Première affirmation de la virginité de Marie

Partagez
Tweetez
Envoyez

Dernière mise à jour 16/11/2021 à 13h55 par Paul-François Sylvestre

Chez les Grecs ou les Romains, la notion de virginité féminine semblait secondaire; dans les premiers siècles du christianisme aussi. Mais tout change à partir du concile d’Éphèse, en 431. Par la voix du pape Célestin 1er, l’Église affirme pour la première fois que Jésus est né d’une vierge.

Cette affirmation stupéfiante pousse le pape Léon 1er à confirmer, lors du concile de Calcédoine (451), «le caractère inouï de la naissance de Jésus, conçu par une vierge, né d’une vierge, sans l’intervention d’un homme».

Les discussions entre théologiens furent très vives. On se demandait si Marie était vierge avant la naissance de Jésus, pendant sa naissance ou après sa naissance. On dut se rabattre sur une notion particulière de la virginité féminine, celle associée à la pureté et à la sainteté, donc absente de péchés.

À noter, en passant, qu’autour du Xe siècle, l’abeille fut souvent associée à la Vierge, car chez cet insecte, la conception se fait sans sperme, dans une sorte de «génération spontanée». Naissance «idéale» aux yeux des autorités chrétiennes. Mais selon saint Augustin, Marie était née avec la tache du péché originel.

Auteur

  • Paul-François Sylvestre

    Chroniqueur livres, histoire, arts, culture, voyages, actualité. Auteur d'une trentaine de romans et d’essais souvent en lien avec l’histoire de l’Ontario français. Son site jaipourmonlire.ca offre régulièrement des comptes rendus de livres de langue française.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur