Mélanie Brûlée libérée, débridée

Partagez
Tweetez
Envoyez

C’est l’une des nouvelles figures féminines de la scène francophone ontarienne actuelle. Mélanie Brûlée, jeune artiste originaire de Cornwall, qui habite maintenant à Toronto, est venue nous présenter son nouvel album, Débridée, dans la salle de concert du restaurant Burdock, rue Bloor Ouest.

Enregistré entre Toronto et Montréal, l’album comprend dix titres, tous en français – si l’on excepte une chanson bilingue. Une façon pour Mélanie Brûlée de retrouver sa langue natale après avoir passé sept ans en Australie à n’utiliser que l’anglais.

«Cet album est un outil pour m’aider à garder mon français. Auparavant, j’écrivais également des chansons bilingues, cela s’inscrit donc également dans une progression naturelle. Et puis, c’est un petit défi que je me suis lancée. Introduire de la musique francophone aux anglophones est devenu une mission», explique-t-elle en entrevue à L’Express.

Une progression dans la langue, mais aussi dans le style: Mélanie Brûlée délaisse les cuivres au profit d’instruments électroniques et de guitares électriques. Le spectacle gagne en dynamisme et en énergie.
«On a évolué vers un folk plus indie, de la musique plus rock», précise-t-elle.

Si tous les titres ont un thème qui leur est propre, Débridée évoque surtout le sentiment de liberté qui habite la chanteuse, partie à Paris en 2013 pour y trouver de l’inspiration grâce à une bourse d’écriture du Conseil des Arts de l’Ontario. Les poèmes qu’elle a écrits au cours de cette période lui ont en effet fourni des idées pour ce nouvel album.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

À la fois auteure, compositrice et interprète, Mélanie Brûlée a également travaillé avec plusieurs autres artistes, dont Daniel Peloquin-Hopfner, Charles Tilden, Faye Blais et Anique Granger.

«Débridée comprend plusieurs collaborations d’écriture avec des artistes francophones, en particulier avec Anique Granger que je connais très bien. Nous avons pu écrire des chansons plus profondes ensemble.»

En automne, l’artiste sera en tournée dans l’ouest du Canada et espère bien se rendre par la suite au Québec, en Europe et multiplier les collaborations d’écriture avec d’autres artistes.

En attendant, on pourra retrouver Mélanie Brûlée aux Rencontres qui chantent à Petite-Vallée le 28 juin, ainsi qu’à la Franco-Fête de Toronto en juillet.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur