Obésité, diabète, AVC, cancers… merci le sucre!

Catherine Lefebvre

Catherine Lefebvre


3 avril 2017 à 23h36

Accusé de créer une dépendance similaire à la cocaïne, le sucre est le premier facteur responsable des maladies cardiovasculaires, du diabète, du cancer et de l’obésité.

C’est ce qui ressort de l’enquête menée par Catherine Lefebvre, nutritionniste, conférencière et chroniqueuse sur l’alimentation et le voyage. Ce mardi 28 mars, elle présentait son livre Sucre: Vérités et conséquences à la Librairie Mosaïque, dans les locaux de l’Alliance française.

Catherine Lefebvre s’est aussi intéressée à l’impact des plantations sucrières sur l’environnement et sur la vie des gens qui y travaillent. «La culture du sucre est intimement liée à l’histoire de l’esclavagisme», et la culture de la canne à sucre a été très dommageable pour la faune et la flore.

Catherine Lefebvre a d’ailleurs fait un voyage à la Barbade et en République dominicaine, où elle a rencontré les travailleurs de ces plantations. «Il faut arrêter de penser qu’on peut planter quelque chose et que ça pousse. Il faut gérer les sols, l’écosystème: le sol est un organisme vivant!»

Dans son ouvrage, Catherine Lefebvre, le dit: «Nous aimons rencontrer nos producteurs locaux, qui font notre fromage, qui nous livrent nos légumes. Les supermarchés jouent aussi sur cette image qui rassure le client. Mais en ce qui concerne le sucre, nous n’avons pas de visage, on ne voit pas qui est derrière le sucre.»

Sucres naturels et ajoutés

«Tout le monde sait faire la différence entre les sucres naturels, naturellement présents dans les aliments, et les sucres ajoutés, que nous mettons dans nos recettes maison ou dont l’industrie bourre ses produits», explique la chroniqueuse.

Ce sont les sucres ajoutés, généralement du sucre blanc issu de la culture de la canne à sucre ou de la betterave, qui ont des conséquences terribles sur la santé.

Au Canada, il n’est pas si facile de trouver et comprendre les quantités ajoutées dans nos aliments, à moins que les entreprises dévoilent leurs recettes. Dans les tableaux de valeurs nutritives, la différence entre le taux de sucre naturel et ajouté n’est pas ou rarement précisée. Ces données restent bien trop cachées du grand public.

Le «sucre libre» – ajouté aux aliments par le fabricant, le cuisinier ou le consommateur, ainsi que le sucre naturellement présent dans le miel, le sirop d’érable et les jus de fruits – est considéré comme de la malbouffe, un problème de santé publique.

Les effets sur l’humain sont l’obésité, le diabète, les maladies cardiovasculaires, certains cancers, il a même été évoqué l’Alzheimer. À ce titre, Catherine Lefevbre nous dit: «beaucoup de personnes considèrent que l’alternative est l’édulcorant comme le Stavia, mais on constate qu’il comporte lui aussi un risque de diabète de type 2.»

Il faut savoir que, lorsque nous avons le goût du sucre, notre cerveau donne l’information à notre corps de produire de l’insuline, car nous allons ingurgiter du sucre… sauf que ce n’est pas du sucre. Le pancréas reçoit donc une mauvaise information.

Le pire: les sodas

«Les boissons sucrées, comme les boissons gazeuses, les boissons énergisantes, les thés glacés, les laits aromatisés, les cocktails de fruits, représentent les plus grandes sources de sucres ajoutés dans notre alimentation.» Pour l’auteure, «il faut couper à coup de hache dans les boissons sucrées, repérer le sucre dans nos aliments, et cuisiner en aromatisant nous-mêmes nos plats.»

Pour repérer le sucre dans les aliments, il existe l’application One Sweet App, qui est la seule au Canada à identifier les sucres libres dans les aliments frais et emballés.

«Ce qui reste encore étrange, c’est que dans les lieux de santé comme les hôpitaux ou les pharmacies, il y a des distributeurs de sodas. Tout est à portée de mains», déplore-t-elle.

Sucre

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Karina Gauvin revient chanter avec sa première chorale

Karina Gauvin (10e à partir de la gauche) dans Dr. Canon’s Cure, de Derek Holman et Robertson Davies, en 1982.
50e anniversaire de la CCOC
En lire plus...

19 octobre 2017 à 10h22

Harcèlement sexuel: dans le milieu artistique franco-ontarien aussi

Le chanteur et musicien David Poulin. (Photo: Joël Ducharme)
#moiaussi
En lire plus...

18 octobre 2017 à 15h28

Vers la fin de l’ALENA?

alena
Qu’adviendra-t-il de la plus grande zone de libre-échange au monde?
En lire plus...

18 octobre 2017 à 15h09

Nouvelles d’Istanbul: 10 défenseurs des droits humains retenus prisonniers

Quelques membres du groupe franco-torontois d'Amnistie internationale manifestent leur appui aux détenus en Turquie. À g. la présidente Meryll David-Ismayil.
Des formateurs d'Amnistie internationale, pas des terroristes
En lire plus...

17 octobre 2017 à 16h00

Vieux jeu: affronter les fantômes du passé

Jacques Godin et Anthony Therrien dans Vieux jeu.
Partie parfaite pour Jacques Godin
En lire plus...

17 octobre 2017 à 15h30

Le finalistes des Prix de reconnaissance de l’AFO

Le trophée des prix de reconnaissance de l'Assemblée, conçu par l'artiste Laurent Vaillancourt.
Pilier, pratique exemplaire, bénévolat
En lire plus...

17 octobre 2017 à 15h25

Champion de la conservation des sols

Eric Kaiser ne se doutait pas que ses pratiques allaient devenir exemplaires.
Eric Kaiser voulait seulement empêcher sa terre de disparaître dans la baie de Quinte
En lire plus...

17 octobre 2017 à 15h21

On est de plus en plus «connecté» sur notre santé

Les médecins se méfient encore des bidules permettant à leurs patients de mesurer eux-mêmes leur état de santé. (Photo: Hamza Butt / Flickr / Creative Commons)
Applications capables de surveiller poids, tension, glycémie, alimentation, exercice...
En lire plus...

17 octobre 2017 à 14h44

Ateliers de théâtre

1-1
Amoureux du théâtre bonjour, Vous êtes francophone ou francophile? Ekin Agency Arts offre des ateliers de théâtre intensifs en francais Coprs, espace et voix: – prise de parole en...
En lire plus...

ONU: on attend beaucoup du Canada

L'ambassadeur du Canada à l'ONU, Marc-André Blanchard.
Des objectifs de développement durable ambitieux
En lire plus...

16 octobre 2017 à 18h54

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur