Premier concert à Toronto pour le groupe Gigi French

Jazz, pop, folk, swing... francophone

Giselle Weber, chanteuse du groupe Gigi French.
Partagez
Tweetez
Envoyez

«Toutes les personnes au Québec qui chantent en français font souvent une tournée au Québec, puis après c’est la Belgique et la France. Moi, je me suis dit qu’il doit y avoir des francophones partout au Canada…» Giselle Weber, chanteuse du groupe Gigi French, explique ainsi pourquoi son groupe jouera bientôt pour la première fois à Toronto.

Avec la voix rauque de Giselle Weber, dans un style jazz, swing et punk, Gigi French est en tournée pour son deuxième album La boue.

Rendez-vous le 27 décembre de 20h à 22h au Today/Tonight Bar (1704 Queen Street West) pour découvrir l’univers de Gigi French, avant sa tournée en Europe (Belgique et Danemark). L’entrée se fait par contribution volontaire.

Histoires «douces-amères»

Avec son album La boue, sortie le 18 octobre, Gigi French nous parle de thématiques plus ou moins graves comme les pratiques douteuses de la chasse, la dépendance aux loteries vidéo, l’amour, mais aussi de la situation économique dans le Québec rural… Il s’agit d’histoires «douces-amères», décrit Giselle Weber.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Je suis tannée qu’on traite toujours des mêmes sujets. On entend toujours les mêmes métaphores, les mêmes clichés, et c’est surtout des chansons d’amour ou des ballades… J’essaie juste de traiter d’autres sujets que je trouve importants, qui me touchent», explique-t-elle.

Avec ses musiciens et travaillant avec Howard Bilerman (copropriétaire d’un studio d’enregistrement et batteur d’Arcade Fire), Giselle Weber s’inspire d’artistes comme Édith Piaf, Nina Simone ou encore Ella Fitzgerald.

Cette dernière surtout: «Parfois j’essaie de sourire quand je chante pour imiter un peu sa façon joyeuse de chanter.»

Une chanteuse polyvalente

Avant de faire partie de Gigi French et de chanter en français, Giselle Weber a connu d’autres expériences musicales en tant que meneuse et rockeuse de Hot Springs.

Par la suite, elle s’est fait connaître sous le nom de Giselle Numba One, puis elle a pris la tête de Orkestar Kriminal, qui interprète dans huit langues différentes des mélodies «gangsters» des années 1920 et 1930.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le groupe a d’ailleurs remporté un prix GAMIQ, qui récompense la musique indépendante québécoise, pour leur titre Tummel en 2015.

Pochette du titre Tummel du groupe Orkestar Kriminal.

Finalement, «Gigi French c’est un projet qui me tient à cœur. J’adore raconter des histoires et je veux composer en français pour que les gens puissent comprendre, même si ce n’est pas ma langue maternelle. C’est une discussion intime entre moi et le public, si je chante dans une langue qu’ils comprennent moins, il y a beaucoup moins de réactions.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur