Quand le photographié s’adresse au photographe

Jusqu’en avril au Ryerson Image Centre

L'exposition "Collaboration"


29 janvier 2018 à 8h00

Un «laboratoire collaboratif»: c’est ainsi qu’est présenté l’exposition «Collaboration: une histoire potentielle de la photographie» qui s’ouvre le 24 janvier au Ryerson Image Centre (RIC), situé au 33 rue Gould à Toronto.

Menée par Ariella Azoulay, Wendy Ewald, Susan Meiselas, Leigh Raiford et Laura Wexler, on y retrouve les travaux de différents photographes présentés sous forme de grilles réalisées par les étudiants des Universités Brown, California, Berkely, Ryerson et Yale.

«Qu’est-ce que la collaboration en photographie?», se sont demandé les commissaires. On pense interactions, relations, conversations, rencontres.

L’exposition « Collaboration »

Ainsi, les travaux récoltés illustrent sept réflexions autour de la photographie: les relations de pouvoir qu’elle engendre, la collaboration comme déclencheur de l’iconoclasme, la collaboration entre les personnes photographiées, l’implication des personnes photographiées, le rôle de partage de la photographie, la relation histoire/photographie, et le potentiel de l’appareil technologique.

Le travail est complet, pousse au questionnement et soulève des questions peu abordées en photographies… mais reste cependant très scolaire et trop dense.

Riches et pauvres

Une autre exposition, partie intégrante de «Collaboration», a grandement retenu notre attention. Intitulée «Rich and Poor», elle présente une partie du travail de Jim Goldberg, qui a réalisé des portraits de personnalités soit très riches, soit très pauvres de la Californie de 1977 à 1985.

Wendy Ewald, Portraits and Dreams – Children of Letcher County, Kentucky, 1976-present, included in Collaboration: A Potential History of Photography, research project led by Ariella Azoulay, Wendy Ewald, Susan Meiselas, Leigh Raiford, Laura Wexler, 2017.

Chaque cliché est annoté par les sujets de la photographie: quelques mots, voire quelques phrases dans lesquelles ils expriment leur condition sociale, et parfois s’adressent directement au photographe.

Cette série de photographies documentaires soulève beaucoup de questions et de thèmes, dont celui de la collaboration entre Jim Goldberg et ses sujets.

Une des personnes photographiées écrit par exemple ceci: «Maintenant, j’aperçois une porte de sortie vers un futur convenable. Je suis fatigué de cette merde, des drogues et tout ça. Peut-être que maintenant, je vais avoir le courage de faire quelque chose, quoi que ce soit. Je ne sais pas, on verra bien. Jim, merci. PS je t’aime.»

Une autre: «J’aime les privilèges que m’apporte ma condition favorisée – une grande maison, un domestique, de la nourriture exotique. Il y a beaucoup d’obligations qu’exige ma classe supérieure que je n’aime pas – une apparence correcte, un comportement préconisé, des idées pauvres. Pour le meilleur comme pour le pire, je gère ce paradoxe en vivant seule, en tant qu’artiste. Si tu veux retarder ta croissance, sois riche.»

Il faut noter que la plupart des autres sujets «riches» ont beaucoup moins de recul sur leur condition que celle-ci.

Les témoignages des personnes photographiées, apposés aux photographies prises par Jim Goldberg, ne résonnent que plus fort. Dans l’œil du photographe, leur vie prend une autre dimension, plus brute, malgré le papier verni – c’est le fruit de leur collaboration avec lui.

Jim Goldberg, Vickie Figueroa, San Francisco, Californie, 1982.

En route

Le RIC propose dans un même temps une exposition de la photographe Margaret Corry, intitulée Soon we were en route again…. Elle rassemble ses travaux de 1947 à 1963, des clichés pris aux quatre coins du monde par elle et son époux, lors de leurs nombreux voyages sur la route.

C’est une quantité impressionnante de clichés de leur vie quotidienne, et de nombreuses phrases écrites à la machine à écrire, pour légender les photos en noir et blanc.

On retrouve aussi le travail du photographe et vidéaste Ivan Sigal, qui s’est intéressé aux sociétés vivant des crises politiques et conflits, dans de nombreuses photographies et vidéos. Pour un documentaire touchant et brut, intitulé Karachi Circular Railway, il rappelle qu’il y a de la vie dans l’invivable.

Quelques albums de Margaret Corry

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La Bréhandaise: l’ascension des frères Poilbout

Marchés fermiers, mariages, repas corporatifs, associations: ils sont partout
En lire plus...

19 février 2018 à 9h00

Le Théâtre français de Toronto fêtera ses 50 ans avec panache

TheCarlu / Théâtre Français de Toronto
Cette année, le gala-bénéfice du Théâtre français de Toronto (TfT) ne se déroulera pas à la Distillerie comme d’habitude, mais au Carlu (College et...
En lire plus...

19 février 2018 à 7h00

Le «trouble du jeu vidéo» reconnu comme maladie

addiction jeu vidéo
Obésité, retard du langage, troubles du sommeil, diabète, hyperactivité...
En lire plus...

18 février 2018 à 14h14

Demain, tous crétins?

Des choses à savoir sur la baisse du quotient intellectuel
En lire plus...

18 février 2018 à 13h00

De van Spaendonck à Mondrian, l’art hollandais nous attend

Les Hollandais à Paris
Le Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la ville de Paris, organise une exposition fabuleuse, Les Hollandais à Paris, 1789-1914, qui nous permet de...
En lire plus...

18 février 2018 à 11h00

Un prof de la vieille école et un nouvelliste doux-amer

Gilles Archambault France Boisvert
Il y a cinquante ans, au Québec, on assistait à la création des cégeps. L’enseignante France Boisvert imagine les tribulations d’un collègue fictif dans...
En lire plus...

18 février 2018 à 9h00

Quiz : Kathleen Wynne

Kathleen Wynne
En lire plus...

18 février 2018 à 7h00

Un iglou géant pour les arts de la scène à Iqaluit

Qaggiavuut Nunavut
«Nos propres histoires ne nous appartiennent pas tant que nous ne les racontons pas nous-mêmes», écrivait Laakkuluk Williamson Bathory, membre du groupe d’artistes Qaggiavuut...
En lire plus...

17 février 2018 à 13h00

Stérilisation planétaire

Stérilisation planétaire extinction
Il y a 252 millions d’années avait lieu l’une des plus grandes extinctions de masse de l’histoire de notre planète. Étrangement, elle pourrait avoir...
En lire plus...

17 février 2018 à 11h00

À quoi ressemblait la première fleur?

la première fleur
Quelle forme une fleur peut-elle prendre et ne pas prendre? C’est une des énigmes auxquelles pourrait répondre un projet international visant à comprendre à...
En lire plus...

17 février 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur