Médecine absurde au Théâtre Étienne-Brûlé

Des élèves de la troupe de théâtre de l'école secondaire Étienne-Brûlé qui présentait la pièce "Docteur malgré lui"  du 20 au 25 avril

28 avril 2009 à 14h30

Plus de 3000 élèves, provenant de diverses écoles de la région de Toronto, sont venus voir Docteur malgré lui, le spectacle présenté du 20 au 25 avril par la troupe du Théâtre Étienne-Brûlé de l’école secondaire du même nom, à North York. Kathleen Wynne, la ministre de l’Éducation de l’Ontario, est également venue la voir.

Luc Bernier, enseignant d’arts dramatiques à l’école Étienne-Brûlé, a mis en scène cette comédie de William Van Zandt et Jane Milmore, spectacle réussi où l’histoire loufoque a servi de prétexte à une série de gags allant de l’absurde à l’irrationnel, et interprété par les huit acteurs élèves avec brio.

Le spectacle a fait rire grâce à un comique dénué de logique. Des événements inattendus ne cessaient de faire irruption: la cohérence n’avait pas le temps de s’installer. Les gags reposaient sur un comique du gestuel: des chutes, bagarres, poursuites, chocs… Les corps, comme les objets, étaient bousculés.

Le burlesque échappe aux règles de la narration classique: le ton général est celui de la provocation et de la caricature. C’était le ton de la pièce Docteur malgré lui, jouée par les jeunes acteurs de l’école Étienne-Brûlé avec fraîcheur et spontanéité.
C’est l’histoire de Jacques qui fait croire à ses parents qu’il est devenu médecin. En réalité, il s’est inscrit au programme de littérature à l’université: l’étudiant rêve de devenir un grand écrivain. C’est alors que ses parents viennent lui rendre visite. Jacques, paniqué, craint d’être déshérité si ses parents découvrent la supercherie.

Le jeune écrivain transforme son appartement en clinique médicale et s’improvise médecin. Sa secrétaire devient son infirmière. Ses amis deviennent ses patients. S’ensuit une série de situations aussi cocasses qu’embarrassantes. Notamment son meilleur ami Christian, étudiant en théâtre, arrive à la clinique déguisé tour à tour en patients originaires de diverses contrées et souffrant de maux les plus inusités les uns que les autres.

L’un des fondements du comique burlesque réside dans son rythme à caractère frénétique. Ce rythme fait partie intégrante du timing dans le jeu des acteurs, les bons gestes au bon moment, et de la mise en scène.

Tout au long de la pièce d’une durée de deux heures, les jeunes comédiens ont démontré une excellente dextérité à changer de costumes sur un rythme trépidant, essentiel au succès du spectacle. Le tout semblait accompagné d’une légère improvisation apportant une énergie particulière, reflet de la tradition théâtrale de la commedia dell’arte et du music-hall où le burlesque trouve son origine.

Luc Bernier a été chaudement félicité pour sa 15e année de production théâtrale à l’école Étienne-Brûlé, de même que Julie-Nadia Rancourt, enseignante d’arts, pour la réalisation d’une superbe toile qui a servi de décor à la pièce, ainsi que l’équipe technique.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Employé a la vente au detail – MEPHISTO

MEPHISTO
La boutique de chaussures « MEPHISTO confort de France » recherche un collaborateur à la vente au 1177  Yonge St à Toronto (centre ville), au Nord de Bloor St Summerhill station...
En lire plus...

Il y en a pour tous les goûts: les concerts gratuits des 23 et 24 septembre

Francophonie en fete
Un véritable tour du monde de la musique francophone
En lire plus...

21 septembre 2017 à 9h11

Les Voix du cœur recherchent de nouveaux talents

Une scène du spectacle des Voix du Coeur au théâtre Bluma Appel en mai 2016.
Le spectacle du printemps portera sur les cinq sens...
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h57

Didier Leclair se dit «écrivain de la marge»

Didier Leclair à la bibliothèque de Toronto le 18 septembre.
Écrire en français hors Québec: tout un défi
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h03

Six Franco-Ontariens à la rencontre d’une Première Nation

Les Franco-Ontariens participent à une cérémonie autochtone.
Au pays des Wahgoshigs
En lire plus...

20 septembre 2017 à 13h31

Nouveau conseil d’administration pour le CFT

Le nouveau conseil d'administration du Centre francophone de Toronto. À gauche: le président Jean-Luc Bernard.
Le CFT a reçu le titre d’«organisation phare» de la part de Centraide/United Way
En lire plus...

19 septembre 2017 à 17h35

Des wraps pour les adeptes de l’alimentation crue

WrapItUpRAW-taco-web-79f4912ff1dacc222fd91b2b6532550aacd9e3fb
La production exige beaucoup de travail, mais la commercialisation se fait en un tour de main.
En lire plus...

19 septembre 2017 à 15h21

Les finalistes du prix Christine-Dumitriu-van-Saanen

Paul-François Sylvestre, Gabriel Osson, Claude Guilmain
Tous Torontois
En lire plus...

19 septembre 2017 à 11h22

Rentrée télé: des champions… et un point de saturation

La série de six épisodes Comment devenir adulte, de Wookie Films (Winnipeg), est diffusée cet automne sur la chaîne Unis. Dans la photo, Rémi, Vanessa, Simon et Bréanne préparent la rentrée au Collège Louis-Riel. (Photo: Wookie Films)
L’offre télévisuelle de l’automne est lancée dans l’inquiétude. Les producteurs se mobilisent pour défendre la clause d’exception culturelle attaquée par Washington dans les pourparlers...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 16h01

Des Gémeaux pour l’Ontario

L’émission Cochon Dingue, réalisée par le Franco-Ontarien Mathieu Pichette (à gauche), a remporté plusieurs prix dimanche  au gala des Gémeaux. Mathieu Pichet, Stéfany Brulier, Julie Lavalée, Sébastien Hurtubise, Carlos Soldevila, Micheline Sylvestre, Pascal Morissette, Pascal Barriault, Marie-Lou Morin. (Photo: Paul Ducharme)
Des producteurs et des artisans franco-ontariens se sont illustrés au gala de la télévision et des médias numériques.
En lire plus...

18 septembre 2017 à 14h45

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur