My Toronto

Partagez
Tweetez
Envoyez

À la sempiternelle question: «On vient te voir. Qu’est-ce que tu nous recommanderais de visiter à Toronto?», j’hésite. Par quel bout la prendre, cette ville que j’aime inconditionnellement, pour qu’elle touche autant mes invités? Avec le temps je me rends compte que j’ai abandonné l’idée d’adapter une découverte de Toronto à la personnalité et aux goûts de mes amis. J’ai préféré opter pour un effeuillage de la mégalopole qui correspond à des fragments de vie. Ceux qui ont contribué en partie à façonner celle que je suis aujourd’hui.


Détente à Mount Pleasant
 et Bayview


Je suis née et ai habité par intermittence dans le quadrilatère compris entre Saint Clair, Eglinton, Yonge et Bayview. J’ai grandi au milieu de jolies maisons en briques et de jardins fleuris. J’ai joué près des cours d’eau dans les ravins, sur les pelouses du réservoir et du cimetière Mount Pleasant et écouté du gospel dans les églises de Heath et Yonge Street.


Aujourd’hui, j’aime toujours déambuler avec mes invités dans ces quartiers familiaux, à la fois paisibles et vivants. Mouchetées de parcs, d’arbres et d’écoles, les rues vibrent aux rires des enfants et au chant des oiseaux.


J’entraîne avec moi les amoureux de la bicyclette et de la course à pied sur la Belt. Immense boucle en terre battue cintrée d’arbres centenaires, elle offre une échappée incontournable au stress urbain. Un must en automne avec la beauté du feuillage pourpre et or.


Le parc Sunnybrook est un autre rendez-vous incontournable pour les amoureux de la nature avec ses hectares de prairies et de sous-bois et ses petits ruisseaux. On y fait également du cheval (Sunnybrook stables), on y piquenique les fins de semaine et on joue au football et au baseball. Cela à seulement quelques minutes en voiture ou bus du centre-ville.


l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour mes visiteurs davantage intéressés par les boutiques et le cinéma, je les emmène faire un tour sur Bayview et Mount Pleasant. Ces deux artères recèlent de galeries d’art, d’antiquaires et de magasins spécialisés. On y trouve tout sur les maisons de poupées à construire et aménager, tout sur les vélos, le thé, le roman policier ou la littérature jeunesse (Mable’s Fables et the Flying Dragon).


Côté papilles gustatives, je les entraîne déguster une pâtisserie dans les boulangeries/pâtisseries françaises et belges Rahier, La Cigogne et Thobors ou goûter à une cuisine internationale. Cuisine française, italienne, thaï, indienne et végétarienne ou traditionnel burger américain, il y en a pour tous les goûts.


Envie d’une toile? Je leur laisse le choix entre un film indépendant au Mount Pleasant Theatre ou au Regent et un blockbuster au Silvercity Yonge and Eglinton.


Centre intellectuel et
 dolce vita estudiantine


L’Université de Toronto fait partie de ma vie depuis mon plus jeune âge, ma mère ayant enseigné au département de lettres. J’y ai arpenté le département de lettres, la Robarts Library, le Hart House, la Rotman School of Management, la piscine et le département théâtre.


J’aime ce campus et les gens qui le fréquentent. Je m’y sens bien. C’est tout naturellement que j’y entraîne mes amis qui apprécient les occasions multiples de rencontres et d’échanges culturels.


l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Après notre ballade au milieu de ce mélange de vieilles pierres et d’architecture insensée datant des années 70 à nos jours, une petite visite au Royal Ontario Museum sur St Georges s’impose pour découvrir l’exposition du moment. La journée se termine invariablement autour d’un verre dans l’un des bars de l’Annexe. Une nouvelle occasion de frayer avec des étudiants et chercheurs venus des quatre coins du globe. Une parenthèse qui permet de saisir la dolce vita estudiantine de la ville et de mesurer l’importance du multiculturalisme torontois.


Old Cabbagetown, 
entre bohèmes et familles


Quartier historique de la ville, Cabbagetown, autrefois rural et pauvre, est devenu le repère du bohème chic. Il abrite d’adorables petites maisons victoriennes – la plus large concentration de la ville – qui essaiment sur plusieurs blocs entre Parliament et Riverdale Park.


Ayant résidé un moment à l’angle de Sackville et Amelia Street, j’ai admiré l’architecture pittoresque des petites maisons et rencontré de nombreux artistes exposant ou lisant leurs œuvres, travaillant sur leur prochain projet.


Je me souviens d’une certaine nonchalance, chez les habitants, qui abritait une énergie et une vie communautaire débordante qui explosait notamment lors du festival de Old Cabbagetown en septembre.


Une ballade dans un autre temps, celui d’une époque victorienne, d’un rythme plus lent qui enchante mes visiteurs. Parfois, nous poussons jusqu’à Riverdale Farm où l’on peut oublier complètement la ville et se promener parmi les vaches, moutons et oies, parfois je les emmène déjeuner au restaurant français Provence.


l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Cinéma, médias et spectacles


Férue de théâtre et du 7e Art, c’est tout naturellement que j’entraîne mes invités au cœur de l’Entertainment District sur les rues Queen et King. D’est en ouest, ces deux artères foisonnent de théâtres, de salles de cinéma, de studios d’enregistrement et de tournage, de chaînes de télévision et de radio.


Attirés par les néons ou par les petites salles intimes, les curieux ont de quoi satisfaire leurs envies en matière de spectacles. La vie nocturne y bat son plein et il ne reste que l’embarras du choix pour siroter un cocktail ou danser dans un club. Il est même possible de goûter à de l’alligator en écoutant de l’excellent jazz et de la musique cajun live au Nawlins Jazz Bar And Dining.


Arrêt obligatoire à la Mecque du cinéma à Toronto, le TIFF Lightbox. Une tour de 5 étages dédiée au 7e Art où le célèbre Festival international du film de Toronto y a installé ses quartiers.


Un peu plus au sud, j’emmène également mes amis découvrir les studios de Radio Canada et de CityTV. Deux institutions au concept de travail et de création bien différents.


Je complète souvent cette incursion dans les néons de l’«Entertainment» par le «Soho» torontois sur Dundas Square. Multiplexes géants et gigantesques écrans vidéo sur les façades en verre des gratte-ciel fascinent.


l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Autre bastion de la création, La Distillerie. Quartier entièrement rénové au sud-est de Toronto, La Distillerie abrite de nombreux artistes et créateurs. Une promenade et des rencontres insolites que nous complèterons avec un café au Café Balzac, un repas de homard sur fond de jazz «live» au Boiler House ou un chocolat chaud maison chez le chocolatier Soma.


Toronto multi-ethnique: dépaysement au sol


Enfin, parce qu’enfant du métissage canadien et méditerranéen, je ne peux m’empêcher de faire découvrir à mes invités le visage cosmopolite de Toronto. C’est toujours avec délectation que je les entraîne dans un marathon multiculturel dans les quartiers ethniques qui façonnent la ville.


On s’arrête manger des pâtes et acheter des fleurs dans Little Italy à l’ouest de Bathurst et entre Bloor West et College, on traîne dans les échoppes de Chinatown et au marché Kensington pour dénicher la meilleure occasion et on se mêle volontiers à un cortège cérémonial qui explose de couleurs, de saris et de joie de vivre dans Little India, petite poche colorée et odorante sur Gerrard et Coxwell.


En été, le festival «Taste of the Danforth» met en avant la belle énergie de la communauté grecque de Toronto et permet d’apprécier ses nombreuses boutiques et la variété de ses restaurants.


Quant au festival Caribana, rien de tel que de s’évader vers les îles, tout en musique et couleurs, le temps d’une journée gaie et ensoleillée.


l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

En revenant d’une promenade dans le très beau High Park, j’indique à mes amis les endroits sur Roncesvalles où on peut se procurer des produits venus d’Ukraine et de Pologne. Sur Eglinton Ouest, je les invite à découvrir la communauté juive de Toronto et à goûter à l’un de leurs fameux sandwichs à la viande fumée.


Si le temps le permet, je les emmène également dîner chez des amis iraniens, participer à une soirée philippine ou parler français autour d’un bon verre de vin et d’un plateau de fromages.


Il ne leur est plus difficile à la fin de la journée de comprendre qu’habitant Toronto on peut bien parler anglais et français, avoir un médecin polonais, un banquier guatémaltèque, une dentiste iranienne, manger italien ou coréen et danser sur les rythmes effrénés de djembé.


En quelques jours, mes amis vivent à Toronto un dépaysement riche et surprenant, mais toujours fort apprécié, et me rejoignent dans la tendresse que je voue à cette ville. www.seetorontonow.com

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur