Pas d’obligation pour les câblos hors Ontario d’offrir TFO

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le CRTC, l’organisme fédéral qui régit l’utilisation des ondes publiques, n’autorisera pas l’élargissement du rayonnement de TFO par l’entremise des télé-distributeurs canadiens, qui auraient été obligés de l’offrir à leurs abonnés.

Rendue le 12 novembre par le CRTC, «cette décision décevante ne diminue en rien notre conviction de faire la distribution de nos contenus éducatifs de langue française aux communautés qui ont en fait la demande au Conseil», a indiqué Glenn O’Farrell, président et chef de la direction du Groupe Média TFO.

Plus de 700 citoyens et organismes – dont la ministre déléguée aux Affaires Francophones de l’Ontario, le Commissaire aux langues officielles du Canada, ainsi que le Commissaire aux services en français de l’Ontario – avaient appuyé la demande de TFO d’élargir le rayonnement de ses émissions éducatives à l’ensemble du pays.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

De plus, selon un sondage réalisé par IPSOS pour le compte de TFO en 2015, 88% des Canadiens qui habitent dans les provinces où l’accès aux émissions de télévision en français est très limité, sont largement favorables à la diffusion d’un plus grand nombre d’émissions destinées aux francophones et aux francophiles.

Bell Télé, Bragg Communications Incorporated (Eastlink) et Rogers Communications Partnership (Rogers) s’opposaient à la demande, affirmant que le signal de TFO est déjà distribué partout au Canada et que l’ordonnance demandée est une mesure d’exception à utiliser avec parcimonie.

Le CRTC a estimé qu’il existe déjà «plusieurs mécanismes réglementaires qui peuvent assurer un juste rapport de force» lors de la négociation de la distribution des services de TFO à l’échelle du pays.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur