On a de la Chance

Concert Coup de coeur belge vendredi au Artscape Youngplace

Antoine Chance (photo: Kmeron)
Partagez
Tweetez
Envoyez

Soirée belge à votre agenda ce vendredi, alors que le deuxième des trois concerts Coup de coeur de la saison met à l’affiche Antoine Chance et ses deux musiciens au Artscape Youngplace, précédé d’une réception moules et frites à 18h30.

«Artiste de l’année» dans son pays en 2015, il présentera – pour la première fois à Toronto, après avoir fait sensation aux Francofolies de Montréal l’an dernier – le matériel de son premier album solo, Fou, des chansons rock dans des traditions aussi variées que les Beatles, Bach ou Michel Polnareff.

Antoine Chance (photo: Yann Stofer)
Antoine Chance (photo: Yann Stofer)

Fils de l’illustrateur Philippe Geluck («chance» en flamand) et évoluant dans une famille d’artistes, Antoine Chance est musicien depuis plusieurs années: piano d’abord dès l’âge de 6 ans, puis guitare électrique pour émuler Nirvana. Il a notamment étudié et travaillé en Angleterre avec d’autres musiciens, jouant dans les bars.

Son panthéon reste très anglais – Coldplay, Vampire Weekend, Bon Iver, Radiohead, Patrick Watson – et il confesse accorder plus d’importance à la musique, la mélodie, qu’au texte.

«Je dis simplement que le socle pour moi, c’est la musique avant tout, mais les chansons sont la combinaison des deux», explique-t-il en entrevue à L’Express. «J’ai toujours besoin qu’il y ait une part de mystère dans le texte. Les sujets sont des humeurs. Des humeurs qu’on retrouve dans le cinéma de David Lynch, d’Almodovar dans la musique de Bon Iver ou dans les tableaux de Spilliaert.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

C’est en français qu’il choisit d’écrire et de chanter. Il y a d’ailleurs «une réelle effervescence artistique autour des projets en français actuellement» en Belgique et en France.

La musique franco se porte bien… «si on évite de mentionner l’aspect économique», laisse-t-il tomber.

Il lui a fallu du temps pour arriver à un disque solo, composant les musiques dans son studio emménagé dans sa maison d’enfance et faisant appel à plusieurs collaborateurs chevronnés. «La recherche d’un fil conducteur s’est faite en studio», confirme-t-il.

Il hâte de découvrir le Canada anglais. La tournée Coup de coeur (produite à Toronto par le Centre francophone, mais s’inscrivant dans le festival né à Montréal il y a 30 ans) l’emmènera aussi à Winnipeg et Vancouver. «J’ai enregistré un Ep dans le Connecticut, mais je n’y jamais tourné, mes musiciens oui», précise-t-il.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

On sait que sa musique est parfaitement exportable chez nous. Pour ce qui est de la nôtre dans son pays, Antoine Chance indique qu’à «chaque fois qu’on découvre un band canadien, on est en général très impressionné. On va voir beaucoup de concert et c’est toujours la claque.»

Pour la suite des choses, Antoine Chance a «pas mal de projets: J’avance bien sûr mes chansons. Je m’occupe d’un lieu de tournage où j’ai mon studio son. Je lance un projet de court-métrage animé à partir d’une musique… C’est une belle période.»

Le Artscape Youngplace / Small World Music Centre est un nouveau centre culturel communautaire situé au 180, rue Shaw, au nord de Queen avant Ossington. Cocktail à 18h30, concert à 20h.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur