Pas de publication des témoignages à l’enquête préliminaire de Magnotta

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 19h25 HAE, le 14 mars 2013.

MONTRÉAL – L’homme accusé d’avoir tué un étudiant chinois a semblé essuyer des larmes jeudi alors que davantage de preuves contre lui ont été présentées lors d’une enquête préliminaire.

Luka Rocco Magnotta avait été plutôt impassible depuis le début de son enquête préliminaire il y a quatre jours, étant assis avec les bras croisés et écoutant sans émotion.

Mais jeudi, il a paru essuyer des larmes pendant qu’un enquêteur de la police de Montréal déposait des éléments de preuve.

Enchaîné et assis dans un box des accusés fortifié dans une salle de cour sous haute sécurité, Magnotta a levé sa main vers la bouche avant d’essuyer et de frotter ses yeux sous ses lunettes.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Âgé de 30 ans, Magnotta est accusé du meurtre prémédité de Jun Lin, un étudiant chinois en génie de l’Université Concordia. Il fait aussi face à quatre autres chefs d’accusation en lien avec cette affaire.

Les preuves qui sont présentées au procès sont frappées d’une ordonnance de non-publication.

Un deuxième enquêteur de la police de Montréal a témoigné jeudi. Plus tôt dans la journée, un journaliste britannique a également témoigné, à la demande de la Couronne.

Alex West, reporter au quotidien tabloïd Sun de Grande-Bretagne, était à Montréal pour couvrir le procès avant d’apprendre qu’il était assigné à témoigner.

Le père de la victime, Diran Lin, était de retour dans la salle d’audience après l’avoir quittée précipitamment, en pleurs, plus tôt cette semaine, ébranlé par les témoignages entendus lors de l’audience.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La famille Lin a fait le voyage au Canada, à des coûts considérables, pour honorer la mémoire de leur proche et suivre les procédés judiciaires.

L’enquête préliminaire doit déterminer s’il existe suffisamment de preuves pour intenter un procès contre Magnotta pour le meurtre de M. Lin, âgé de 33 ans. Au moins trois semaines ont été réservées pour l’enquête préliminaire.

L’enquête préliminaire a jusqu’à maintenant attiré une attention médiatique considérable. Des étudiants en droit, en criminologie et en journaliste ont assisté aux procédures.

Un homme de 22 ans qui se décrit comme un supporteur de Magnotta s’est rendu en voiture à Montréal depuis la Caroline du Nord pour assister à l’enquête préliminaire et tenter d’entrer en contact avec l’accusé.

Mercredi, un des avocats de Magnotta, Raphael Feldstein, s’est retiré de l’affaire lorsque la Couronne a soulevé un possible conflit d’intérêts. Deux avocats défendent toujours Magnotta: le Torontois Luc Leclair et le criminaliste montréalais Pierre Panaccio.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur