Majesté, politesse et modestie


22 mars 2011 à 14h45

Une des premières notions que l’on nous enseigne, lorsqu’on apprend la conjugaison, c’est celle des pronoms personnels. Ils sont singuliers ou pluriels. Mais comme rien n’est simple en français, il arrive que des pronoms personnels exprimant un pluriel entraînent des accords au singulier.

Les pronoms «nous» et «vous» expriment respectivement la première et la deuxième personne du pluriel. Le «nous» fait référence à un groupe de personnes dont le locuteur fait partie. Le «vous» s’emploie pour faire allusion à un groupe de personnes dont l’interlocuteur ne fait pas partie. C’est la règle générale.

Mais il arrive que le pronom «vous» soit employé au singulier, essentiellement lorsque l’on s’adresse à quelqu’un avec politesse ou avec déférence. On peut s’adresser à une personne âgée, à un patron, à un curé, à un médecin, à un juge ou même à un inconnu en utilisant le «vous» de politesse.

Les accords qui découlent de cette conjugaison doivent toutefois suivre la logique du singulier dans ce cas. Un homme qui rencontre une femme pour la première fois pourra lui dire: «Vous êtes élégante» ou «Vous êtes belle, madame». Il serait évidemment erroné d’accorder «élégante» et «belle» au pluriel, même si de prime abord, ces adjectifs sont précédés d’un verbe conjugué à la deuxième personne du pluriel.

La plupart des grammaires qui consacrent quelques lignes au pluriel de politesse mentionnent aussi que le pronom «vous-même» suit aussi cette logique. On écrira donc: «Vous m’avez dit vous-même que vous seriez honoré d’assister à cette cérémonie.» Notons que le mot «honoré» demeure au singulier, tout comme le pronom réfléchi «vous-même», alors que l’usage courant est de mettre un «s» à «mêmes».

Le pronom «nous» entraîne aussi son lot de particularités. Outre la règle générale qui prévoit un accord évident au pluriel, on peut retrouver des formes au singulier. D’abord dans le cas du «nous» de majesté.

On dit que ce «pluriel de majesté» est employé dans les discours officiels par des personnes détenant l’autorité, comme des monarques, des évêques ou des personnalités politiques.

L’exemple que donne le logiciel Antidote est éloquent: «Nous sommes fier de remettre aujourd’hui la croix de la Légion d’honneur à un homme exemplaire qui a servi son pays avec un dévouement constant.» On remarquera évidemment l’accord de «fier» au singulier, puisqu’on suppose que la personne qui parle – et qui remet la distinction – est une figure d’autorité. Si l’ex-gouverneure générale Michaëlle Jean avait eu à prononcer un tel discours, on aurait alors pu accorder «fier» au féminin, pour donner «Nous sommes fière…».

Mais ce n’est pas là la seule surprise que nous réserve l’emploi du pronom «nous». On le retrouve aussi avec un accord au singulier dans la formule que l’on appelle le «pluriel de modestie» ou le «pluriel d’humilité».

Celui-ci est employé quand l’auteur d’un ouvrage – ou particulièrement d’un travail académique ou d’une thèse – parle de lui-même. On dit que le pluriel de modestie constitue généralement la norme dans les ouvrages de nature scientifique, dans les essais universitaires ou dans certains documents juridiques, où il permet l’expression d’une plus grande objectivité.

Une étudiante au doctorat qui soumet une thèse pourra ainsi écrire: «Nous avons été étonnée de constater qu’un faible pourcentage de répondants ont indiqué avoir vécu une expérience traumatisante.» Dans ce cas, l’accord au féminin singulier indique que le document a été rédigé par une femme seule, même si le «nous» pourrait nous laisser croire le contraire.

De la même façon que le pronom «vous-même», on laissera alors «nous-même» au singulier lorsqu’on l’emploie dans un contexte «de modestie».

Au fond, on peut dire qu’il convient de se demander qui se cache derrière ces pronoms «nous» et «vous» pour faire suivre les accords, un peu comme on le fait parfois avec «on» pour l’accorder au pluriel lorsqu’on l’apparente à un «nous». L’usage tolère maintenant qu’on accorde les participes et les attributs au pluriel lorsque le «on» fait référence à un groupe dont l’auteur fait partie: «On est allés à Montréal…», par exemple. Ce n’est plus toujours vrai de conclure que «on» exclut la personne qui parle. Mais on a tellement entendu cette règle caduque qu’elle est encore bien répandue.

Voyez, il n’y a jamais rien de simple avec la langue française, même dans ses éléments les plus fondamentaux comme les pronoms de conjugaison. Nous sommes convaincus que le présent texte permettra de le confirmer.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La future fusée de la NASA a-t-elle encore une utilité?

science
La NASA prépare depuis 2011 une nouvelle fusée géante, appelée SLS, censée ramener les Américains en orbite, sur la Lune et même les envoyer...
En lire plus...

Le budget d’un gouvernement aux abois

Le gouvernement libéral de Justin Trudeau profite d’une augmentation de ses revenus légèrement plus forte que prévu, ces deux dernières années, pour les réinjecter...
En lire plus...

21 mars 2019 à 16h30

La Semaine de la francophonie lancée en beauté

Il y avait foule, mercredi soir, au cocktail d’ouverture de la Semaine de la francophonie torontoise dans l’édifice des anciennes imprimeries du Toronto Star.
En lire plus...

21 mars 2019 à 12h45

La Bourse #JEMAIME : un coup de pouce féminin

Les Chiclettes réitèrent pour une troisième année l’expérience de la Bourse #JEMAIME destinée aux projets de femmes franco-ontariennes. Une soirée d’échanges et de spectacles...
En lire plus...

21 mars 2019 à 11h00

Le français en dernier à l’ONU

langues officielles
Comment l’ONU, qui a six langues officielles, peut-elle publier en anglais un document de 18 pages concernant un dossier canadien, le rendre disponible au...
En lire plus...

21 mars 2019 à 9h00

Les incontournables recueils de poésie en Ontario français

La Journée mondiale de la poésie est célébrée chaque année le 21 mars. Pour souligner l’événement, la professeure Lucie Hotte de l’Université d’Ottawa a...
En lire plus...

21 mars 2019 à 7h00

Une police toujours plus ouverte sur la francophonie

Engagement, diversité culturelle, inclusivité: tels furent les maîtres-mots de la fête francophone annuelle de la police de Toronto ce mercredi 20 mars dans ses...
En lire plus...

20 mars 2019 à 16h40

747 millions de francophones attendus d’ici 2070

La nouvelle édition de «La langue française dans le monde» confirme une nouvelle fois le déplacement de son centre de gravité vers l’Afrique. L'étude...
En lire plus...

20 mars 2019 à 14h00

Criée du Manifeste franco-ontarien au Monument Notre Place

Monument franco-ontarien Toronto
Des députés provinciaux et leaders communautaires se sont rassemblés ce mercredi matin 20 mars au Monument franco-ontarien Notre Place, au sud de l’Assemblée législative...
En lire plus...

20 mars 2019 à 12h50

Pour qu’on puisse vivre dans la langue de son choix

Plan d'action langues officielles
La modernisation de la Loi sur les langues officielles passera par des discussions nationales. Entretien avec la ministre du Tourisme, des Langues officielles et...
En lire plus...

20 mars 2019 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur