Ontario: un discours du Trône de gouvernement majoritaire

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 16h40 HNE, le 22 novembre 2011.

TORONTO – À entendre leur discours du Trône, mardi, on avait du mal à imaginer que les libéraux ontariens de Dalton McGuinty ont été réduits à un gouvernement minoritaire.

Le discours, qui inaugure la première session de la législature ontarienne depuis les élections générales du 6 octobre, a répété plusieurs promesses libérales, notamment un crédit d’impôt de 1500 $ pour les rénovations domiciliaires pour les personnes âgées, la réduction de 30 pour cent des droits de scolarité des collèges et universités à partir du 1er janvier, et la poursuite du processus de mise en place dans le Grand Toronto d’un service de trains de banlieue ouvert 24 heures.

Dans son discours du Trône de 12 pages, lu par le lieutenant-gouverneur David Onley, le gouvernement libéral indique qu’il suivra les idées mises de l’avant par le parti au cours de la campagne électorale, et parle du «mandat de quatre ans» qu’il a obtenu.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le gouvernement affirme que le crédit d’impôt pour rénovations domiciliaires destiné aux personnes âgées, qui coûtera 136 millions $ par année, combiné avec une augmentation des soins à domicile stimulera l’économie en créant des emplois, et en évitant que des gens se retrouvent à l’hôpital et dans des centres de soins de longue durée.

L’Ontario veut réduire la croissance des dépenses en santé de plus de la moitié, pour ramener cette hausse à environ trois pour cent par année, et espère limiter la hausse totale de ses dépenses à un pour cent par année. Mais cela signifie des restrictions budgétaires dans d’autres ministères, qui n’ont pas été précisées.

Certains détails seront connus mercredi lorsque le ministre des Finances, Dwight Duncan, présentera sa mise à jour économique de l’automne à l’Assemblée législative. Dans le discours du Trône, on parlait de gérer la «nouvelle réalité économique mondiale», sans présenter de mesures concrètes.

Le discours a d’ailleurs souligné la nécessité de réduire les dépenses gouvernementales pour que la province puisse continuer d’espérer éliminer son déficit budgétaire de 16 milliards $ d’ici 2017-18. Le gouvernement a aussi prévenu que chaque «nouveau dollar» dépensé devra être un dollar économisé ailleurs.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur