Nouveaux tramways: tergiversations à la TTC

Partagez
Tweetez
Envoyez

Comme nous le savons, la ville de Toronto veut se doter de nouveaux tramways pour remplacer la flotte actuelle qui va prendre une retraite bien méritée après 30 ans de service. Mais le choix de l’entreprise qui fournira les nouveaux tramways s’avère plus compliqué que prévu. On va de surprises en surprises avec le retrait de certaines entreprises, la disqualification d’autres sociétés, dont Bombardier qui semblait être un choix évident pour certains après avoir été retenue deux ans auparavant pour fournir les nouvelles rames de métro.

Suite à des consultations publiques visant à élaborer le cahier des charges pour le nouveau tramway, plusieurs entreprises ont répondu à l’appel d’offres lancé par la ville. L’un des points importants de ce cahier des charges: le futur tramway sera à 100% plancher bas, permettant ainsi aux personnes à mobilité réduite d’y accéder facilement. Il devra également s’adapter aux rails existants.

L’appel d’offre est un processus transparent selon Adam Giambrone et chaque entreprise peut voir ce que proposent ses concurrents. L’entreprise allemande Siemens, qui connaît des difficultés, s’est retirée pour des raisons de restructurations internes. Bombardier a présenté un tramway qui, selon la Toronto Transit Commission (TTC), ne correspondait pas aux spécifications. Selon Bombardier, le tramway fourni était conforme aux spécifications de l’industrie et à celles de la TTC et était adaptable aux rails existants.

Une petite querelle s’en est donc suivi entre Bombardier et les responsables de la TTC. Adam Giambrone a accusé la fameuse entreprise canadienne d’avoir fourni délibérément un tramway non conforme. Selon lui «il s’agissait en fait d’un simple malentendu». «Certains des paramètres du tramway proposé par Bombardier ne figuraient pas dans le cahier des charges de TTC, mais semblaient nécessaires pour pouvoir adapter le tramway aux rails préexistants», ce qui aurait semé le trouble. Reste que l’angle entre la roue et le rail spécifié par le cahier des charges et celui proposé par Bombardier diffèrent de deux degrés. Le modèle proposé par la société canadienne nécessiterait le changement de certaines portions de rails, ce que n’envisage pas la TTC. Pour son président, cela causerait trop de perturbations et coûterait trop cher.

Suite à ces problèmes, l’appel d’offre a été retiré, mais la TTC continue les négociations avec le groupe allemand Siemens, le français Alstom ainsi que Bombardier. Skoda ne répond pas aux exigences de la TTC car l’entreprise n’est pas en mesure de fournir un tramway 100% plancher bas.

Rien n’est donc joué pour l’instant, mais on espère avoir davantage d’informations après la prochaine réunion du conseil de la TTC le 27 août. Une chose est sûre: la société choisie devra s’assurer que 25% de la fabrication de ces nouveaux tramways se fasse au Canada, comme le stipule une loi provinciale récente.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le contrat pour les 204 nouveaux tramways qui circuleront sur les anciennes lignes sera compris entre 1.25 et 1.4 milliards de dollars selon Adam Giambrone qui ajoute que la société choisie fournira également les 354 tramways qui circuleront sur les nouvelles 
lignes.

En effet, plusieurs nouvelles lignes de tramway sont à l’étude. Si toutes sont acceptées, elle totaliseront 120 Km. La ligne Sheppard, déjà validée par le conseil, est prévue pour 2012 tout comme l’arrivée des nouveaux tramways sur les anciennes lignes.

L’enjeu est donc de taille puisqu’il s’agira pour la société choisie de fournir au total 558 tramways et de poser les rails des nouvelles lignes pour un contrat qui pourrait s’élever, selon le président de la TTC, à 3 milliards de dollars au total.

Les nouvelles lignes de tramway à plancher bas seront construites sur le modèle de l’avenue Spadina, c’est-à-dire avec des voies réservées exclusivement au tramway. Ceci permettra notamment d’éviter que des usagers soient renversés comme cela arrive parfois lorsque des automobilistes dépassent un tramway à l’arrêt. Sur les anciennes lignes, le système restera identique puisque modifier les voies n’est pas envisageable pour des raisons financières et pratiques.

Le budget de la TTC va augmenter avec la commande des tramways mais aussi avec la hausse du prix du baril puisque le contrat d’approvisionnement d’essence datant de 2007 va prendre fin. Les prix vont êtres revus à la hausse dans le contrat de 2009. Le développement du tramway au détriment du bus est donc l’un des objectifs de la TTC non seulement pour des raisons environnementales mais aussi pour des raisons économiques. Pour ceux qui s’inquiètent de l’augmentation des tarifs, tout dépendra de l’importance des subventions qui seront accordées à la TTC.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur