Nortel ne rassure personne

Partagez
Tweetez
Envoyez

Généralement, quand une entreprise cotée en bourse annonce une réduction de ses dépenses, la suppression de certains emplois, la fermeture d’installations et le déplacement d’activités dans des pays où les coûts de production sont moins élevés, généralement, les marchés réagissent positivement. L’objectif des investisseurs, c’est de faire de l’argent!

Or, une réduction des coûts peut aider à améliorer la rentabilité et les marges de profits d’une entreprise. La semaine dernière, Nortel Networks a procédé à des annonces importantes pour améliorer sa situation financière.

Et, contrairement à ce qui se passe généralement, les investisseurs ont réagi négativement. L’action a reculé en bourse à Toronto pour se retrouver à quelques cents d’un creux en près de quatre ans. Comment expliquer cette réaction?

Plusieurs hypothèses peuvent être avancées. Peut-être que les décisions de Nortel, d’un point de vue d’affaires, ne répondent pas aux attentes des investisseurs.

Peut-être aussi que les investisseurs sont blasés et fatigués des promesses de Nortel. Peut-être que ces mêmes investisseurs ont décidé d’attendre les vrais résultats positifs plutôt que de croire, encore, aux possibilités de meilleurs rendements dans le futur.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Depuis 2000, des milliers d’investisseurs ont perdu des millions de dollars à la suite de l’éclatement de la bulle technologique et de l’effondrement de l’action de Nortel Networks. Ils ont été déçus aussi par les irrégularités comptables constatés chez Nortel, qui ont entraînés des enquêtes réglementaires et criminelles, ainsi que des recours collectifs, qui viennent tout juste d’être réglé.

Les investisseurs ne veulent plus de promesses. Ils veulent des résultats. Point.

Les difficultés de GM

L’action de General Motors a dégringolé en bourse, à New York, la semaine dernière, après l’annonce d’un nouveau programme incitatif. Le fabricant d’automobiles va offrir du financement à 0% d’intérêts sur plusieurs modèles aux États-Unis, ce qui permet d’augmenter les ventes, mais ce qui vient réduire les profits.

La firme de cotation Standard and Poor’s a annoncé qu’elle pourrait encore une fois réduire la cote de crédit de GM, étant donné les pertes de parts de marché et les coûts entraînés par les fermetures d’usines.

D’autres actions de Tim Hortons

Le géant de la restauration rapide Wendy’s va se départir des 160 millions d’actions de Tim Hortons qu’elle possède encore, soit environ 83 % du capital. La vente aura lieu en octobre prochain, une affaire qui pourrait rapporter tout près de 5 milliards $ à Wendy’s.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La société américaine veut réduire ses coûts: 175 travailleurs seront invités à prendre leur retraite, ce qui entraînera des économies de 100 millions de dollars. Environ 200 autres employés seront remerciés.

Folie minière

La nouvelle a fait la une des grands journaux nationaux la semaine dernière: la société américaine Phelps Dodge achète les entreprises minières canadiennes Inco et Falconbridge, qui étaient, elles, déjà en processus de fusion. La transaction est évaluée à 45 milliards $ CAN.

Les prix élevés des métaux continuent donc de susciter un enthousiasme spectaculaire dans le secteur minier. Et qui sait, ce n’est peut-être pas terminé! La minière suisse Xstrata pourrait peut-être s’avancer pour faire concurrence à Phelsp Dodge dans l’acquisition d’Inco et Falconbridge.

Gérald Fillion anime Capital Actions à RDI, du lundi au vendredi à 18h30.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur