Nouvelles mesures contre le harcèlement sexuel

Partagez
Tweetez
Envoyez

Après la Loi sur les écoles inclusives, qui encourage la création de clubs homos-hétéros dans les écoles secondaires, et la récente mise à jour du curriculum sur l’éducation sexuelle et «l’apprentissage des relations saines», le gouvernement ontarien a dégainé vendredi un nouveau plan d’action contre la violence et le harcèlement sexuels qui mandate, entre autres, l’adoption de politiques d’intervention et de définition plus précise du consentement dans les collèges et universités.

Le titre du plan, Ce n’est jamais acceptable, résume la philosophie du gouvernement libéral, qui veut «changer les attitudes, apporter plus de soutien aux survivantes et survivants, et rendre les lieux de travail et les campus plus sécuritaires et plus à l’écoute des plaintes concernant la violence et le harcèlement sexuels».

Le gouvernement va allouer 41 millions $ en trois ans pour soutenir sa mise en œuvre et parle de financement «accru et stabilisé» du soutien aux survivantes offert par les partenaires communautaires.

C’est la première ministre Kathleen Wynne elle-même qui a dévoilé le plan d’action au YWCA de Toronto vendredi matin. «En tant que femme, mettre fin à la violence et au harcèlement sexuels est une cause qui me préoccupe profondément», a-t-elle déclaré. «En tant que dirigeante, je sais aussi que c’est une cause légitime pour l’Ontario.»

Une campagne multimédia de sensibilisation aidera «à changer les comportements et demander aux témoins d’intervenir».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Des lois régissant la sécurité au travail exigeront que les employeurs «enquêtent et traitent les cas de harcèlement au travail».

On réexaminera le système de poursuites «pour répondre plus spécifiquement aux cas d’agression sexuelle». La période limite de deux ans pour les réclamations civiles reliées à la violence sexuelle sera éliminée.

Une table ronde permanente composée d’intervenants sera mise sur pied pour conseiller le gouvernement sur toute question de violence «actuelle ou émergente» fondée sur le sexe.

Selon la ministre déléguée à la Condition féminine, Tracy MacCharles, «la violence et le harcèlement sexuels prévalent de manière choquante dans notre société».

«Notre plan d’action demande aux témoins de réagir, aux parents et aux enseignants d’aider à instaurer un changement générationnel, aux employeurs d’assurer la sécurité sur les lieux de travail et aux communautés d’offrir de meilleurs services et soutiens aux survivantes.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur