Naissance de Laurent Quetton de Saint-Georges

Il y a 230 ans

Partagez
Tweetez
Envoyez

Une rue de Toronto porte son nom, mais peu de gens savent qu’elle rappelle le passage d’un entrepreneur français. Un vin français porte son nom, mais ceux qui le boivent ignorent sans doute les traces «ontariennes» de cette cuvée. La rue et la cuvée s’appellent Saint-Georges, comme dans Laurent Quetton de Saint-Georges.

Né en France le 4 juin 1777, Laurent Quetton est un marchand aristocrate qui fuit la République qu’il juge trop révolutionnaire. Il traverse en Angleterre et arrive un 23 avril, jour de la fête de saint Georges. Il adopte le nom du saint patron de l’Angleterre.

Laurent Quetton de Saint-Georges apprend ensuite que le Haut-Canada offre des lots ou concessions de terres (land grants); il décide de s’embarquer pour le Nouveau Monde et arrive à York (Toronto) en 1802.

Laurent Quetton de Saint-Georges ne tarde pas à s’intéresser au commerce des fourrures. Ce hardi entrepreneur ouvre un magasin général, d’abord à York puis des succursales à Orillia, Niagara, et Amherstburg.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Il réussit tellement bien en affaires qu’il a l’honneur de construire la première maison en brique à Toronto, en 1809. Érigée à l’angle des rues King et Frederick, cette maison est documentée dans les archives municipales; on y note que la brique avait été importée des États-Unis.

Lorsque Louis XVIII accède au trône, en 1815, Quetton de Saint-Georges décide de rentrer en France. Il s’établit dans la région de Montpellier et achète un domaine appelé Le Château de l’Engarran, sur les coteaux du Languedoc, là où on retrouve le terroir de Saint-Georges d’Orques. Aujourd’hui, la cuvée Saint-Georges remporte régulièrement des prix. En 2001, elle a raflé la médaille d’or du Concours général agricole de France.

Laurent Quetton de Saint-Georges est décédé le 8 juin 1821. Il a été un des plus grands commerçants du Haut-Canada et a laissé son nom à une importante rue qui devrait retrouver sa véritable graphie (rue Saint-Georges, métro Saint-Georges) afin de rappeler quotidiennement une des nombreuses racines franco-torontoises.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur