Plus encore qu’ici, la vaccination internationale s’impose

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le 20 novembre la ministre Bev Oda présentait les trois volets de la stratégie de l’ACDI sur «les enfants et les jeunes» désormais une priorité de l’aide canadienne: la survie des enfants, leur protection et la qualité de l’éducation.

Tout en reconnaissant que la vaccination est une mesure prioritaire pour la survie, madame la ministre n’a pas profité de l’occasion pour annoncer un financement pour l’Initiative canadienne d’immunisation internationale (ICII).

Pourtant, l’ICII a beaucoup contribué aux retombées impressionnantes de la vaccination dans le monde, par exemple, une diminution de 74% des décès dus à la rougeole en sept ans et la presque éradication de la polio.

Selon l’OMS, si tous les vaccins disponibles à l’heure actuelle contre les maladies infantiles (rougeole, diphtérie, coqueluche, tétanos), étaient massivement adoptés, au coût d’un milliard $ mondialement, il serait possible de prévenir deux millions de décès additionnels par année.

La juste part du Canada serait 50 millions $, c.-à-d. 1% du budget d’aide canadien. Un petit pour cent pour sauver 100 000 vies. On attend quoi là?

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur