Porte-greffes clonés pour pommiers clonés

Partagez
Tweetez
Envoyez

Pendant plus d’un an, le Dr Praveen Saxena, professeur et chercheur au département de l’agriculture végétale de l’Université de Guelph et son équipe de chercheurs, dont le Dr Max Jones, ont utilisé une méthode de culture de tissus pour multiplier et pour faire pousser les porte-greffes de pommiers plus rapidement que jamais, et ce, dans un environnement de laboratoire contrôlé.

La recherche du Dr Saxena accélère le processus traditionnel de reproduction des porte-greffes par l’utilisation de méthodes modernes de cultures de tissus végétaux ou par la micropropagation (multiplication végétative in vitro). La nouvelle méthode de multiplication aidera les pomiculteurs à semer exactement le type d’arbres fruitiers qui donneront les variétés de pommes qu’ils désirent.

«Les pommiers cultivés à partir de semis de pépin manquent d’homogénéité, ce qui donne des arbres qui produisent différents types de pommes de qualités diverses», indique le Dr Saxena en expliquant que chaque pépin de pommes est différent et qu’il est porteur de génétiques uniques de deux plantes-mères.

Caractéristiques souhaitables

De manière à toujours obtenir un type particulier de pommes, comme McIntosh ou Golden Delicious, la méthode du Dr Saxena consiste à greffer une pousse provenant de l’arbre d’origine cloné à un porte-greffe, lequel est également cloné pour préserver l’uniformité génétique.

On obtient ainsi des arbres qui produisent les caractères souhaités, comme un fruit qui est plus résistant aux maladies ou qui a une couleur accentuée au goût sucré, ou des arbres qui atteignent une taille précise.

«À l’aide de cette méthode éprouvée, nous sommes en mesure de produire en masse des plants beaucoup plus efficacement que par les méthodes traditionnelles, donnant de nouveaux arbres ou des arbres souhaités et des porte-greffes en production plus rapidement que jamais», explique le Dr Saxena en ajoutant que la plupart des porte-greffes de pommiers proviennent de l’Union européenne et des États-Unis, et que très peu de variétés sont spécifiquement adaptées pour prospérer dans le climat ontarien.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le Dr Saxena prévoit que cette technologie sera largement adoptée par l’industrie pomicole et par les pépinières de l’Ontario qui cultivent des porte-greffes pour le greffage; cela est censé accroître la demande des producteurs ontariens pour les porte-greffes de l’Ontario, puisque l’approvisionnement actuel ne peut répondre aux besoins de l’industrie.

«Cette nouvelle méthode de reproduction améliorera la compétitivité des pommes de l’Ontario, en plus de leur permettre de prendre leur place sur le marché», mentionne le Dr Saxena, lequel prédit que sa technologie aura une incidence sur la totalité de l’industrie des fruits de vergers puisque la méthode de développement du porte-greffe peut également être utilisée avec d’autres types d’arbres fruitiers.

Préserver les variétés

Il y a également un avantage pour la préservation des espèces. La technologie du Dr Saxena peut aider à préserver les variétés de pommiers ancestrales qui, autrement, pourraient être en danger d’extinction, car seules les variétés les plus populaires sont cultivées et vendues pour la production commerciale de pommes.

De nombreuses variétés traditionnelles de pommes pourraient être sauvées par le biais d’une propagation rapide et en préservant le porte-greffe de pommiers ancestraux par l’utilisation de la nouvelle méthode de reproduction.
Il existe actuellement 200 pomiculteurs commerciaux en Ontario qui cultivent 15 variétés commerciales sur une superficie d’environ 16 000 âcres.

Le financement par l’entremise du programme Gryphon’s LAAIR (Leading to Accelerated Adoption of Innovative Research) de l’Université de Guelph a permis au Dr Saxena de rédiger sa recherche pour la commercialisation. Le programme Gryphon’s LAAIR est appuyé par l’initiative fédérale-provinciale-territoriale Cultivons l’avenir 2.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur