Noël ukrainien au Club canadien

En attendant un nouveau dirigeant «plus moderne» en Russie

Club canadien ukraine

Le consul général de l’Ukraine à Toronto, Andrii Veselovskyi.


12 décembre 2017 à 17h33

Les Ukrainiens, qui célèbrent le 126e anniversaire de leur peuplement au Canada, en cette année du 150e anniversaire de la Confédération, sont, après les Autochtones, les Français et les Anglais, «le quatrième peuple fondateur du Canada… sans l’être».

C’est ce que soutient le consul général de l’Ukraine à Toronto, Andrii Veselovskyi, invité ce mardi 12 décembre à la tribune du Club canadien de Toronto, pour souligner les «liens particuliers» entre les deux pays, qui ne viennent pas uniquement selon lui de la présence de nombreux Canadiens d’origine ukrainienne, notamment dans nos provinces des Prairies.

Canadiens et Ukrainiens se comprennent bien aussi parce chacun de leur pays «modeste» doit composer avec un puissant voisin, les États-Unis pour nous, la Russie pour eux, a-t-il dit à la veille de la visite en Ukraine de notre ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland.

L'Ukraine et ses voisins.
L’Ukraine et ses voisins.

Invasion et occupation

Mme Freeland, qui a du sang ukrainien et qui a l’honneur d’avoir été déclarée persona non grata en Russie, rencontrera notamment des soldats canadiens qui forment des militaires ukrainiens et qui patrouillent certaines régions du pays aux côtés des forces locales et de celles d’autres pays de l’OTAN.

L’armée de Vladimir Poutine a envahi la Crimée en 2014, puis l’Est du pays, au nom de la «libération» des Ukrainiens russophones et russophiles de ces territoires, faisant 10 000 morts, 28 000 blessés et 1,7 million de réfugiés intérieurs selon le consul.

Or, en 1981, «toutes les régions du pays avaient voté majoritairement pour l’indépendance», et l’agression/occupation russe est condamnée par la plupart des organisations internationales.

Selon le Dr Veselovskyi, la Russie voulait notamment empêcher l’Ukraine – un pays encore pauvre dont la moitié des 45 millions d’habitants sont des retraités – de développer ses relations économiques avec l’Ouest.

«C’est à la Russie de se retirer et de revenir à des relations normales», explique-t-il en réponse à une question de l’auditoire sur un éventuel règlement de ce conflit, qui ne viendrait qu’avec l’avènement d’un «leader plus moderne» à Moscou.

Par contre, assure-t-il, la situation sur le terrain est stabilisée et le commerce avec l’Ouest est en plein essor, déjà plus important que les anciens échanges avec l’Est.

La soprano Myroslava Solovianenko et la violoniste Oleksandra Fedyshyn.
La soprano Myroslava Solovianenko et la violoniste Oleksandra Fedyshyn.

Art et culture

C’est dans une ambiance des Fêtes ukrainienne qu’ont baigné les membres et invités du Club canadien de Toronto à l’occasion du passage du consul Andrii Veselovskyi, organisé par l’avocat torontois Taras Kulish et son commanditaire Simply Cottage (des fabricants de meubles, d’origine ukrainienne évidemment, de Bracebridge, Ontario).

Avant et après le déjeuner à l’hôtel Royal York, l’artiste lyrique Myroslava Solovianenko, soprano de réputation internationale, a chanté quelques grands airs de la saison et du répertoire opératique, accompagnée de la violoniste Oleksandra Fedyshyn.

Par ailleurs, on pouvait participer à un encan silencieux d’oeuvres d’art et de bijoux ukrainiens au profit de l’organisme charitable Hope Worldwide of Canada, ici spécifiquement pour les enfants traumatisés par la guerre avec la Russie.

Exposition et encan silencieux d'art ukrainien au Club canadien.
Exposition et encan silencieux d’art ukrainien au Club canadien.
Des bijoux de la maison Lobortas étaient en vente au Club canadien.
Des bijoux de la maison Lobortas étaient en vente au Club canadien.
La soprano Myroslava Solovianenko.
La soprano Myroslava Solovianenko.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Un voyage en images à travers les chefs-d’œuvre de la peinture

Éditions Flammarion
Un nouveau livre parcourt l'histoire de la peinture en repérant dans le temps et dans l'espace quelques-uns de ses plus célèbres chefs-d'œuvre.
En lire plus...

9 décembre 2018 à 11h00

Une écriture comme ça et pas autrement

Robert Lalonde
Écrivain et comédien, Robert Lalonde est connu pour ses romans et nouvelles qui explorent presque toujours une facette subtile, étrange ou troublante de son...
En lire plus...

9 décembre 2018 à 9h00

Quiz : Droits de l’homme

Testez vos connaissances sur les droits de l'homme.
En lire plus...

9 décembre 2018 à 7h00

Un premier Salon international du Livre à Jacmel

Salon du Livre Jacmel Haiti
Du 31 octobre au 2 novembre, la ville de Jacmel (Sud-Est d'Haïti), inaugurait son 1er Salon international du livre sur le thème «Ville et...
En lire plus...

8 décembre 2018 à 11h00

Banksy, l’artiste de rue imprévisible

Banksy le phénomène de l'art de rue
Lors d'une vente aux enchères chez Sotheby's à Londres, le 5 octobre dernier, la fameuse toile de Banksy, Fille avec ballon, s’est complètement autodétruite...
En lire plus...

8 décembre 2018 à 9h00

Melinda Chartrand réélue à la présidence de MonAvenir

Melinda Chartrand et Geneviève Grenier ont été reportées à la présidence et la vice-présidence du Conseil scolaire catholique MonAvenir.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 15h55

Les manifs n’ont pas empêché l’adoption de la loi 57

1er décembre 2018
La mobilisation franco-ontarienne n’a pas ému le gouvernement conservateur de l’Ontario, qui a fait adopter, jeudi, sa loi 57.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 15h05

La musique afro s’affirme au gala Kilimandjaro

musique afro
Le gala bilingue des Kilimandjaro Music Award, qui en était à sa 3e édition, a déroulé le tapis rouge pour les artistes de la...
En lire plus...

7 décembre 2018 à 13h00

Plusieurs politiciens québécois appuient la résistance franco-ontarienne

1er décembre 2018
Une délégation de parlementaires québécois est venue appuyer les revendications franco-ontariennes le 1er décembre.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 11h00

On passe de 2 à 7 fois plus de temps sur nos téléphones qu’on le pense

asiatique
Les «auto-évaluations» du temps passé sur nos téléphones contrastent grandement avec celles de l'appareil.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur