On peut encore admirer les photos de la Ceinture de verdure jusqu’en juin

Partagez
Tweetez
Envoyez

Alors que la Ceinture de verdure de Toronto souffle sa sixième bougie, l’exposition de photographies qui met en scène différents aspects de la «Greenbelt» va bientôt être retirée du paysage du centre Harbourfront.

C’est en 1950 que l’architecte paysagiste français Jacques Gréber propose la création d’une ceinture de verdure autour d’Ottawa. Quelques années plus tard, avec ses vingt parcs provinciaux, ses deux parcs nationaux et ses cinq zones protégées, elle deviendra une des ceintures les plus cohérentes et complètes au monde.

Le fer à cheval

En 2005, le projet pour intégrer la région de la Golden Horseshoe à la Ceinture de verdure (régions de Durham, York, Halton, Peel et les villes de Toronto et d’Hamilton) est accepté par le ministère des Affaires municipales et du Logement.

Selon le gouvernement, il est nécessaire de préserver les espaces verts dans la région la plus densément peuplée du Canada, la Golden Horseshoe.

L’année dernière, la conseillère municipale Paula Fletcher, alors responsable des parcs, a soumis au gouvernement provincial un plan d’aménagement, toujours à l’étude, pour intégrer la vallée des rivières Don et Humber de Toronto à la Ceinture de verdure.

La Ceinture en photos

Au centre Harbourfront et jusqu’au mois de juin, une exposition extérieure de 72 photographies géantes présente la Ceinture de verdure à travers l’expérience de huit photographes.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Trois thèmes sont abordés: «le travail de la terre», «la beauté de la nature» et «les habitants de la Ceinture de verdure». Les huit artistes se sont immergés dans la vie de la «Greenbelt» pour en ressortir chacun avec une vision personnelle retransmise par les photographies.

Environ 8000 personnes ont leur lieu de travail dans la Ceinture de verdure. L’un des objectifs de cette zone est d’aider les exploitants agricoles qui luttent contre la mondialisation. Plusieurs photographes ont donc mis en scène certains de ces agriculteurs, comme l’artiste Erin Riley qui dit s’intéresser aux jeunes agriculteurs.

Toute une série de photographies en noir et blanc, réalisée par l’artiste Keesic Douglas, nous invite à réfléchir à l’histoire de la Ceinture de verdure et à l’héritage laissé par les générations passées.

Dernier agrandissement

Le 6 avril dernier, la Commission de la Capitale nationale a fait l’acquisition de 84 hectares de terrain dans la tourbière Mer Bleue à l’est d’Ottawa. À ce jour, d’autres aménagements sont en cours de discussion.

La Ceinture de verdure n’a donc pas fini de s’étendre…

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur