Pas de panique!

Partagez
Tweetez
Envoyez

Les marchés, c’est comme la météo ou le sport. Une tempête et on a l’impression qu’on ne verra plus jamais le soleil! Une défaite pour notre équipe préférée et on réclame une transaction!

La semaine dernière, de nombreux investisseurs se sont demandés s’ils ne devaient pas retirer leurs investissements en bourse alors que les marchés chinois ont dégringolé et que les marchés nord-américains ont suivi. Il ne serait pas étonnant que certains d’entre vous, lecteurs, ayez décidé de ne pas placer de sommes supplémentaires dans vos REÉR, influencés par les mauvaises nouvelles en provenance de Chine. Pourtant, n’importe quel conseiller financier intelligent ou gestionnaire sensé vous diront que vos objectifs de placements doivent s’appuyer sur une vision à long terme.

Si vous avez eu peur, la semaine dernière, dites-vous bien que votre décision n’avait rien à voir avec les principes fondamentaux de l’épargne. Cela dit, j’ai assez chicané… il faut se poser la question si cette chute boursière va se poursuivre.

Plusieurs analystes s’attendaient à une correction à un moment ou à un autre. Le TSX a gagné 135% depuis octobre 2002 et la progression des derniers mois s’appuient en bonne partie sur la hausse de la demande et des prix des ressources naturelles. Est-ce que la demande pour les ressources peut vraiment ralentir alors que la Chine et les autres pays émergents ont des besoins énormes? À suivre…

Merci à l’Alberta…

Les ventes d’autos seront fortes, encore une fois, cette année, dans l’Ouest du Canada, mais elles devraient ralentir en Ontario et dans les autres provinces de l’Est du pays. Selon une étude de la Banque Scotia, les ventes de véhicules ont augmenté de 10% en Alberta et en Colombie-Britannique en janvier.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pendant ce temps, les trois grands de l’automobile continuent de connaître des difficultés dans le marché nord-américain. En février, les ventes de Ford ont chuté de plus de 11% alors que celles de General Motors ont reculé de 6,6%. Les ventes de DaimlerChrysler ont fait du surplace. Par contre, tout va bien dans le meilleur des mondes pour Toyota, qui a dévoilé des ventes mensuelles records, en hausse de 6,5%.

Grosses banques, gros profits

Trois grandes banques ont dévoilé leurs résultats financiers pour le 1er trimestre 2007. D’abord, la Banque de Montréal (BMO) a encaissé un profit net de 585 millions $, une baisse de 3,5% en raison des coûts de restructuration engendrés par la suppression de 1000 emplois, tout récemment.

De meilleurs résultats pour la Banque Nationale, qui a enregistré un profit net record à son premier trimestre de 240 millions $, une hausse de 11%. Les volumes de prêts et de dépôts grimpent et la banque tire profit de la progression de la division gestion de patrimoine. À la CIBC, un bond des profits de 33% à 770 millions $. Et puis, à la Banque Royale, tout va très très bien dans toutes les divisions… et le profit net a bondi de 27,6% pour atteindre un record de 1,49 milliard $. L’institution a aussi annoncé une hausse de son dividende de 15%.

Hausse de la richesse… et de la pauvreté

Le fossé continue de se creuser entre les riches et les pauvres au Canada. Une nouvelle étude menée par le Centre canadien de politiques alternatives révèle que le revenu moyen des familles avec enfants les plus riches (10% de la population) est 82 fois plus élevé que le revenu moyen des plus pauvres (10% de la population). Cet écart est presque 3 fois plus important qu’il y a 30 ans.

Gérald Fillion est journaliste spécialisé en économie à Radio-Canada. Consultez son carnet: www.radio-canada.ca/carnet.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur