Penser en dehors de la boîte… de graphisme

Costa Leclerc Design

Partagez
Tweetez
Envoyez

Depuis des années, la firme Costa Leclerc Design trouve des façons originales de souhaiter de joyeuses fêtes à ses clients tout en leur transmettant l’information sur l’organisme bénéficiaire de leur don corporatif annuel. Cette approche permet à la boîte de graphisme de faire d’une pierre… quatre coups!

J’ai rencontré Denis Leclerc, la tête francophone de l’entreprise bilingue Costa Leclerc Design (CLD), afin qu’il m’en parle un peu plus. Il m’a invitée dans le sélect Soho House (club privé dont il est membre) lové à l’ombre du splendide Hôtel Shangri-La.

L’ambiance est aussi feutrée que celle des boys’ clubs qu’on voit dans les films: divans de cuir, petits recoins pour brasser de grosses affaires, service discret, pas le droit de prendre des photos, etc. Mais le jeune homme à la réception, vêtu d’un T-shirt de Mickey Mouse, et la marqueterie du magnifique plancher, faite de bois de grange, indique qu’il s’agit d’un club fait pour plaire à une communauté artistique.

Y étant membre, Denis Leclerc peut à la fois profiter personnellement de l’ambiance stimulante et de la bonne cuisine du Soho, et cultiver ses relations d’affaires en leur offrant une expérience des plus agréables, en dehors du bureau.

Ça ne date pas d’hier!

Ce réflexe de faire d’une pierre deux coups ne date pas d’hier chez l’entrepreneur.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le décor intime du club porte aux confidences. Dans la conversation, j’apprends que lorsqu’il était adolescent, Denis devait marcher une heure pour se rendre de sa banlieue vers le quartier plus cossu de ses amis. Qu’à cela ne tienne, il profitait de la marche à la fin de ses soirées pour… étudier. Il s’arrêtait sous la lumière de chaque lampadaire pour lire un passage qu’il entreprenait ensuite de mémoriser dans la noirceur, jusqu’au prochain lampadaire.

On comprend que les clients bénéficiant d’une telle imagination pour maximiser les ressources en ont pour leur argent.

Aller de l’Avent

Le 1er décembre dernier, CLD a avisé ses relations d’affaires qu’un calendrier de l’Avent était disponible sur leur nouveau site web.

Chaque jour jusqu’au 25 décembre, la boîte a ajouté une surprise à son calendrier. On découvrait tout à tour des faits intéressants, des offres ludiques, des réflexions philosophiques inspirantes, et des liens sur quelques organismes auprès desquels faire des dons.

On peut voir la version finale de ce calendrier interactif sous la rubrique Élémentaire de leur site (cliquez la case arborant le chiffre 25 en jaune, puis le titre 25 jours de merveilles).

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Premier coup: redonner à la société

Une firme bien établie comme Costa Leclerc peut décider de faire des dons corporatifs en argent (ce qu’ils font chaque année), mais ils choisissent aussi de consacrer du temps de création pour donner une visibilité accrue à l’organisme de leur choix.

On comprend ici que redonner à la société est à la portée de toutes les entrepreneurs. Chacun peut en effet choisir de consacrer du temps, à défaut d’argent, pour assister des organismes à but non lucratif auxquels il croit, selon la nature de son entreprise. Pensez création de visuel, services légaux, consultation marketing, rédaction, correction, traduction, conception de clips, prise de photos et autres.

Deuxième coup: renouvellement

Ce sont par de tels projets qu’une firme créative peut le plus se renouveller.

Denis remarque que les contrats impliquant des clients viennent souvent avec des contraintes (tels le look courant de la compagnie ou la résistance aux nouvelles idées). Or, pour attiser la flamme créative, il faut pouvoir se dépasser de temps en temps. Si l’occasion de dépassement ne vient pas d’un contrat, la firme peut se créer son propre projet et en faire bénéficier quelqu’un.

Dans la section Élémentaire de leur site web, vous trouverez toutes les actions promotionnelles créées par CLD pour attirer l’attention sur des organismes à but non lucratif. Mes préférées comprennent une boussole, une maisonnette à construire, des caractères d’imprimerie vintage, un bricolage de petits oiseaux pour l’arbre de Noël et un sandwich au beurre de pinotte et confiture. Denis Leclerc est aussi membre du collectif PADEJO, lui permettant d’explorer des avenues très différentes de celles fréquentées par sa firme. On pouvait le voir lors du dernier Nuit Bouffe sculpter des ballounes avec ses artistes partenaires Paul Walty et Joseph Muscat.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Troisième coup: renforcer sa crédibilité

Le point de départ du calendrier de l’Avent était l’écrit, affirme Denis. «De nos jours, le contenu devient plus important que le visuel», explique-t-il. Un projet comme le calendrier de l’Avent permet à la firme de se positionner comme une entreprise capable de penser un contenu pertinent.

Quatrième coup: relations publiques

La compagnie donatrice peut ensuite faire part de son action pour mieux faire connaitre à sa clientèle les valeurs de l’entreprise. (Les projets développés pour accompagner les dons se retrouvent dans le porte-folio de Costa Leclerc.)

Elle peut ainsi engager une conversation en ligne dans ses médias sociaux, sur son site web ou lors de rencontres sociales, la base de bonnes relations publiques. (Sans oublier que ça permet d’attirer l’attention du public vers l’organisme bénéficiaire et peut-être de motiver d’autres compagnies à lui prêter main forte.)

Un autre avantage du calendrier est qu’il a appris aux visiteurs comment naviguer sur le nouveau site de CDL (bâti sur la même structure de cases de mosaïque que l’on clique).

À la portée de tous

De nos jours, il n’en coûte plus rien pour envoyer en ligne documents, PDFs, photos, illustrations, eBooks et clips. C’est la démocratisation des moyens de diffusion.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La question se pose donc pour toutes les entreprises, petites et grandes. «Que peut-on créer et donner à nos clients pour célébrer notre relation, renforcer nos liens et commencer une conversation?»

«Et comment va-t-on s’amuser en même temps?», rajoute Denis Leclerc, en hédoniste pragmatique.

Vous trouverez cet article et une foule d’autres faits et considérations sur le blogue www.passions100facons.blogspot.ca. Nathalie Prézeau est l’auteure de Toronto Fun Places… for families et des deux guides Toronto Urban Strolls… for girlfriends 1 et 2, en vente en librairies et sur ses deux sites.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur