Mathieu Boogaerts: une formidable interaction avec le public

Partagez
Tweetez
Envoyez

C’est un public enthousiaste et ravi qui est sorti du concert de l’artiste français Mathieu Boogaerts, samedi 30 janvier au soir, au théâtre Spadina de l’Alliance française de Toronto. Il faut dire que tout au long de son concert, l’humour du chanteur a vivement séduit la salle: les spectateurs se souviendront de sa superbe interaction avec eux. «Tous mes concerts sont uniques, pour moi c’est important», nous livre-t-il.

Il a chanté en solo deux nouvelles chansons de son sixième album qu’il est actuellement en train d’enregistrer.

Cette année, l’artiste fête ses vingt ans de carrière à la Philharmonie à Paris, en février. «Je suis flatté d’un tel événement, car cela valide d’une certaine manière ma carrière malgré le fait que je me considère comme étant assez indépendant. C’est stimulant.»

Se qualifiant de chansonnier «tendre et moderne», Mathieu Boogaerts aime improviser lors de ses concerts. «Sinon, c’est trop écrit. Je sais par quoi je vais commencer et par quoi je vais finir, autrement je me laisse aller», partage-t-il à son public.

Dans un certain souci de compréhension avec son auditoire, il tente d’expliquer chaque fois ses chansons. «Je ne pars pas d’une idée, je suis en train de jouer à la guitare une mélodie, une phrase m’arrive et j’y crois. Je me laisse alors transporter.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Ses chansons autant personnelles, que singulières et sensibles nous ont transportées dans un univers musical rythmé et varié. «Mes chansons n’ont pas de messages. Je ne prétends pas détenir la vérité. J’exprime des sentiments que j’ai eus (bonheur, tristesse, colère…) Chaque chanson va essayer de développer un sentiment.»

«Mon premier rapport avec la musique fut l’arrivée d’un clavier dans ma maison», raconte ce Français de la région parisienne. «Je me le suis très vite approprié. Pendant que les autres allaient jouer au foot, moi je restais fasciné par cet instrument. Il y a aussi surement le fait que mon père est mélomane qui a pu contribuer, il écoute de la très bonne musique.»

Il aime aussi les musiques africaine, folklorique et locale.

C’est avec une certaine intimidation qu’il a fait, à Toronto ce semedi son premier concert en Amérique du Nord. «J’ai beaucoup voyagé en tant que touriste et aussi pour mes concerts.
Les Français sont fascinés par l’Amérique du Nord. Il y a quelque chose de très fluide ici. Je le suis moi-même. J’arrive, j’ai un léger complexe, j’ai l’impression d’être un petit Français qui n’a pas ma place ici», nous confie-t-il,

Mais il précise sa joie d’être ici: «c’était chouette. C’était une ambiance différente de ce que je trouve en France.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur