Premier rapport de la Commission sur le bilinguisme et le biculturalisme

Il y a 40 ans

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le 5 décembre 1967, la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme (Commission BB) dépose son premier rapport et recommande l’égalité du français et de l’anglais dans tous les services gouvernementaux fédéraux.

C’est le Premier ministre Lester B. Pearson qui créa la Commission BB et qui invita le journaliste québécois André Laurendeau et l’intellectuel ontarien Davidson Dunton à la coprésider. Dès leur premier rapport, les coprésidents redéfinissent les relations entre les Canadiens et les Canadiennes d’expression française et d’expression anglaise. Ils proposent l’établissement d’un nouveau partenariat entre francophones et anglophones.

Le Gouvernement du Canada, recommandent-ils, fonctionnerait plus efficacement en français, et les provinces majoritairement anglophones seraient encouragées à offrir un plus grand nombre de services au public dans la langue de la minorité, lorsque la demande est suffisante. De plus, on prendrait des mesures supplémentaires pour reconnaître la contribution et le patrimoine des autres communautés culturelles.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le gouvernement fédéral ne tarde pas à donner suite aux recommandations du rapport. La première Loi sur les langues officielles est adoptée en 1969.

Elle proclame l’égalité de statut du français et de l’anglais au sein de toutes les institutions fédérales. Elle énonce les critères démographiques qui déterminent l’offre de services fédéraux dans les deux langues. Elle crée aussi le poste de Commissaire aux langues officielles, sorte d’ombudsman neutre sur le plan politique, chargé d’être la conscience active des Canadiens et des Canadiennes en matière de langues officielles.

Quatre décennies plus tard, on ressent toujours les répercussions de ce premier rapport de la Commission BB dans les politiques linguistiques fédérales, bien entendu, mais également dans les sciences sociales et même dans les débats sur les droits de la personne, en raison de la contribution des personnes extraordinaires qui ont participé à la rédaction du rapport.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur