Parlons chanson avec… Richard Desjardins

Richard Desjardins (Photo: Michel Dompierre)

Richard Desjardins (Photo: Michel Dompierre)


21 mars 2017 à 0h29

Quand il est question de Richard Desjardins, il est difficile – pour ne pas dire impossible – de faire la part entre l’artiste, l’homme, le citoyen et l’empêcheur de tourner en rond… Les étudiants de Parlons chanson ont donc choisi d’aborder toutes ces facettes de front lorsqu’ils ont questionné Desjardins au sujet de Notre-Dame des Scories, une des chansons-phares de cet album incontournable qu’est Kanasuta.

En tant que documentariste et auteur-compositeur, vous abordez souvent les mêmes problématiques dans ces deux formes, comme c’est le cas des questions liées à l’exploitation minière. Comment le documentariste influence-t-il l’auteur-compositeur, et vice versa?

Je ne crois pas «aborder souvent les mêmes problématiques dans ces deux formes», comme vous dites. C’est plutôt rare, en fait. Cela dit, je suis né dans la cour d’une fonderie de cuivre où les humains constituaient les seules choses vivantes autour de moi, tellement c’était pollué. Ça a dû m’impressionner, faut croire.

Mais avant d’être documentariste ou artiste, je me considère comme un citoyen. Arrivé à l’âge adulte, je me suis rendu compte que je ne connaissais rien de cette énorme usine. Qui la détenait, où le cuivre s’en allait une fois coulé, etc. Cette ignorance était d’ailleurs répandue dans toute la population qui se contentait d’avoir une job. Je me suis mis à me questionner et aussi à questionner les autres.

Et si je suis documentariste, c’est peut-être aussi parce que j’ai toujours voulu passer du temps avec mon grand ami Robert Monderie, un formidable photographe que je connais depuis l’âge de douze ans. Il m’a entrainé vers le cinéma documentaire… et je me suis laissé faire. À mon grand plaisir.

kanasuta

À l’époque des premières grèves des mineurs en Abitibi, le mouvement syndical répondait à un besoin urgent. Pensez-vous que les syndicats ont encore un rôle important à jouer dans le monde du travail d’aujourd’hui?

Sûrement. Les patrons d’entreprises se réunissent en associations, les commerces en «chambres», les actionnaires de compagnies se rencontrent annuellement. Ils ont tous un intérêt commun: faire plus d’argent. À l’autre bout de cette réalité, les travailleurs n’ont que leur «union» pour défendre leurs salaires et constamment rappeler aux gouvernements que leurs conditions de travail doivent être protégées par des lois.

Je vois bien que le syndicalisme est en perte de vitesse. Il s’est au départ développé autour des grands chantiers où plusieurs hommes travaillaient ensemble et parlaient entre eux. Il était plus facile de construire une solidarité. Aujourd’hui, le travail est plus morcelé, plus disséminé dans toutes sortes de domaines nouveaux. Plus précaire aussi. De plus en plus de gens travaillent à la maison. De sorte que de nouvelles formes de solidarité vont devoir s’inventer. Via les réseaux sociaux, peut-être…

Dans les villes minières du Nord, l’Église catholique soutenait-elle activement les travailleurs pendant leurs conflits avec les employeurs? Le clergé a-t-il eu une influence plutôt positive, plutôt négative, ou était-il impuissant?

L’Église catholique a farouchement pris partie pour les employeurs qui, parfois, meublaient ses presbytères, gratos. Elle a toujours considéré les syndicats comme des bandes de méchants communistes étrangers et, qui plus est, athées. Je me souviens très bien du curé de ma paroisse qui, à la veille d’un vote de grève à la fonderie, intervenait directement dans son sermon dominical pour décourager les travailleurs à se former en syndicat.

Richard Desjardins (Photo: Victor Diaz Lamich)
Richard Desjardins (Photo: Victor Diaz Lamich)

Croyez-vous qu’il est possible d’exploiter les ressources naturelles du Nord tout en respectant l’environnement et les droits des autochtones?

Absolument. Mais il y a beaucoup, beaucoup de travail à faire. En ce pays, les ressources naturelles sont par définition «publiques». Nous en sommes propriétaires, chacun de nous. Un cas rare au monde. Ce sont nos gouvernements qui en sont les gérants, en notre nom. Mais ils ont de tous temps concédé l’exploitation de ces richesses à des entreprises privées en échange de minuscules redevances. À Val d’Or, une épinette noire leur est attribuée pour 25 cents.

Je travaille au sein d’Action boréale, une association indépendante qui milite pour l’établissement d’une foresterie intelligente et pour la protection de territoires naturels. Nous soumettons régulièrement au gouvernement des propositions en ce sens. La première chose qu’il fait, c’est de demander aux compagnies si elles ont des objections à nos propositions…

Si les lois environnementales étaient respectées avec une certaine intégrité, les dirigeants miniers seraient tous en prison. L’univers de nos ressources naturelles est régi par de bons principes, en général. Mais leurs applications sont constamment ralenties, enrayées, dénaturées par les forces économiques corporatives.

Quant aux Autochtones – qui n’ont obtenu le droit de voter qu’en 1970 – ils vivent encore là où on les a tassés en 1874: dans des réserves. Une honte, reconnue par les Nations Unies. Malgré les lois récemment promulguées en leur faveur, ils n’ont pas encore – sauf une exception en Colombie-Britannique – obtenu le droit de cogérer les ressources naturelles de leurs propres territoires.

Ceux de mon coin, les Algonquins, n’ont jamais signé aucun traité avec quelconque gouvernement concernant l’abandon de leurs titres fonciers. De sorte que les terrains où se trouvent le Parlement fédéral et la Cour suprême du Canada sont toujours les leurs. S’ils en avaient les moyens, les Algonquins pourraient les exproprier!

Dans cette chanson Notre-Dame des Scories, l’image du vol imaginaire au-dessus de la ville est très forte. Y a-t-il eu quelqu’un dans votre enfance qui vous a encouragé à développer et ne pas perdre votre imagination?

C’est un rêve récurrent depuis que je suis petit: m’envoler dans une boîte à savon. Mais je n’y arrive que rarement, à cause des fils électriques qui me font peur… Mes frères et ma sœur sont tous des artistes à leur manière. Ma mère jouait prodigieusement du piano, mon père chantait. Tout ça a joué, c’est sûr.

J’ai suivi des leçons de piano à partir de neuf ans. Puis j’ai abordé la musique pop. Mon grand frère, qui chantait bien et aimait la chanson française, voulait que je l’accompagne au piano. Comme les partitions n’étaient pas disponibles, j’ai dû retranscrire la musique à l’oreille et surtout réduire toute la musique d’un orchestre pour un seul piano. J’ai beaucoup découvert par cette expérience.

Mais je connais un tas d’artistes qui se sont construits tout seuls. Par courage, volonté et surtout… passion.


Notre-Dame des Scories

Plus rien ne nous protège

Notre-Dame s’est pendue

Le facteur dans l’blanc d’neige

Sous les bills passé dus

La grève, la grève, la grève…

C’est mauvais comme de l’or

C’est tout coulé dans’haine

Tu veux voir des trésors

Des vrais trésors

Sont là, su’à picket line

Courage, camarades!


Entrevue réalisée par les étudiants du cours de français langue seconde Parlons chanson avec Dominique Denis. Pour en savoir davantage sur ce cours, rendez-vous sur le site www.dominiquedenis.ca


À lire aussi dans L’Express:

Parlons chanson avec… Michel Rivard

Parlons chanson avec… Stef Paquette

Parlons chanson avec… Pierre Flynn

Parlons chanson avec… Fred Pellerin

Parlons chanson avec… Richard Séguin

Parlons chanson avec… Émile Proulx-Cloutier

Parlons chanson avec… Éric Dion

Parlons chanson avec… Zachary Richard

Parlons chanson avec… Edgar Bori

Parlons chanson avec… Philippe B

Parlons chanson avec… Jacques Bertin

Parlons chanson avec… Louise Forestier

Parlons chanson avec… Richard Desjardins

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Employé a la vente au detail – MEPHISTO

MEPHISTO
La boutique de chaussures « MEPHISTO confort de France » recherche un collaborateur à la vente au 1177  Yonge St à Toronto (centre ville), au Nord de Bloor St Summerhill station...
En lire plus...

Il y en a pour tous les goûts: les concerts gratuits des 23 et 24 septembre

Francophonie en fete
Un véritable tour du monde de la musique francophone
En lire plus...

21 septembre 2017 à 9h11

Les Voix du cœur recherchent de nouveaux talents

Une scène du spectacle des Voix du Coeur au théâtre Bluma Appel en mai 2016.
Le spectacle du printemps portera sur les cinq sens...
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h57

Didier Leclair se dit «écrivain de la marge»

Didier Leclair à la bibliothèque de Toronto le 18 septembre.
Écrire en français hors Québec: tout un défi
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h03

Six Franco-Ontariens à la rencontre d’une Première Nation

Les Franco-Ontariens participent à une cérémonie autochtone.
Au pays des Wahgoshigs
En lire plus...

20 septembre 2017 à 13h31

Nouveau conseil d’administration pour le CFT

Le nouveau conseil d'administration du Centre francophone de Toronto. À gauche: le président Jean-Luc Bernard.
Le CFT a reçu le titre d’«organisation phare» de la part de Centraide/United Way
En lire plus...

19 septembre 2017 à 17h35

Des wraps pour les adeptes de l’alimentation crue

WrapItUpRAW-taco-web-79f4912ff1dacc222fd91b2b6532550aacd9e3fb
La production exige beaucoup de travail, mais la commercialisation se fait en un tour de main.
En lire plus...

19 septembre 2017 à 15h21

Les finalistes du prix Christine-Dumitriu-van-Saanen

Paul-François Sylvestre, Gabriel Osson, Claude Guilmain
Tous Torontois
En lire plus...

19 septembre 2017 à 11h22

Rentrée télé: des champions… et un point de saturation

La série de six épisodes Comment devenir adulte, de Wookie Films (Winnipeg), est diffusée cet automne sur la chaîne Unis. Dans la photo, Rémi, Vanessa, Simon et Bréanne préparent la rentrée au Collège Louis-Riel. (Photo: Wookie Films)
L’offre télévisuelle de l’automne est lancée dans l’inquiétude. Les producteurs se mobilisent pour défendre la clause d’exception culturelle attaquée par Washington dans les pourparlers...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 16h01

Des Gémeaux pour l’Ontario

L’émission Cochon Dingue, réalisée par le Franco-Ontarien Mathieu Pichette (à gauche), a remporté plusieurs prix dimanche  au gala des Gémeaux. Mathieu Pichet, Stéfany Brulier, Julie Lavalée, Sébastien Hurtubise, Carlos Soldevila, Micheline Sylvestre, Pascal Morissette, Pascal Barriault, Marie-Lou Morin. (Photo: Paul Ducharme)
Des producteurs et des artisans franco-ontariens se sont illustrés au gala de la télévision et des médias numériques.
En lire plus...

18 septembre 2017 à 14h45

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur