Plus facile de s’entendre sur la biodiversité que sur le climat


9 novembre 2010 à 11h45

Les banquiers sauveront-ils la biodiversité? Les graines sont plantées… mais il faudra peut-être attendre longtemps. Pour l’instant, c’est surtout sur un contentieux vieux de 18 ans que les 192 pays en sont récemment arrivés à une entente, à la dernière heure de la Conférence des Nations Unies sur la biodiversité.

Le contentieux était le suivant: quelles redevances faudrait-il verser à un premier pays (généralement pauvre) lorsqu’un second pays (généralement riche) exploite chez le premier une ressource génétique»?

Lors de la Conférence de Nagoya sur la biodiversité, c’est cet enjeu, appelé «Accès et partage des bénéfices», qui a fait l’objet de l’entente la plus solide… Plus solide que les promesses de ralentir l’extinction des espèces!

Le nouveau Protocole de Nagoya contient aussi une promesse d’augmenter la superficie des terres protégées (contre la chasse ou l’exploitation minière, forestière, etc.) de 12,5 à 17%; et d’augmenter la superficie des zones marines protégées de moins de 1% actuellement à 10%. En tout, 20 cibles pour 2020, plus spécifiques que celles qui avaient été fixées en 2002 (et dont aucune n’a été atteinte).

Partage des bénéfices

Ces cibles restent purement volontaires, et reposent pour l’instant sur des promesses de financement par les pays riches (seul le Japon, pays hôte, a promis 2 milliards $, mais les autres se sont donnés jusqu’en 2012 pour en discuter). Alors qu’à l’inverse, dans le cas du partage des redevances, le Protocole de Nagoya comporte une promesse concrète de partager des revenus qui existent d’ores et déjà… bien que l’entente n’entrera en vigueur qu’en 2020.

«Avant aujourd’hui, nous n’avions pas de règles internationales sur la façon de partager les bénéfices de nouvelles pilules, de nouveaux plants, de nouveaux produits tirés des trésors génétiques du monde en voie de développement», a plusieurs fois résumé, Nick Nuttall, porte-parole du Programme pour l’environnement des Nations Unies.

De Nagoya à Cancún

Que s’est-il passé pour que cette entente aboutisse?

En partie «l’effet Copenhague»: après l’échec de la Conférence de Copenhague sur les changements climatiques en décembre dernier, suite à des révélations troublantes sur la manipulation des données scientifiques par des climatologues onusiens, les délégués et les environnementalistes avaient besoin d’un succès pour se remonter le moral. 

Il a même été suggéré que le succès de Nagoya servirait à envoyer un signal positif à Cancún, où aura lieu le mois prochain la prochaine rencontre sur les changements climatiques.

Et en partie l’économie: les redevances que verseront les industries pharmaceutique, chimique ou cosmétique aux pays en voie de développement dont ils exploitent les «ressources génétiques» se chiffreront en milliards de dollars. C’était suffisamment tangible pour que les pays concernés, dont la Chine et l’Inde, tiennent leur bout.

Ne rien faire coûte cher

En comparaison, l’impact de l’extinction des espèces, lui, ne se mesure pas en espèces sonnantes et trébuchantes.

Du moins, pas encore. C’est pour combler cette lacune que le 13 octobre, juste avant l’ouverture de la Conférence de Nagoya, avait été déposée une étude sur «les coûts économiques» de la dégradation de la nature.

Réalisée sous l’égide du Programme des Nations Unies pour l’environnement et dirigée par l’économiste indien Pavan Sukhdev, The Economics of Ecosystems and Biodiversity conclut que la sauvegarde d’un écosystème se traduit… par des profits!

Forêts, pêches et même récifs de corail: on peut tous leur attribuer une valeur monétaire, en fonction des revenus qu’ils apportent aux populations locales. Rien que la conservation des forêts par exemple, en permettant l’absorption par les arbres de davantage de gaz à effet de serre, sauverait au moins 3700 milliards $ en dommages causés par les changements climatiques, d’ici 2030.

Calculs controversés

Un tel type de calcul n’est pas une première. Malheureusement, le plus connu est aussi le plus controversé: en 2006, l’économiste britannique Nicholas Stern avait avancé le même argument dans une étude économique du même type, avançant que si les gouvernements ne réagissaient pas dans les 10 prochaines années, le réchauffement climatique pourrait coûter 7000 milliards $ à l’économie mondiale.

Ces prédictions apocalyptiques avaient été largement discréditées par les analystes, qui soulignaient notamment que Stern n’avait pas considéré dans la balance les avantages – plus nombreux que les désavantages selon certains – que peut apporter le réchauffement… a fortiori si ce réchauffement s’avérait moins exceptionnel qu’on le dit.

Les auteurs de l’étude présentée à Nagoya veulent fournir aux gouvernements et aux gens d’affaires des arguments pour les convaincre d’embarquer dans le train de la protection de la biodiversité.

Dans les mots de Sukhdev, son étude «peut réorienter la boussole de l’économie et annoncer une nouvelle ère dans laquelle la valeur des services que nous rend la nature sont rendus visibles et deviennent une partie intégrante des processus décisionnels en politique et dans les affaires.»

Le président de la Banque mondiale (dont Nicholas Stern a déjà été l’économiste en chef), Robert B. Zoellick est venu enfoncer le même clou à Nagoya.

Appelant le patrimoine biologique de notre planète son «capital naturel», il a eu le langage du banquier: «La santé naturelle des nations devrait être un capital calculé conjointement avec ses capitaux financier, manufacturier et humain… Les comptes nationaux doivent refléter le service d’entreposage du carbone que nous rendent les forêts et la valeur des récifs de corail dans leur rôle de protection des côtes.»

Le Sommet de Rio

Les Conférences des Nations Unies sur les changements climatiques et sur la protection de la biodiversité sont toutes deux sont les rejetons du Sommet de Rio, en 1992, une époque où l’optimisme était palpable.

Environnementalistes et politiciens semblaient, à défaut de parler d’une seule voix, être capables de se comprendre. Les conférences sur les changements climatiques ont accouché du Protocole de Kyoto en 1997, largement ignoré par la suite par ses signataires, dont le Canada à l’époque de Jean Chrétien.

Faut-il se réjouir que les organisateurs de Nagoya comparent ce premier protocole sur la biodiversité au Protocole de Tokyo sur le climat?

www.sciencepresse.qc.ca

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

De bouche à oreille, de retour pour une deuxième saison

De bouche à oreille
Nouveauté: des rencontres informelles au Coq of the Walk
En lire plus...

24 septembre 2018 à 10h53

Blague franco-ontarienne

Demain, 25 septembre, sera la Journée des Franco-Ontariens et des Franco-Ontariennes. Ce n’est pas un jour férié, comme la Fête nationale au Québec, mais...
En lire plus...

24 septembre 2018 à 10h23

Des sondes japonaise et américaine vont ramener de la poussière d’astéroïde

astéroïde
De la haute voltige: la semaine dernière, la sonde japonaise Hayabusa 2 s'est approchée de l’astéroïde Ryugu pour larguer deux mini-robots.
En lire plus...

23 septembre 2018 à 13h00

Un trésor à découvrir au Musée des beaux-arts de Montréal

MBAM
Resplendissantes enluminures de livres d’heures au MBAM
En lire plus...

23 septembre 2018 à 11h00

Témoignage aussi déchirant que nécessaire

Jonas Gardell
Au début des années 1980, le sida est considéré comme la maladie des homos, la nouvelle peste, voire la punition de Dieu.
En lire plus...

23 septembre 2018 à 9h00

Quiz : Jean-Paul 1er

23 septembre
Vrai ou Faux: Jean-Paul 1er demeure, à ce jour, le dernier pape de nationalité italienne? Et d'autres questions sur ce pape assez spécial.
En lire plus...

23 septembre 2018 à 7h00

Difficile retour à la vie civile après l’Afghanistan

L'Aquilon
Le capitaine Jocelyn Démétré a écrit son histoire pour exorciser ses démons
En lire plus...

22 septembre 2018 à 11h00

Les écoles des Franco-Colombiens coûtent trop cher?

Après un procès lancé en 2013 et un appel qui s’est soldé en juillet par une défaite, l’ultime recours est la Cour suprême du...
En lire plus...

22 septembre 2018 à 9h00

Crêpe Street, le vendeur de crêpes itinérant à Toronto

food truck
Le camion Crêpe Street, crée par un jeune Français et sa compagne torontoise, sillonne les rues de Toronto depuis deux mois.
En lire plus...

21 septembre 2018 à 13h00

Une croisée des mots pancanadienne à Toronto

Bibliothèque de Yorkville
Blaise Ndala le 18 octobre à la Bibliothèque de référence, puis à Didier Leclair le 15 novembre à Yorkville.
En lire plus...

21 septembre 2018 à 11h25

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur