Mythes et réalités cosmiques


3 février 2009 à 16h45

L’astronomie a beau être une science très populaire, cela n’empêche pas mythes et légendes de se perpétuer. En voici cinq exemples, du plus terre-à-terre au plus… apocalyptique!

Galilée n’a pas inventé le télescope

Eh non. Le télescope était déjà utilisé depuis au moins quelques années. D’après ses propres notes, Galileo Galilei en a utilisé un pour observer pour la première fois la Lune en décembre 1609 — d’où le fait que, 400 ans plus tard, 2009 ait été décrétée Année internationale de l’astronomie.

Or, 14 mois plus tôt, en octobre 1608, un nommé Hans Lipperhey, aux Pays-Bas, avait déposé une demande de brevet pour un outil composé de deux lentilles à l’intérieur d’un tube, permettant « comme par magie » de voir des objets situés à de très grandes distances. Sa demande de brevet avait été refusée, les autorités alléguant… que ce n’était pas une nouveauté!

Constellations: mauvais alignement

La Balance, le Lion, le Cancer… Même si l’on ne croit pas à l’astrologie, on aime bien essayer de reconnaître des «dessins» là-haut. Mais est-on conscient que ces étoiles qui semblent «alignées» ne sont pas alignées du tout?

Celle de gauche peut fort bien être à 10 années-lumière, sa « voisine » à 50 années-lumière, la suivante à 35 et la dernière à 25. Elles nous semblent alignées, de notre point de vue de Terriens. Plus important encore, entre chacune de ces étoiles, il y en a des milliers d’autres, invisibles à l’oeil nu.

Un vaisseau spatial explose en silence

Ça, c’est la principale erreur des films de science-fiction : un vaisseau qui explose dans l’Espace ne peut pas faire de bruit. Pourquoi cela? Parce que le son se propage dans l’air seulement, grâce aux molécules sur lesquelles les ondes sonores «rebondissent». Dans le vide spatial, rien de tel.

Cela dit, on comprend le dilemme des cinéastes : une bataille sans bruits d’explosion, quel intérêt?

Le trou noir, un aspirateur géant?

Le trou noir avale tout ce qui passe? Pas tout à fait. Si le Soleil était changé par magie en trou noir, la Terre resterait là où elle est, en orbite autour. Pour « tomber » dans un trou noir, il faut vraiment faire exprès : on modifie notre trajectoire pour foncer dedans, ou bien l’on s’en approche vraiment trop, au-delà de ce que les physiciens appellent l’événement-horizon, qui varie suivant la taille et la densité du trou noir.

Il y a aussi cette idée à l’effet que le trou noir serait une porte d’entrée vers une autre partie de l’Univers. L’équivalent d’un tunnel qui permettrait de prendre un raccourci à travers la montagne. Eh bien, ce genre de raccourci s’appelle, en physique, un trou de ver (wormhole). Les trous de ver sont encore hautement hypothétiques, et les physiciens considèrent que, s’ils existent, trous de ver et trous noirs sont deux entités complètement différentes.

2012… Au secours!

D’après les amateurs de fins du monde, 2012 serait l’année où… nous allons tous mourir! Vous avez le choix entre diverses catastrophes cosmiques.

Une comète géante, qui nous aurait déjà visités dans le passé, reviendra en 2012, et certains de ses fragments provoqueront l’Apocalypse; cette prédiction est censée être basée sur le calendrier maya. Or, celui-ci ne dit rien de tel. Certes, la Terre a connu de telles collisions cataclysmiques dans son passé, la plus récente étant celle qui a mis fin aux dinosaures. Sauf qu’aucune comète ne pourrait avoir une orbite qui ne la ramènerait chez nous qu’une fois tous les 65 millions d’années!

Le Soleil atteindra en 2012 le sommet de son cycle d’activité, et les radiations qu’il éjectera détruiront presque toute vie sur Terre; cette prédiction est en partie vraie : le Soleil atteindra en 2012 le sommet de son cycle d’activité. Sauf que c’est un cycle de… 11 ans. Les apocalypsologues, pour appuyer leurs dires, pointent du doigt des étoiles qui ont des sautes d’humeur dramatiques, mais l’histoire de la Terre démontre que notre Soleil a toujours été une étoile très stable.

Les Mayas ont prévu cela parce qu’ils avaient une connaissance poussée de l’astronomie; les Mayas en avaient effectivement une connaissance avancée… mais pour leur époque. Ils ne connaissaient ni les planètes que nous avons découvertes depuis, ni leurs lunes, ni les trous noirs, et ignoraient ce qu’étaient les étoiles. On fait grand cas du fait que leur calendrier s’arrête au 21 décembre 2012 : or, ce n’est pas parce qu’ils y indiquent une fin du monde. C’est à cause des limites du système mathématique que les Mayas employaient pour leur calendrier. Un peu comme un afficheur numérique à quatre chiffres qui est obligé de s’arrêter à 9999.

www.sciencepresse.qc.ca

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Facebook, sauveur des journaux?

journaux, presse, médias
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés en promettant 300 millions $ pour divers projets de journalisme local....
En lire plus...

20 février 2019 à 11h00

Roman d’une culture générale transcendante

livre
L’action de Complot à l’Unesco, le tout dernier roman d’Alain Bernard Marchand, se déroule en grande partie à Paris, siège de l’institution onusienne du...
En lire plus...

20 février 2019 à 9h00

Traitement miracle? Posez ces deux questions

science
Une annonce pour le moins spectaculaire — un traitement pour le cancer dès 2020 — a attiré l’attention des médias il y a deux...
En lire plus...

20 février 2019 à 7h00

Bien plus qu’une école de métiers

Club canadien de Toronto
Le Collège Boréal est bien plus qu’une institution post-secondaire, près du quart de ses étudiants possédant déjà un diplôme universitaire et venant y trouver...
En lire plus...

19 février 2019 à 22h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur