«Préparer la route de ceux qui vont suivre»

Partagez
Tweetez
Envoyez

«C’est Samuel de Champlain qui disait, au début du 17e siècle: ‘Je fais toujours en sorte de préparer la route de ceux qui vont suivre’.»

C’est ce que la ministre déléguée aux Affaires francophones de l’Ontario, Madeleine Meilleur, a rappelé aux ministres de la francophonie canadienne, aux délégués et aux invités qu’elle a accueillis, mercredi soir 17 juin dernier, lors d’une réception au Musée royal de l’Ontario. L’évènement s’inscrivait dans le cadre de la commémoration du 400e anniversaire de la présence française en Ontario et de la 20e Conférence ministérielle de la francophonie canadienne (CMFC).

Et d’ajouter: «N’est-ce pas là, plus que la marque d’un génie cartographe, la vision pour un peuple émergent que Champlain annonçait déjà, et qui allait s’établir sur les terres du Nouveau Monde. Depuis Champlain, depuis 400 ans, le français s’est établi d’abord comme langue, ensuite comme culture et aujourd’hui comme peuple parlant le français dans le nouveau territoire que l’on nomme l’Ontario.»

Prenant la parole au nom de la ministre du Patrimoine canadien, le secrétaire parlementaire Jacques Gourde, a déclaré: «Sans Champlain, il n’y aurait pas d’Amérique française. Et sans votre apport et vos réalisations, le visage du Canada serait bien différent. Quatre cents ans après le passage de Champlain en Huronie, vous incarnez d’une manière admirable un pilier fondamental de l’identité canadienne.»

Dans son premier discours à titre de présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA), Sylviane Lanthier a fait écho au dossier du recrutement d’immigrants d’expression française, un des sujets abordés par les ministres plus tôt dans la journée: «Le rêve de Champlain, celui de l’établissement de communautés francophones (on appelait ça des colonies) en terre d’Amérique, c’est aussi le nôtre. Et ses défis de l’époque sont aussi les nôtres: Champlain a, sans relâche, eu à convaincre le gouvernement français et ses bailleurs de fonds de rester solidaires avec lui. Il leur a sans relâche demandé deux choses: premièrement, des fonds et des ressources pour bâtir des communautés et faire des échanges avec les autres habitants de cette terre d’Amérique; deuxièmement, des gens pour habiter ces colonies.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Quatre cents ans plus tard, nous sommes aussi déterminés que Champlain l’était, nous portons notre rêve et nous accomplissons le sien, par notre présence partout au pays. Nous continuons de dire à nos ministres comme il disait aux siens: donnez-nous les moyens, donnez-nous les gens, et nous ferons de grandes choses. »

Pour sa part, Denis Vaillancourt, président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), a indiqué: «Nous applaudissons et reconnaissons les nombreuses initiatives du gouvernement de l’Ontario pour appuyer et valoriser sa communauté francophone. Il faut reconnaître ici le leadership déterminé de notre ministre déléguée aux affaires francophones, Mme Meilleur, pour avoir fait avancer les dossiers de la francophonie.

D’ailleurs, je félicite la ministre pour sa récente ouverture portant sur l’adhésion de l’Ontario à l’Organisation internationale de la Francophonie à titre d’observateur.»

Au cours de leurs travaux, les ministres ont eu plusieurs présentations dont celle des co-présidents de l’Alliance économique francophone, Éthel Côté et Marc Tremblay.

* * *

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Allocutions de:

La ministre déléguée aux Affaires francophones de l’Ontario

Le secrétaire parlementaire Jacques Gourde

La nouvelle présidente de la FCFA

Le président de l’AFO

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les co-présidents de l’Alliance économique francophone

* * *
À lire aussi dans L’Express: Les ministres de la francophonie ont fêté le 400e

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur