Maison de la Providence: une plaque bilingue souligne 150 ans d’histoire

Partagez
Tweetez
Envoyez

Rares sont les institutions torontoises qui peuvent se targuer d’avoir servi la communauté pendant 150 ans. C’est le cas de Providence House (Maison de la Providence) que les Sœurs de Saint-Joseph ont fondée en 1857, près de l’église Saint-Paul, pour accueillir les orphelins, soigner les malades et secourir les plus démunis.

Le 24 octobre, Heritage Toronto a dévoilé une plaque qui rappelle le rôle joué par Providence House depuis un siècle et demi. Grâce à l’appui de la Société d’histoire de Toronto, cette plaque est bilingue.

Et pour cause puisque c’est l’évêque francophone de Toronto, Mgr Armand-François Marie de Charbonnel, qui a fait venir les Sœurs de Saint-Joseph dans son diocèse en 1851. Il s’est adressé à la supérieure générale en France et elle lui a envoyé quatre religieuses sous la direction de Mère Delphine Fontbonne.

La cérémonie au cours de laquelle la plaque a été dévoilée s’est déroulée au sous-sol de la basilique Saint-Paul devant une salle comble. C’est Robert Lachance, du conseil d’administration de Heritage Toronto, qui a souligné en français et en anglais le rôle historique de Providence House et qui a remercié de son appui la Société d’histoire de Toronto.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

En 1962, l’institution a déménagé du centre-ville pour s’installer à Scarborough. En 1989, elle est devenue Providence Centre pour refléter son rôle communautaire. En 2004, elle a pris le nom de Providence Healthcare afin de mieux affirmer sa mission hospitalière et socio-communautaire.

Le dévoilement de la plaque bilingue, qui sera érigée en face de la basilique Saint-Paul, s’est fait en présence du député provincial de Scarborough Sud-Ouest Lorenzo Berardinetti, de la conseillère municipale de Toronto-Centre-Rosedale, Pam McConnell, de la présidente de Providence Healthcare Foundation Margaret Morneau, de la supérieure des Sœurs de Saint-Joseph Mère Margaret Myatt, du président de Heritage Toronto Peter Ortved, et du vice-président de la Société d’histoire de Toronto Christian Bode.

Jean-Rock Boutin représentait le Comité français de Toronto qui a appuyé financièrement la traduction de la plaque historique. Le recto et le verso de la plaque commémorative sont rédigés dans les deux langues.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur