Nouveau programme d’études francophones en éducation

Entrevue avec André Tremblay et Christine D.Connelly de l’Université de Toronto

Partagez
Tweetez
Envoyez

«Notre programme vise à offrir plusieurs cours en français menant à la maîtrise ou au doctorat en éducation avec un accent sur les études francophones et les minorités linguistiques», nous informe Christine D.Connelly, professeure adjointe en éducation des minorités francophones au Centre de recherches en éducation franco-ontarienne (CRÉFO) rattaché à l’Institut d’études pédagogiques de l’Ontario (OISE) de l’Université de Toronto.

Le CRÉFO est un centre de recherche interdisciplinaire où on étudie les pratiques éducatives, sociales et langagières de la francophonie en Ontario, au Canada et dans le monde, en mettant l’accent sur le processus de construction des différences et des inégalités sociales ainsi que sur les mécanismes sociaux d’inclusion et d’exclusion.

Les différentes recherches menées par CRÉFO portent sur l’évolution actuelle du personnel de l’enseignement au Canada, la francité transnationale, les élèves en difficulté et l’inclusion en contexte international, l’accessibilité aux études postsecondaires, le rapport à l’identité chez les jeunes des écoles anglophones au Québec, l’immigration francophone en contexte minoritaire.

OISE possède 17 centre de recherches internes situés à Toronto, incluant le CRÉFO. Le programme d’études francophones en éducation appuyé par CRÉFO est offert par le biais de trois principaux départements: Curriculum, enseignement et apprentissage, Sociologie et études de l’équité en éducation, et Études des théories et politiques de l’éducation

«Les cours sont principalement conçus pour les personnes qui font déjà carrière dans le secteur de l’éducation au sens large et souhaitent se perfectionner. Par exemple différents professionnels de l’éducation tels que les enseignants, directeurs d’école, intervenants scolaires, le personnel des Conseils scolaires ou du ministère de l’Éducation choisissant d’entreprendre une année sabbatique afin de poursuivre ou compléter des études supérieures», ajoute André Tremblay, coordonnateur du CRÉFO.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Nous offrons un programme à caractère unique axé sur la pédagogie, la linguistique, et la sociologie auprès de groupes minoritaires», dit-il. M. Tremblay est coordonnateur du CRÉFO depuis décembre 2007. Avant d’accéder à ce poste, il fut membre du département de Curriculum, enseignement et apprentissage de OISE durant huit ans.

Le poste de coordonnateur du CRÉFO nouvellement créé par l’Institut d’études pédagogiques de l’Ontario a pour objectif de promouvoir le programme d’études francophones en éducation auprès de la communauté torontoise.

«Nous désirons établir de solides partenariats stratégiques avec la communauté afin de permettre un réseautage constructif indispensable pour les étudiants et professeurs du CRÉFO. Ceci est essentiel afin d’assurer la continuité et la croissance du programme», affirme M. Tremblay.

40 étudiants sont présentement inscrits au programme d’études francophones en éducation. Ils proviennent de l’Ontario, d’autres provinces, d’Afrique du Nord et des Caraïbes.», indique Christine D. Connelly. «Le français n’est pas nécessairement la première langue des étudiants», précise-t-elle. «Certains choisissent de s’inscrire au programme parce qu’ils désirent se rapprocher du français, approfondir leur connaissance de la réalité sociale et de l’éducation du milieu francophone de l’Ontario.»

Mme Connelly, originaire de la région d’Ottawa, possède un parcours éducatif éloquent: un baccalauréat en didactique de langue seconde, et un second en éducation, une maîtrise en études culturelles, et un doctorat en sociologie. Professeure adjointe en éducation des minorités francophones et associée au CRÉFO depuis 2000, elle enseigne aussi au sein d’autres départements de OISE.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Voici la liste des quatre cours de 2e et 3e cycle offerts cette année (2008-2009): La recherche qualitative en éducation: bases théoriques et pratiques (Diane Gérin-Lajoie, PhD), Politique et aménagement linguistique (Christine D.Connelly, PhD), L’Éducation en Ontario (instructeur à déterminer), Bilinguisme et éducation (Christine D.Connelly). Certains de ces cours sont offerts en ligne.

Mme Connelly nous donne un aperçu du cours Politique et aménagement linguistique.

«Le cours examine en particulier sur quelles bases idéologiques et politiques on en vient à élaborer des politiques linguistiques (par exemple la politique d’aménagement linguistique du ministère de l’Éducation de l’Ontario), quelles en sont les composantes et les étapes, et de quelles façons ces politiques se répercutent dans les pratiques langagières des acteurs sociaux», explique Mme Connelly.

Selon la description du cours, «idéalement, la politique liguistique devrait permettre à l’école une meilleure prise en compte du contexte qui lui est propre, de façon à harmoniser les rapports entre, d’une part, les langues de l’école, à savoir la langue d’enseignement et les langues secondes et étrangères à enseigner, et d’autre part, la réalité linguistique des élèves, incluant en premier lieu leur langue première pouvant correspondre à la langue dominante, à une langue minoritaire, à une langue d’origine ou à une langue autochtone, et, en second lieu, leurs pratiques langagières axées autour du bilinguisme, de la dominance linguistique, de l’alternance et du mixage de codes.»

Incontestablement le contexte minoritaire et multiculturel de l’éducation francophone en Ontario soulève de nombreux défis pour l’ensemble de la communauté académique. Les questions de la construction identitaire (l’un des axes principaux d’intervention de la politique d’aménagement linguistique), et de la diversité (culture, genre, race, classe sociale, orientation sexuelle, capacité) restent au coeur du défi de l’articulation pédagogique dans les écoles françaises de l’Ontario.

«Dans le cadre du mouvement évolutif de la mondialisation et de la décentralisation du pouvoir, les institutions académiques peuvent jouer un rôle important dans le développement des droits des groupes minoritaires», conclut Christine D. Connelly. Info: [email protected], www.oise.utoronto.ca

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur