Micheline Lanctôt: «La réalisation, c’est une bataille»

Passage remarqué à Cinéfranco

Partagez
Tweetez
Envoyez

Il est impossible de parler des femmes mises à l’honneur par le festival Cinéfranco sans citer la réalisatrice et actrice Micheline Lanctôt, derrière la caméra avec son dernier film, Autrui, présenté au public ce mercredi 15 avril au cinéma Bloor Hot Docs.

Lucie, une jeune femme introvertie et un peu perdue, et Éloi, un itinérant, sont deux «multipoqués» de la vie, comme s’amuse la réalisatrice à les décrire. Ces deux personnages hors normes vont se retrouver dans une relation particulière et complexe le jour ou Lucie ouvre sa porte à Éloi.

«L’idée est partie d’un reportage que j’ai vu à la télévision sur une jeune femme hébergeant un sans abri. Je suis toujours à la recherche de l’humain, c’est la relation entre les êtres qui m’importe, la situation dans laquelle les gens sont et ce qui peut se passer à partir de cette situation de départ», a exposé Micheline Lanctôt.

«Ce film demande une vraie ouverture d’esprit. Ce n’est pas tant le sujet social qui compte, mais la réflexion philosophique qu’il y a derrière. Je voulais dépasser ce contexte social, ce geste de charité dont
tout le monde est capable, pour arriver à un questionnement sur l’autre, l’engagement et ce que cela implique, les difficultés, les exigences, les compromis», a expliqué la réalisatrice en entretien à L’Express.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Et le véritable message est là. Le sens d’Autrui, c’est que s’engager auprès de quelqu’un change la vie, un peu, beaucoup, mais change quelque chose. Tout peut bien ou mal se passer, peut être qu’Éloi sort de la rue, peut être que Lucie devient une meilleure personne, capable de s’attacher aux autres.

Malgré les difficultés de production, Micheline Lanctôt n’est pas prête à s’arrêter: «tant que j’apprendrai de mes élèves, je continuerai. J’apprends à réfléchir sur le métier, à vulgariser. Je me dis toujours que c’est le dernier film, mais il y a toujours un sujet qui me happe et qui me pousse à aller au bout pour parler de quelque chose qui me tient à coeur. La réalisation n’est pas un plaisir, c’est une bataille.»

* * *

À LIRE AUSSI DANS L’EXPRESS:
Le Bloor Hot Docs réussit à Cinéfranco
Le court-métrage: une belle carte de visite

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur