Magnotta s’écroule à son enquête préliminaire

Partagez
Tweetez
Envoyez

à 15h04 HAE, le 19 mars 2013.

MONTRÉAL – Luka Rocco Magnotta s’est effondré dans la salle d’audience, mardi, lors de son enquête préliminaire, après avoir semblé bouleversé lors de la présentation de preuves contre lui. L’audience a ensuite été suspendue jusqu’à mercredi matin.

Accusé de meurtre et de démembrement, Magnotta, toujours menottes aux pieds et aux poignets, s’est écroulé au sol, mardi matin, et s’est soudainement retrouvé couché sur son côté droit, en position foetale.

Le procureur de la Couronne Louis Bouthillier a prévenu les gardiens à l’extérieur de la salle d’audience de se préparer à l’éventuelle arrivée d’une ambulance, parce que «quelqu’un s'(était) effondré».

Les avocats de Magnotta se sont ensuite levés pour venir constater l’état de leur client au travers de la paroi vitrée du box des accusés, dans la salle d’audience à haute sécurité où se déroule l’enquête préliminaire.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

À la reprise de l’audience, en après-midi, l’avocat de Magnotta, Luc Leclair, a indiqué à la juge Lori-Renée Weitzman que son client n’allait pas bien et n’était pas capable de poursuivre. La juge a indiqué qu’on ne pouvait procéder en l’absence de l’accusé, et a suspendu l’audience jusqu’à mercredi matin. Me Leclair a estimé que l’accusé devrait alors être rétabli après un peu de repos.

L’incident est survenu alors qu’on présentait mardi matin des preuves déposées contre Magnotta, qui sont frappées pour l’instant d’une ordonnance de non-publication. Si la cause se rend jusqu’à un procès, les preuves pourraient alors être rendues publiques.

L’accusé, âgé de 30 ans, paraissait bouleversé lors de l’audience, couvrant sa bouche avec sa main comme s’il éprouvait un malaise en entendant la preuve. Il a gardé les yeux fermés pendant l’audience et semblait essuyer des larmes sous ses lunettes. Sa tête est restée baissée.

Après environ 10 minutes de cette partie de l’audience, le suspect a demandé au gardien du box des accusés s’il pouvait prendre une pause de cinq minutes. La juge a accordé une pause prolongée pour le dîner. C’est alors que Magnotta s’est levé pour aussitôt s’écrouler au sol.

Magnotta est accusé du meurtre prémédité de Jun Lin, un étudiant chinois en génie de l’Université Concordia âgé de 33 ans. Il est aussi accusé de quatre autres chefs.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Magnotta est soupçonné d’avoir démembré sa présumée victime et d’avoir envoyé par la poste des parties de son corps dans divers endroits du pays. Il a ensuite fait l’objet d’une chasse à l’homme internationale qui s’est conclue par son arrestation à Berlin, en Allemagne.

Les parents de M. Lin n’étaient pas dans la salle d’audience, mardi. Son père a assisté à l’enquête préliminaire certains jours, mais était absent lorsque les preuves les plus explicites ont été présentées en cour.

L’enquête préliminaire servira à déterminer s’il y a suffisamment de preuves pour que Magnotta subisse un procès.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur