Pour la parité et la diversité dans les organismes culturels

Comité permanent du Patrimoine canadien
Le gouvernement fédéral tiendra compte de la parité hommes-femmes et la diversité culturelle des dirigeants des organismes qu'il subventionne.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Un récent rapport d’un comité de la Chambre des communes propose diverses mesures pour améliorer la parité hommes-femmes dans les organismes artistiques et culturels canadiens.

Des intervenantes du milieu accueillent favorablement les recommandations du rapport et souhaitent que ces suggestions donnent lieu à des changements concrets à l’échelle nationale.

Le rapport du Comité permanent du patrimoine canadien, présidé par la députée de Toronto-Danforth Julie Dabrusin, fait suite à une consultation en mai 2018 de 18 témoins qui représentaient des organismes culturels et communautaires canadiens, des universitaires et des spécialistes.

Comité permanent du Patrimoine canadien
Julie Dabrusin

Ressources, mentorat, formation

En plus de proposer une étude plus approfondie sur la question, le rapport suggère de créer diverses ressources et d’instaurer plusieurs mesures telles que:

• une tribune pour l’échange d’information et de pratiques exemplaires;

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

• un programme de mentorat pour les femmes axé sur le développement du leadership et des compétences;

• des programmes de leadership et de bourses pour jeunes leaders;

• l’élaboration de politiques contre le harcèlement et pour la parité au sein des organismes artistiques et culturels;

• des programmes de perfectionnement professionnel sur la parité hommes-femmes et destinés aux membres de conseils d’administration;

• des programmes de ressources humaines pour éliminer les obstacles à l’avancement des femmes (services de garde améliorés, horaires flexibles et congés parentaux).

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Lier le financement à la parité

Le rapport recommande également au gouvernement fédéral de lier son financement accordé aux organismes aux initiatives de parité, en plus de respecter le principe de parité dans ses nominations d’administrateurs des organismes culturels.

Enfin, le comité sénatorial suggère d’aller au-delà de la parité masculine-féminine et d’encourager une plus grande diversité au sein de la haute direction et des conseils d’administration.

Carmen Gibbs (Photo: avec l’autorisation de Dolores Breau MPA)

Écart «inexplicable»

Carmen Gibbs, directrice générale de l’Association acadienne des artistes professionnels du Nouveau-Brunswick (AAAPNB) n’est nullement surprise des témoignages du rapport qui font état de la faible représentation féminine dans des postes de direction, et ce, peu importe la discipline artistique.

Elle qualifie d’inexplicable qu’un tel écart généralisé existe encore dans la société canadienne en 2019.

«Par contre, ma réaction est de voir cette étude comme très bienvenue. Je trouve cela intéressant et je trouve qu’il est temps que l’on s’attarde à cela une fois pour toutes pour que cette disparité disparaisse, que ce soit au niveau de la représentation, des postes occupés et de la rémunération», souligne-t-elle.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Certaines recommandations trouvent d’ailleurs écho avec des initiatives récentes de l’AAAPNB, qui adoptera ce printemps une politique contre le harcèlement et qui réclame une loi sur le statut de l’artiste au Nouveau-Brunswick.

Carmen Gibbs affirme qu’une telle loi suivrait les recommandations du rapport et éliminerait certains obstacles avec des services de garde améliorés, des horaires flexibles et des congés parentaux.

Marie-Christine Morin (Photo: avec l’autorisation de Dwayne Brown Studio Inc)

Encourageant

Marie-Christine Morin, directrice générale de la Fédération culturelle canadienne-française, abonde dans le même sens et accueille favorablement le contenu de ce rapport.

«Il est encouragent que, de un, on se soit penché sur la question qui est clairement un enjeu dans le secteur et, de deux, que les recommandations de ce rapport aillent non seulement dans le sens de mesures concrètes, mais aussi des mesures qui touchent la collaboration, le mentorat et le développement professionnel des femmes dans le domaine ou qui y aspirent», mentionne-t-elle, en qualifiant d’assez juste le portrait global brossé par les témoignages.

Tout comme Mme Gibbs, elle rappelle que le dossier de la parité comprend également toute une série d’obstacles systémiques qui causent une certaine précarité pour les femmes.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Quand on regarde la parité, il faut la regarder avec une lentille élargie et qu’on regarde vraiment tous les outils à la disposition des gens pour qu’ils puissent évoluer dans ce milieu sans être dans une situation précaire», souligne-t-elle.

Comme la Chambre des communes a reçu ce rapport en début d’année, il est encore trop tôt pour savoir quelles mesures seront implantées. «Il y a question d’une étude et des questions de financement donc on va voir ce que le gouvernement mettra en place. Il est clair que ce genre d’initiatives doit s’accompagner d’engagements», conclut Mme Morin.

En science aussi

Par ailleurs, la ministre des Sciences et des Sports, Kirsty Duncan, a profité de la Journée internationale des femmes et des filles de science (11 février), pour annoncer que le gouvernement fédéral prendra des mesures pour que «le milieu canadien de la recherche soit aussi diversifié que la population canadienne».

Des subventions pouvant aller jusqu’à 200 000 $ (totalisant 10 millions $ sur 5 ans) viseront à aider les écoles secondaires du pays à «prôner et favoriser la diversité» aux moyens de politiques ou de formations. Entre autres initiatives, une campagne et un site web tenteront d’éveiller l’intérêt des jeunes femmes pour les sciences.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur