Picasso et ses modèles à Buffalo

Épouses, amantes et objets banals

Femme en vert, huile sur toile, 1944, 130 x 97 cm. Ce tableau représente Henriette Theodora Markovitch, dite Dora Maar, une photographe et peintre française qui fut l’amante et la muse de Picasso.
Partagez
Tweetez
Envoyez

L’exposition Picasso: The Artist and His Models, à l’Albright Knox Art Gallery de Buffalo jusqu’au 19 février, explore la carrière de l’artiste entre 1906 et 1965, découvrant comment Picasso avait le don de transformer une figure tridimensionnelle en une évocation bidimensionnelle. Ce n’est qu’à trois heures de route depuis Toronto.

Les modèles de Picasso sont naturellement des épouses et des amantes, mais aussi des objets banals dont les formes et les interrelations l’intriguaient. Ses liens très intenses avec plusieurs de ses sujets lui permettaient de distiller leur énergie et de l’infuser dans des œuvres d’art de divers médiums.

Les œuvres en montre – peintures, sculptures, dessins et lithographies – révèlent les façons dont l’artiste a joué un rôle majeur dans le développement de l’art moderne en remettant en question des idées conventionnelles comme l’imitation de la réalité.

Au cours de sa carrière prolifique, Picasso a souvent réinventé son style et ses modèles. Dans certains cas, il a ré-imaginé le même sujet plusieurs fois, rendant son ingéniosité d’autant plus évidente.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’exposition met certaines créations de Picasso en parallèle avec des œuvres d’autres artistes de la collection du musée des beaux-arts Albright Knox. Cela inclut, entre autres, des grands noms français comme George Braque, Fernand Léger et Henri Matisse.

Pour Picasso, Paul Cézanne demeure un modèle éprouvé. Il s’inspire du tableau Madame Cézanne pour créer Femme en vert. Le portrait froid et distant peint par Cézanne devient, chez Picasso, une tête de chien, image de sa relation avec l’amante Dora Maar, qui a commencé à s’éroder en 1943 avec l’apparition de Françoise Gilot dans la vie de l’artiste.

L’artiste hors-norme a eu besoin de neuf femmes pour que son génie explose. Il en a seulement épousé deux. Peut-être était-ce un clin d’œil aux deux seules femmes qu’il a essayé d’aimer au-delà du miroir, au-delà de l’impossible: sa mère Maria et sa sœur Conchita.

 

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur