Quand chanter sous la douche ne suffit plus!


23 avril 2013 à 11h26

S’il y a quelqu’un qui sait combien il est vital de se connecter avec ce qu’on aime et de lui faire une place dans notre vie, c’est Manon Côté. Voilà 18 ans qu’elle troque régulièrement son chapeau de directrice des communications de Radio-Canada pour celui de directrice musicale de l’ensemble vocal Les Voix du Coeur, aidant ainsi les chanteurs de tout acabit à trouver leur voix.

L’ensemble vocal étant en pleine effeverscence en vue de son prochain spectacle au Lula Lounge les 8 et 9 mai prochain, il n’y avait pas de meilleur temps pour assister à une répétition.

La répétition

L’ensemble comprend une trentaine de chanteurs amateurs. Plusieurs sont avec Les Voix du Coeur depuis des années. Les nouveaux qui ont rejoint les rangs suite aux auditions tenues par Manon en septembre et en octobre dernier ont maintenant quelques mois de pratique dans le corps.

Tout ce beau monde répétait samedi dernier dans la belle maison d’une choriste. Le grand salon avec piano à queue accueille quatre musiciens et tous les choristes qui suivent Manon, qui les dirige à travers les passages difficiles d’une orchestration ambitieuse.

Le film Fame, vous connaissez?

Le groupe se disperse tandis que les musiciens installent des micros. Dans la cuisine, plusieurs choristes discutent en se préparant un café pendant que deux chanteurs pratiquent leur duo dans un coin. Ça commence déjà à ressembler à mon film fétiche Fame.

Puis, une partie des chanteurs retourne au salon pour accompagner deux solistes interprétant New York, New York. La directrice musicale utilise tout son corps pour diriger cette chanson entraînante.

Je découvre deux choristes pratiquant une chorégraphie dynamique dans la cuisine, un quatuor chantant sans retenue dans la salle à dîner, une joyeuse bande se trémoussant en entonnant une chanson dans le grand bureau du maître de maison qui a battu en retraite, bon joueur. Et, m’a-t-on dit, j’ai manqué ceux qui pratiquaient au sous-sol.

Comme m’explique une choriste: «On ne perd pas de temps. Pendant que Manon s’occupe d’un groupe, les autres groupes se préparent!»

Il faut un capitaine

Ces amateurs agissent comme des pros, et ils s’entendent pour dire que Manon y est pour quelque chose. «Elle est fantastique!», affirment-ils, en cherchant les bons mots pour expliquer leur expérience enrichissante au sein des Voix du coeur.

La grande force de Manon Côté serait de fournir aux chanteurs l’occasion de constater qu’en acceptant d’explorer au-delà de notre zone de confort, de se dépasser un peu plus avec la discipline et surtout, de s’engager personnellement et envers le groupe, on retire une satisfaction immense et on récolte de grandes joies.

Originaire de la Gaspésie, Manon Côté a certainement acquis le goût de la rigueur et de la discipline chez les cadets de la marine, qu’elle a joints à l’âge de 13 ans. Elle a continué son engagement à Québec et y a consacré 13 ans de sa vie, allant de cadette, à officier, jusqu’à commandant d’une unité de 100 cadets à Cap-Rouge. Leader un jour, leader toujours!

Son père, lui-même commandant d’unité, était mélomane. La maison familiale comptait des milliers de disques classiques. Manon s’est impliquée dans toutes les activités musicales qui s’offraient à elle: formation en piano classique, choriste au secondaire, camps de musique, camps de cadets… Elle a éventuellement dirigé la fanfare des cuivres, bois et percussions des cadets (le tuba étant son instrument de prédilection! Vous imaginez un peu?).

Cinq ans sans musique

Quand le moment du choix de carrière est arrivé, Manon a opté pour des études en communications, a déménagé à Toronto, puis a délaissé la musique durant cinq ans…

En 1994, elle entend parler d’une chorale francophone fondée par Bernard Dionne. Elle ramène enfin la musique dans sa vie en entrant dans la chorale. Deux ans plus tard, elle en devient la directrice.

L’ensemble vocal crée depuis des années un spectacle annuel plutôt ludique de style cabaret (très bien servi d’ailleurs par le Lula Lounge, un peu gipsy sur les bords).

La directrice musicale s’est découvert un talent d’agente de casting, voyant rapidement le potentiel de ses choristes pour le théâtre ou la danse. L’expérience lui a aussi montré le pouvoir d’un costume pour chasser les inhibitions des chanteurs amateurs.

N’oubliant jamais sa vision d’un spectacle d’amateur de grande qualité, Manon offre des ateliers de technique vocale aux nouveaux choristes. Elle appuie chacun afin qu’ils retirent le maximum de leur expérience scénique.

Elle renforce sans cesse la notion que la contribution d’un choriste un peu timide qui préfère ne pas trop ressortir du groupe est aussi importante que celle du soliste qui se découvre un petit côté «bête de scène».

Moi aussi, moi aussi!

Pour quelle raison va-t-on voir un spectacle amateur alors qu’il y a tant de spectacles professionnels offerts dans une ville comme Toronto?

Je soupçonne que c’est parce que ça nous donne de l’espoir, de voir ces gens qui se sont permis de vivre leurs passions, d’y consacrer temps et énergie, pour le seul plaisir.

À la fin d’un bon spectacle amateur, on ne peut s’empêcher de penser qu’avec un peu d’effort et de courage, on pourrait, nous aussi, s’éclater un peu plus dans nos vies.

Les prérequis pour joindre Les voix du coeur en septembre prochain? Avoir une voix juste, aimer chanter… et être un peu fou.

Renseignements:

Les Voix du Coeur
Renseignements et billets: 416-267-1880 ou [email protected] 
Réservations de table: 416-588-0307
Où: Lula Lounge 1585 Dundas West (à l’ouest de Dufferin)
Quand: Mercredi 8 mai et jeudi  9 mai. Les portes ouvrent à 18h30, le spectacle commence à 19h30
Combien: 20$ à la porte (15$ pour étudiants et aînés). APPELEZ pour réserver! Coût de la nourriture et des consommations non inclus.

En visitant le blogue passions100facons.blogspot.ca, vous trouverez une foule d’autres petits bouts d’informations divertissantes: faits divers reliés au marketing, photos cocasses et liens qui ont capté l’attention de Nathalie Prézeau. Les deux nouveaux livres de l’auteure, Toronto Urban Strolls 1 (2e édition) et Toronto Urban Strolls 2 (avec 24 nouvelles marches) seront en vente au début mai en librairies et sur amazon.ca.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les langues officielles ont leur ministère

Mélanie Joly s'occupera aussi de la Francophonie et du Tourisme
En lire plus...

18 juillet 2018 à 17h37

Des portraits d’écrivains qui juxtaposent le réel et le surréaliste

Face à face
Face à face avec Mathieu Laca à la galerie Thompson Landry
En lire plus...

18 juillet 2018 à 12h00

Les araignées utilisent l’électricité de l’air pour voler

Ça intriguait déjà le jeune Darwin
En lire plus...

18 juillet 2018 à 7h00

CAH et le lobby des aînés: FARFO s’parler

Centres d'Accueil Héritage
Prêts pour le «tsunami gris»?
En lire plus...

17 juillet 2018 à 14h24

Une virée à Wasaga Beach

wasaga beach
Des plages qui respirent les vacances et la famille
En lire plus...

17 juillet 2018 à 12h00

Le seuil de l’hypertension est incertain

hypertension
Entre 120 et 140: le chiffre magique
En lire plus...

17 juillet 2018 à 7h00

Succès de la fête torontoise de la Bastille

Wychwood Barns
Un événement annuel redynamisé
En lire plus...

16 juillet 2018 à 12h00

Un capteur contre le dopage technologique

cyclisme
Un capteur détecterait le champ magnétique d’un moteur caché dans un vélo
En lire plus...

Raymond Brousseau nous fait découvrir l’art inuit

Raymond Brousseau
Important don du collectionneur et peintre au MNBAQ
En lire plus...

15 juillet 2018 à 11h00

Quand un écrivain n’est plus cru, il est cuit !

Le premier roman de Claude La Charité s’intitule Le meilleur dernier roman. Ça ne s’applique pas au livre qu’on lit mais plutôt à un...
En lire plus...

15 juillet 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur