Montréal en fête pour son 375e anniversaire

Linteau, Paul-André; Joyal, Serge; Robert, Mario. Traces de l'histoire de Montréal, Éditions du Boréal, 2017, broché, 26,4x19,8 cm, très nombreuses illustrations, 182 p.


21 février 2017 à 9h49

Alors que le Canada célèbre cette année les 150 ans de son existence, Montréal fête le 375e anniversaire de sa fondation, en 1642 donc. Et pour la ville de Montréal, «375 ans d’histoire, ça se fête. En 2017, Montréal bouge, se réinvente, s’éclate, s’illumine, se souvient.»

Pour célébrer dignement cet anniversaire, toute une programmation a été organisée, impliquant des organismes publics et privés. Il y aurait quelque 200 événements, spectacles, installations, activités familiales et autres, qui souligneront et magnifieront ce 375e anniversaire de la deuxième ville du Canada par sa population. Impossible de les nommer tous, ce qui n’est d’ailleurs pas notre but.

Comme c’est bien normal, cet événement historique a donné lieu à des publications historiques, qui retracent l’un ou l’autre aspect de la création et de l’évolution sociale, économique, artistique ou architecturale de la ville, pour ne mentionner quel quelques exemples. Et parmi ces publications, il est un ouvrage qui retient l’attention par son originalité.

Traces

Ce livre, publié par les Éditions du Boréal, s’intitule Traces de l’histoire de Montréal. Son caractère original vient de ce qu’il sort des sentiers battus et ne nous conte pas un récit historique avec les personnages qu’il met en scène. Les auteurs s’attachent plutôt à ce qui montre, matériellement ou virtuellement, l’histoire de la cité et son évolution.

L’éditeur s’en explique ainsi: «L’histoire exceptionnelle de Montréal est abordée ici sous un angle distinct, celui des traces de son histoire, visibles dans l’espace urbain et dans la mémoire collective. Ces traces s’observent dans les vestiges et les bâtiments de diverses époques qui parsèment le paysage montréalais.»

«Elles sont visibles dans les objets et les lieux de la vie quotidienne. Elles sont perpétuées dans le souvenir des événements du passé. Ces traces ont été produites, transmises et conservées par des générations de Montréalaises et de Montréalais. Elles sont révélées ici à travers l’œil d’artistes qui, en utilisant divers médias, en ont assuré la pérennité.»

Trois auteurs

C’est un ouvrage collectif qui réunit trois personnalités de premier plan, qui avaient et ont toujours un objectif commun, contribuer à la conservation de tous ces objets, bâtiment ou évocations qui témoignent de l’histoire de Montréal.

Paul-André Linteau est professeur au département d’Histoire de l’Université du Québec à Montréal et codirecteur du Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal. Il a publié de nombreux livres, dont Histoire du Québec contemporain, Histoire de Montréal depuis la Confédération et Brève histoire de Montréal.

Juriste et sénateur, Serge Joyal est un collectionneur d’art réputé. Auteur de livres sur des sujets historiques, comme Le mythe de Napoléon au Canada françaisil s’est aussi illustré en tant que grand défenseur du patrimoine montréalais.

Historien et archiviste, Mario Robert dirige les Archives de la Ville de Montréal. Chroniqueur dans les médias, il a aussi participé à la rédaction d’ouvrages sur l’histoire de Montréal, l’archivistique et la gestion de documents et archives.

Illustrations

Avec des auteurs d’une telle compétence, l’ouvrage présente une garantie historique assurée. Les illustrations sont une caractéristique importante de ce livre. Il y en a à chaque page, parfois même plusieurs par page. Elles représentent les «traces», mises en valeur par le titre en majuscules du livre.

Il faut entendre ce mot au sens large, comme un objet, une construction, une personnalité, un événement qui ont marqué une époque: un ostensoir, des instruments de cuisine, la nouvelle cathédrale, un héros populaire, par exemple.

«L’illustration est au cœur de la démarche», explique l’éditeur. «L’écrit ne vient que la mettre en contexte. Le lecteur est invité à découvrir l’histoire de Montréal par le regard, à s’imprégner de ces images pour reconstituer une trame qui s’étend sur plusieurs siècles. Il peut s’agir d’objets, de plans, de tableaux, de gravures, d’affiches ou de photographies.»

Cinq périodes

Le livre est divisé en cinq grandes périodes: L’émergence d’une ville française 1642-17560, Le pôle commercial britannique 1760-1850, La métropole canadienne 1850-1914, Des accents américains et modernistes 1914-1967, Métropole québécoise et ville internationale 1967-2017.

Chaque période commence par une brève synthèse rappelant les principales caractéristiques de celle-ci. Dans chaque cas, des plans, des représentations, de construction, de réalisation, de vues ou de photographies aériennes ou non, donnent un aperçu général de la ville.

Livre pour tous

C’est donc un livre très agréablement présenté et d’une lecture facile, qui aborde différents aspects artistiques, sociaux, historiques, qui ont contribué au cours de cette période de 375 ans à faire de Montréal ce qu’elle est devenue, en partant de Ville-Marie, le premier nom français donné à la ville avant qu’elle ne prenne le nom de Montréal.

C’est un ouvrage grand public, qui ne peut que plaire à tout le monde, de tous les âges, tout en donnant, sans en avoir l’air, une solide information sur cette grande ville canadienne et son histoire.

L’ouvrage «nous permet d’approfondir notre connaissance sur une foule de thèmes, comme les fortifications de Montréal, la présence amérindienne, les marchés publics, le parlement canadien, le mont Royal, les églises et de nombreux autres», a commenté Mario Girard dans La Presse le 5 février dernier.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les Indisciplinés investissent dans un grand spectacle pour leur 10e anniversaire

Indisciplinés de toronto
De plus en plus de nouveaux comédiens et techniciens talentueux
En lire plus...

22 juin 2018 à 15h00

François Bourassa se réinvente

François Bourassa
Le 27 juin au Festival de jazz
En lire plus...

22 juin 2018 à 14h00

Un règlement albertain machiavélique

La Couronne suspend des procédures pour ne pas reconnaître le droit des Défendeurs au français
En lire plus...

22 juin 2018 à 12h30

Aurélie Resch décroche le prix Trillium

Prix littéraire Trillium de l'Ontario
Rare encouragement pour les récits courts
En lire plus...

22 juin 2018 à 11h39

Cannabis : à la poursuite du diamant vert

La légalisation va donner accès à du financement pour la recherche
En lire plus...

Impact économique de l’intelligence artificielle : on cherche encore

Pas de pertes d’emplois ni de productivité accrue
En lire plus...

22 juin 2018 à 7h00

L’espiègle trio jazz Les Malcommodes

les malcommodes
Le 26 juin au Festival de jazz de Toronto
En lire plus...

21 juin 2018 à 13h00

Un test a changé sa vie : dans les pas d’un enfant dyslexique

La Liberté
«J’étais content de savoir que je n’étais pas stupide»
En lire plus...

21 juin 2018 à 10h00

Le véganisme dans le vêtement : trop de plastique ?

Le cuir de kangourou et le polyester plus «verts» que la laine d’alpaga et le cuir de bovin
En lire plus...

21 juin 2018 à 7h00

Technicien(ne) à l’aide technique

Conseil scolaire catholique MonAvenir - Le Conseil scolaire catholique MonAvenir est à la recherche d’une personne permanente, à temps plein (1,0), soit 35 heures par semaine, qui agira à titre de technicienne, technicien à l’aide technique...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur