Notre planète sous la loupe

Planet in Focus du 18 au 23 octobre

Une scène du film Behemoth, de Zhao Liang.


13 octobre 2016 à 12h55

Depuis sa création en 1999, le festival international de films sur l’environnement Planet in Focus (PiF) vise à informer et à sensibiliser le grand public aux enjeux environnementaux sociaux, économiques, politiques et humanitaires, ainsi qu’au développement durable.

Il le fait non seulement durant les six jours du festival, du 18 au 23 octobre, mais également tout au long de l’année à travers des activités destinées essentiellement aux jeunes: Green School Tours,  EcoFilm Lab, PiF Student Film Festival, des initiatives qui les incitent à s’impliquer, à devenir des citoyens écoresponsables et à participer aux débats environnementaux actuels.

L’édition 2016 de PiF propose deux expositions de photographies, une série de conférences, ainsi qu’une riche sélection de films abordant plusieurs thématiques et incluant un accent sur le Brésil avec la projection de quatre films explorant tour à tour:

– la vie dans une favela brésilienne (The Garden of Hope de la Française Laurence Guenoun);

– la dévastation et la gestion de l’eau potable après que deux barrages aient cédé dans l’état du Minas Gerais (River of Death d’Elizabeth Rocha Salgado);

– la résistance des indomptables citoyens de Vereda Funda contre l’exploitation de leur terre (Gerais de Tiago Carvalho et Arthur Frazão);

– et enfin cinq perspectives sur le fleuve Rio São Francisco tourné par cinq talentueux réalisateurs brésiliens (5x Chico).

De plus, cette nouvelle édition nous fait voyager dans les endroits les plus reculés de la planète, notamment avec Ever The Land, un portrait des Ngāi Tuhoe, l’une des tribus maories des plus indépendantes de la Nouvelle-Zélande, et Behemoth, de Zhao Liang, documentaire primé mais interdit en chine, qui nous dévoile la face nouvelle et dramatique de la Mongolie-Intérieure chinoise où les prairies cèdent la place aux mines de charbon.

Une scène du film Behemoth, de Zhao Liang.
Une scène du film Behemoth, de Zhao Liang.

Plus près de nous, le film To the Ends of the Earth, du Vancouverois David Lavallée, explore l’origine de la politique des pipelines en Alberta et son impact sur l’économie et l’environnement.

On aura également l’occasion de voir Voyage to the Edge of the World (1976) 92 min, des réalisateurs océanographes Jacques-Yves Cousteau (1910-1997), Philippe Cousteau, et Marshall Flaum. Ce film est le troisième et dernier long métrage de Jacques-Yves Cousteau après Le Monde du silence (1956) et Le Monde sans soleil (1964). Il retrace une expédition de quatre mois dans l’Antarctique entre la fin de l’année 1975 et le début de 1976.

Parmi la soixantaine de longs, moyens et courts métrages documentaires provenant des quatre coins du monde, on compte 10 premières mondiales, 12 premières nord-américaines, 11 premières canadiennes, 13 premières torontoises et autant de débats et de rencontres avec de nombreux réalisateurs.

Films québécois en présence des cinéastes

– The Gardener, du réalisateur québécois Sébastien Chabot (2016) – 87 min:

Ayant remporté le 21 septembre denier le Prix du public long métrage canadien au Festival de cinéma de la ville de Québec, The Gardener nous plonge au cœur de l’un des plus grands jardins privés du monde, nous invitant à réfléchir sur le sens du jardinage et de l’impact des jardins sur nos vies.

Peu de temps avant son décès à l’âge de 86 ans, Frank Cabot, jardinier, horticulteur et philanthrope influent, raconte sa quête personnelle de la perfection par la création de ses jardins appelés Les Quatre Vents, nichés au sommet de Mont Murray dans la région de Charlevoix au Québec.

Créés sur trois générations, Les Quatre Vents, qui s’étendent sur 20 acres, forment un lieu enchanteur d’une beauté transcendante, une symphonie majestueuse de couleurs et d’harmonies, un chef-d’œuvre horticole du 21e siècle.

Ouvrant sa porte pour la première fois à l’équipe de tournage de Sébastien Chabot, The Gardener est une rencontre avec Frank Cabot, sa famille, des auteurs et experts du jardinage à l’anglaise.

On y retrouve également Adrienne Clarckson (26e gouverneur général du Canada), amie de la famille Cabot décrivant la symbolique de ce jardin magnifique. Le film revient sur l’histoire personnelle de Frank Cabot et sur sa philosophie artistique qui l’a conduit à créer ce paradis au cœur de la très belle région de Charlevoix.

The Gardener, de Sébastien Chabot.
The Gardener, de Sébastien Chabot.

– Sugar Shack Tales, de Nicolas Paquet, Canada (2015) – 15 min – court:

Dans la forêt dense et majestueuse du Québec, le temps d’un printemps, un père montre à son fils l’art de la cueillette traditionnelle du sirop d’érable, à mille lieues d’une industrialisation, pourtant menaçante.

– The Story of Lucio, petit film d’animation signé Jean-Marc Abela et Noé Sardet, les lauréats 2016 du Seed Pitch Competition du PiF:

Lucio est une fève rouge solitaire qui veut aider son fermier à faire pousser des fèves dans la partie la plus chaude de sa ferme. Alors qu’il assiste à une conférence, il rencontre une autre fève avec qui il pourra vieillir, mais aura-t-il le courage de lui parler?

Films canadiens à l’honneur

Le festival s’ouvre avec le documentaire primé sur les déchets alimentaires Theatre of Life du Torontois Peter Svatek (2015). Les chefs culinaires et activistes bien connus Jamie Kennedy et Joshna Maharaj se joindront au cinéaste lors de la projection du film le 20 octobre à 18h30 au Hot Docs Ted Rogers Cinema. Suivra une soirée gala de danse et d’échanges.

Toujours au cinéma Hot Docs – cette fois le 23 octobre à 18h30 – c’est le film du cinéaste Emanuel Hoss-Desmarais What Lies Below qui va clore cette édition exceptionnelle.

What Lies Below nous fait le portrait du défenseur de l’environnement Lawrence Gunther, un Canadien aveugle que l’on suit à travers le pays afin de regarder en profondeur l’impact écologique sur les populations de poissons suite aux déversements des eaux usées et de l’extraction du pétrole dans diverses collectivités. Emanuel Hoss-Desmarais et Lawrence Gunther seront présents lors de la projection.

Avant la projection du film de clôture, on remettra à l’exploratrice française Alexandra Cousteau, la petite-fille de Jacques-Yves Cousteau (fille de Philippe Cousteau), le Prix EcoHero 2016, et on annoncera également les gagnants du «Green Pitch» 2016, et les lauréats des meilleurs documentaires internationaux et canadiens dans les formats longs et courts: les Planet in Focus Film Awards.

La fondatrice de Blue Legacy, Alexandra Cousteau, recevra le 23 octobre le Prix EcoHero 2016.
La fondatrice de Blue Legacy, Alexandra Cousteau, recevra le 23 octobre le Prix EcoHero 2016.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les Indisciplinés investissent dans un grand spectacle pour leur 10e anniversaire

Indisciplinés de toronto
De plus en plus de nouveaux comédiens et techniciens talentueux
En lire plus...

22 juin 2018 à 15h00

François Bourassa se réinvente

François Bourassa
Le 27 juin au Festival de jazz
En lire plus...

22 juin 2018 à 14h00

Un règlement albertain machiavélique

La Couronne suspend des procédures pour ne pas reconnaître le droit des Défendeurs au français
En lire plus...

22 juin 2018 à 12h30

Aurélie Resch décroche le prix Trillium

Prix littéraire Trillium de l'Ontario
Rare encouragement pour les récits courts
En lire plus...

22 juin 2018 à 11h39

Cannabis : à la poursuite du diamant vert

La légalisation va donner accès à du financement pour la recherche
En lire plus...

Impact économique de l’intelligence artificielle : on cherche encore

Pas de pertes d’emplois ni de productivité accrue
En lire plus...

22 juin 2018 à 7h00

L’espiègle trio jazz Les Malcommodes

les malcommodes
Le 26 juin au Festival de jazz de Toronto
En lire plus...

21 juin 2018 à 13h00

Un test a changé sa vie : dans les pas d’un enfant dyslexique

La Liberté
«J’étais content de savoir que je n’étais pas stupide»
En lire plus...

21 juin 2018 à 10h00

Le véganisme dans le vêtement : trop de plastique ?

Le cuir de kangourou et le polyester plus «verts» que la laine d’alpaga et le cuir de bovin
En lire plus...

21 juin 2018 à 7h00

Technicien(ne) à l’aide technique

Conseil scolaire catholique MonAvenir - Le Conseil scolaire catholique MonAvenir est à la recherche d’une personne permanente, à temps plein (1,0), soit 35 heures par semaine, qui agira à titre de technicienne, technicien à l’aide technique...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur