Mesdames, osez dialoguer avec votre vagin!

Line Boily (au centre) avec les actrices des Monologues du vagin: Aleksandra Lalovic, Catalina Lopez, Elaine Li, Adrienne Medjo, Alison Wilson Forbes, Alina Christensen et Sandra Uhlrich.

Line Boily (au centre) avec les actrices des Monologues du vagin: Aleksandra Lalovic, Catalina Lopez, Elaine Li, Adrienne Medjo, Alison Wilson Forbes, Alina Christensen et Sandra Uhlrich.


13 mars 2017 à 22h14

Écrite il y a plus de 20 ans, la pièce Les monologues du vagin est aujourd’hui toujours jouée à travers le monde. Plus que jamais d’actualité, elle a été reprise en français à Toronto mercredi et jeudi soir par Scuderia Production pour célébrer la Journée internationale des femmes. Cela fait quatre ans que les spectateurs sont au rendez-vous pour découvrir ou redécouvrir cette pièce connue pour être comique.

Pourtant, cette année, les spectateurs torontois ont eu la surprise de découvrir une pièce sombre, dont la mise en scène mettait en avant les moments les plus violents des monologues: viols, excisions, honte, misogynie, ablations abusives… Aucun sujet sensible n’était laissé de côté.

Confrontés à la réalité, l’empathie gagne certains spectateurs et ils craquent. Il faut dire que l’interprétation des sept actrices sur scène est particulièrement réussie.

Traumatismes

Retenons le passage qui raconte le viol par six militaires d’une jeune femme chinoise. Ce monologue percutant était joué par Elaine Li. L’actrice raconte, à l’issue de la représentation, qu’elle a du se faire violence pour l’interpréter: «Après une répétition, en rentrant chez moi le soir, je suis allée me renseigner sur le massacre de Nankin, en Chine, par les Japonais, de décembre 1937 à février 1938. J’ai appris des choses terribles. J’étais bouleversée. Ça m’a permis d’appréhender la violence de cette scène.»

D’autres passages démontrent très justement l’absurdité de la gêne que provoque le simple mot «vagin». On réalise que même s’il s’agit d’un terme médical, il n’est que trop peu utilisé, souvent raillé, parfois interdit. Enfin, certaines scènes désacralisent le plaisir féminin, qui reste encore dans nos sociétés modernes, un sujet tabou.

Toutes les scènettes des Monologues du vagin reflètent diverses expériences sexuelles, de la découverte de soi à l’épanouissement du plaisir. Parfois absurde, la pièce sert surtout à éveiller les consciences. À la fin de la soirée de mercredi, Line Boily, de l’émission radio-canadienne L’heure de pointe, a animé un débat.

Armes de destruction massive

«Les vagins sont attaqués dans le monde entier, spécialement dans les régions francophones visées par des conflits armés», rappelle Dada Gasirabo, directrice d’Oasis Centre des femmes. «Les violences sexuelles que ces femmes connaissent sont des armes de destructions massives, car elles laissent les femmes profondément choquées et anéanties psychologiquement. Nous sommes justement en train de mener une étude sur l’aide à apporter à ces femmes immigrantes chez nous, victimes d’abus pendant des conflits armés.»

Pour les actrices, il s’agissait avant tout de «donner de la voix aux personnes qui ne peuvent pas parler, qui n’ont pas de voix, qui pensent qu’elles sont seules» et de faire passer un message à toutes les femmes, mais aussi aux hommes. «Regardez comme l’homme le plus puissant du monde parle des femmes. On doit continuer à se battre. Cette pièce, c’est la voix de dizaines de femmes qui évoquent leur féminité, des épisodes tantôt légers aux drames les plus intenses.»

En outre, les deux représentations de la pièce se voulaient être une opportunité de lever de fonds au profit d’Oasis, qui célèbre 20 ans d’actions et de lutte contre toutes les formes de violence faites aux femmes. 50% des recettes finales seront donc reversées à l’organisme.

Entre absurde et réalisme, Les Monologues du vagin est une oeuvre majeure du féminisme. C’est une pièce qui fait réfléchir, car elle est le reflet de nos sociétés. En 20 ans, Les Monologues du vagin n’ont rien perdu de leurs forces.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Employé a la vente au detail – MEPHISTO

MEPHISTO
La boutique de chaussures « MEPHISTO confort de France » recherche un collaborateur à la vente au 1177  Yonge St à Toronto (centre ville), au Nord de Bloor St Summerhill station...
En lire plus...

Il y en a pour tous les goûts: les concerts gratuits des 23 et 24 septembre

Francophonie en fete
Un véritable tour du monde de la musique francophone
En lire plus...

21 septembre 2017 à 9h11

Les Voix du cœur recherchent de nouveaux talents

Une scène du spectacle des Voix du Coeur au théâtre Bluma Appel en mai 2016.
Le spectacle du printemps portera sur les cinq sens...
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h57

Didier Leclair se dit «écrivain de la marge»

Didier Leclair à la bibliothèque de Toronto le 18 septembre.
Écrire en français hors Québec: tout un défi
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h03

Six Franco-Ontariens à la rencontre d’une Première Nation

Les Franco-Ontariens participent à une cérémonie autochtone.
Au pays des Wahgoshigs
En lire plus...

20 septembre 2017 à 13h31

Nouveau conseil d’administration pour le CFT

Le nouveau conseil d'administration du Centre francophone de Toronto. À gauche: le président Jean-Luc Bernard.
Le CFT a reçu le titre d’«organisation phare» de la part de Centraide/United Way
En lire plus...

19 septembre 2017 à 17h35

Des wraps pour les adeptes de l’alimentation crue

WrapItUpRAW-taco-web-79f4912ff1dacc222fd91b2b6532550aacd9e3fb
La production exige beaucoup de travail, mais la commercialisation se fait en un tour de main.
En lire plus...

19 septembre 2017 à 15h21

Les finalistes du prix Christine-Dumitriu-van-Saanen

Paul-François Sylvestre, Gabriel Osson, Claude Guilmain
Tous Torontois
En lire plus...

19 septembre 2017 à 11h22

Rentrée télé: des champions… et un point de saturation

La série de six épisodes Comment devenir adulte, de Wookie Films (Winnipeg), est diffusée cet automne sur la chaîne Unis. Dans la photo, Rémi, Vanessa, Simon et Bréanne préparent la rentrée au Collège Louis-Riel. (Photo: Wookie Films)
L’offre télévisuelle de l’automne est lancée dans l’inquiétude. Les producteurs se mobilisent pour défendre la clause d’exception culturelle attaquée par Washington dans les pourparlers...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 16h01

Des Gémeaux pour l’Ontario

L’émission Cochon Dingue, réalisée par le Franco-Ontarien Mathieu Pichette (à gauche), a remporté plusieurs prix dimanche  au gala des Gémeaux. Mathieu Pichet, Stéfany Brulier, Julie Lavalée, Sébastien Hurtubise, Carlos Soldevila, Micheline Sylvestre, Pascal Morissette, Pascal Barriault, Marie-Lou Morin. (Photo: Paul Ducharme)
Des producteurs et des artisans franco-ontariens se sont illustrés au gala de la télévision et des médias numériques.
En lire plus...

18 septembre 2017 à 14h45

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur