialiser en quelque sorte.

La compagnie en est au stade final pour trouver un lieu où tenir des essais cliniques en Amérique latine. Des questions éthiques se posent toutefois. Comment obtenir l’accord des patients s’ils sont légalement décédés? Si l’expérience devait être fructueuse, dans quel état se retrouverait le sujet?

«Si un rétablissement complet des patients demeure le but à long terme, cela ne constitue pas l’objectif principal de ce premier protocole», explique Ira Pastor, PDG de Bioquark, au magazine médical STAT.

La théorie ne fait pas non plus l’unanimité. «Si on considère l’absence totale de justification pour cette étude, elle est, au mieux, éthiquement discutable. D’une perspective purement éthique, ces essais ne seraient jamais approuvés aux États-Unis», écrivait la neurologue Ariane Lewis, dans un éditorial du Centre national pour l’information biotechnologique.

L’utilisation de cellules souches et d’un protocole semblable s’est déjà montrée efficace dans le traitement de traumatismes crâniens et d’autres maux comme la sclérose latérale amyotrophique (SLA), mais il n’y a pas de précédents dans le cas de sujets décédés.

Ce n’est pas la première fois que la compagnie tente d’effectuer ce genre de recherche. En novembre 2016, le Conseil de recherche médical de l’Inde (ICMR) avait stoppé les premières tentatives de Bioquark, qui prévoyait effectuer des tests sur une vingtaine de personnes.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Un mystérieux portrait de la princesse Anastasia

Jim Watt et Veronica Kvassestkaia-Tsyglan tenant le portrait d'Anastasia.
Bientôt dévoilé au Arts and Letters Club de Toronto
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h52

Protéger l’environnement de/pour l’humanité

Plastic China, de Wang Jiuliang
Des films percutants au festival Planet In Focus du 19 au 22 octobre
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h50

Les réalisatrices autochtones veulent casser les clichés

Six femmes autochtones du court-métrage Creatura Dada.
18e édition du festival du film autochtone ImagiNATIVE
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h45

L’humoriste préféré des Français revient en anglais

Gad Elmaleh à Los Angeles (Photo: Todd Rosenberg Photography)
Oh My Gad le 11 novembre au théâtre Queen Elizabeth
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h40

Annulation d’Énergie Est: des raisons strictement économiques?

pipeline
Remplacé par Keystone XL: Donald Trump plus proactif que Justin Trudeau.
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h30

À millénial, millénial et demi

Le nouveau chef du NPD canadien, Jagmeet Singh.
Nos trois chefs politiques fédéraux sont «jeunes»
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h25

Maître Jesse Gutman

Maître Jesse Gutman
Agent de grief au Syndicat des employés de la fonction publique de l’Ontario
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h20

De plus en plus facile d’obtenir la citoyenneté canadienne

citoyennete
On n'a même plus besoin de vouloir résider au Canada.
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h15

Francophonie des Amériques: des liens qui se multiplient

centre_franco_ameriques_logo
On est 33 millions dans le Nouveau Monde
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h10

Le lac Érié à nouveau envahi par les algues

L'ouest du Lac Érié, le 26 septembre. (Photo: NASA)
Au banc des accusés: les engrais utilisés par les fermiers.
En lire plus...

16 octobre 2017 à 8h05

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur