Nouvelle enquête d’Hercule Poirot

livre Sophie Hannah, Meurtre à Kingfisher Hill
Sophie Hannah, Meurtre à Kingfisher Hill, roman traduit de l’anglais par Fabienne Gondrand, Paris, Éditions du Masque, 336 pages, 32,95 $.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Sophie Hannah est la première autrice à qui les héritiers d’Agatha Christie ont donné carte blanche pour écrire de nouvelles aventures d’Hercule Poirot. Le tout nouveau polar traduit en français s’intitule Meurtre à Kingfisher Hill.

Kingfisher Hall est une imposante demeure familiale dans le Surrey où un meurtre a eu lieu. Une femme a déjà avoué avoir tué un membre de la famille Devonport, mais le patriarche n’y croit pas. Il fait appel à Hercule Poirot pour prouver l’innocence de celle qui doit être pendue incessamment.

Narrateur de Scotland Yard

Poirot est accompagné de l’inspecteur Edward Catchpool, de Scotland Yard, qui est le narrateur de cette intrigue mettant au défi les méninges du «plus puissant cerveau de tout le pays».

À un moment donné, Poirot précise que c’est l’inspecteur Catchpool qui dirige l’enquête et qu’il fera de son mieux pour l’aider. «Nous savions l’un comme l’autre que l’inverse exact allait se produire.»

L’intrigue se corse et se complique tellement que Catchpool n’hésite pas à dire, qu’en l’occurrence, «nous allons faire chou blanc. Mais Hercule Poirot ne fait jamais chou blanc.»

Mystérieuse meurtrière

Une complication est le fait qu’une seconde femme avoue elle-aussi être la mystérieuse meurtrière.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Cette femme prend plaisir à signaler que «le désir de tuer fait tout bonnement partie de la nature humaine». Elle ajoute que les gens comme Poirot, qui cherchent à éradiquer et punir une réalité faisant partie de la vie, «deviennent insupportables».

Puis, voilà qu’un second meurtre est commis sous le toit de la famille Devonport. Pourtant, tout le monde présent ignore de qui il s’agit… Pas exactement tout le monde, car vous vous doutez bien que Poirot découvre rapidement un indice qui ne ment pas.

Sophie Hannah

C’est à 13 ans que Sophie Hannah a découvert l’œuvre d’Agatha Christie. Elle a dévoré tous ses romans en moins d’un an et est depuis restée une fan inconditionnelle. Dans son désir de garder Poirot bien vivant, « elle beurre ça pas mal épais », comme on dit parfois.

Je ne vous cacherai pas que j’ai eu de la difficulté à lire cette nouvelle enquête d’Hercule Poirot (parfois prononcé Poyrow). Sophie Hannah se force pour brouiller les pistes, pour étirer les descriptions fastidieuses, pour passer du coq à l’âne. J’aurais facilement coupé 100 pages.

Je reconnais toutefois que le roman a le bénéfice d’illustrer comment l’inspecteur Edward Catchpool a beaucoup de chance de pouvoir travailler aux côtés d’un ami cher doublé d’un esprit d’une grande finesse.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur