On ne peut pas modifier son ADN pour échapper à la police… pas encore

N'essayez pas ça à la maison...

ADN-génétique

Le criminel devrait pratiquer sur lui-même une intervention médicale extrême qui affecterait toutes ses cellules en même temps. (Photo: Fernando Gregory | Dreamstime.com)


30 mai 2018 à 7h00

C’est une histoire qu’on aurait pu imaginer dans la télésérie policière CSI: en achetant sur Internet un simple «kit génétique» coûtant environ 300 $, «des criminels pourraient manipuler leur propre ADN pour éviter leur détection par les bases de données de la police», selon le quotidien britannique Daily Mail.

Le «kit» en question existe bel et bien: il s’appuie sur une technologie appelée CRISPR-Cas9, nouvelle technologie de manipulation et de modification des gènes qui fait fureur ces dernières années dans les laboratoires à travers le monde.

Appelée tour à tour «ciseau» ou «scalpel» génétique, cette technologie permettrait d’effectuer des modifications génétiques avec une précision et une rapidité de loin supérieures à tout ce qui existait avant. L’objectif ultime étant de guérir ou prévenir des maladies en corrigeant un gène défectueux.

Efficacité douteuse

Mais beaucoup des expériences en cours révèlent encore des obstacles imprévus ou des taux d’erreurs élevés. Avec pour résultat qu’on devrait légitimement douter de l’efficacité d’un «kit» vendu en ligne pour 300 $ qui promettrait rien de moins que de modifier notre génome.

Sur leurs sites respectifs, les vendeurs de «kits CRISPR» le présentent généralement comme un appareil servant à jouer avec les gènes de… bactéries — l’équivalent 2018 des kits de chimie des adolescents d’autrefois. Même pour les compagnies qui prétendent pouvoir cibler un gène responsable d’une maladie, aucune ne prétend pouvoir guérir — tout cela reste hautement expérimental.

Et même si on présumait qu’un gène puisse être altéré définitivement, il en faudrait plus pour tromper le test génétique classique effectué par des policiers à partir d’un prélèvement de salive, de sang ou du bulbe d’un cheveu.

Analyse de séquences d’ADN

En gros, ce test repose sur ce que les généticiens appellent l’analyse des microsatellites, des séquences d’ADN formées par une répétition continue des mêmes motifs. La longueur et la fréquence de ces motifs permettent de repérer un individu: il devient par exemple possible de cibler un suspect qui se trouverait déjà dans les bases de données de la police.

Comme ces motifs sont éparpillés à travers le génome, et que celui-ci est composé de 3 milliards de paires de base, un criminel qui choisirait cette méthode pour brouiller les pistes aurait du boulot — en supposant que ce soit possible.

Autant l’article du Daily Mail qu’une journaliste d’un autre quotidien britannique, le Daily Telegraph, ont cité un nommé George Church, généticien très médiatisé aux États-Unis et l’un des pionniers de la technologie CRISPR, qui semble accréditer l’idée que des criminels puissent utiliser la technologie pour «disparaître des bases de données de la médecine légale».

Science-fiction

On ignore s’il en parle au présent ou dans un futur relevant pour l’instant de la science-fiction — parce que, comme le rappelle la biochimiste Eleanor Graham également dans le Daily Telegraph, le criminel ne devrait pas juste altérer un de ses gènes, mais pratiquer sur lui-même une hypothétique intervention médicale «plutôt extrême» qui ferait en sorte que toutes ses cellules soient affectées en même temps (puisqu’une copie de notre ADN réside dans chacune des cellules de notre corps).

Verdict: il n’est pas impossible que la science-fiction devienne un jour réalité, mais pour l’instant, avec la technologie dont on dispose et dans l’état très imparfait de nos connaissances sur les gènes, le kit pour transformer son ADN soi-même n’existe pas. Et il est hautement déconseillé d’essayer cela à la maison.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Des sculptures asymétriques pour des réponses humaines inédites

sculpteur
Le nouveau musée The Modern.Toronto met en vedette des artistes de l’abstrait, comme le sculpteur ontarien André Fauteux jusqu'au 9 février.
En lire plus...

16 janvier 2019 à 9h00

Comment les écrivains parlent-ils des animaux?

À vos déguisements: l'émission radiophonique littéraire Quatrième de Couverture revient avec le «carnaval des animaux», le 19 janvier prochain à 14h30 au Collège Boréal.
En lire plus...

16 janvier 2019 à 7h00

10 nominations pour Damien Robitaille au 10e Gala Trille Or

Damien Robitaille est en lice pour le Prix Trille Or de l'«Artiste solo» de l'année et dans neuf autres catégories non genrées de l'APCM,...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 19h31

Contestation judiciaire : les premières demandes de financement sont attendues

Programme de contestation judiciaire
Près de deux ans après la fermeture du Programme d’appui aux droits linguistiques (PADL) et 12 ans après l’abolition du Programme de contestation judiciaire...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 16h00

Haro sur le gaspillage des aliments

Un tiers de la nourriture produite dans le monde finirait à la poubelle. Au Canada, plus de 60% de cette nourriture serait encore consommable....
En lire plus...

15 janvier 2019 à 14h25

La santé mentale dans le domaine de l’emploi: il faut en parler

C’est bien, pour une entreprise, d’avoir une approche définie sur papier pour traiter les problèmes de santé mentale – mais sa mise en pratique...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 9h00

Un mystérieux signal cosmique, c’est bien, mais deux, c’est mieux

Des «sursauts radio rapides» venus des profondeurs du cosmos, mais qui ne durent que quelques millièmes de seconde, c’est déjà intrigant. Mais lorsqu’on en...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 7h00

La débandade des Maple Leafs se poursuit

Les Maple Leafs recevaient la visite de l'Avalanche du Colorado pour la seule fois de la saison lundi soir à l'Aréna Scotiabank. Avant la...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 22h54

1,9 million $ du fédéral pour le «Carrefour» de l’Université

Université de l'Ontario français
La ministre fédérale des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, a annoncé un investissement de 1,9 million $ pour le développement du...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 20h40

L’immigration comme solution pour faire croître la francophonie en Ontario

Plusieurs politiques canadiennes ont été mises de l’avant au cours des dernières années, afin de favoriser l’immigration francophone hors Québec.
En lire plus...

14 janvier 2019 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur